Tolerance.ca
Directeur / Éditeur: Victor Teboul, Ph.D.
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.
La Chronique de Bjarne Melkevik
Par Bjarne Melkevik
Professeur, Faculté de droit, Université Laval, Québec
Bjarne Melkevik, docteur ès droit de Paris II, professeur à la Faculté de droit de l’Université Laval (Québec), est un auteur prolifique dans le domaine de la philosophie du droit, de l’épistémologie et de méthodologie juridique. Ses plus récentes publications incluent Horizons de la philosophie du droit (1998 et 2004), Réflexions sur la philosophie du droit (2000), Rawls ou Habermas. Une question de philosophie du droit et Considérations juridico-philosophiques (2005). Dans le domaine de la tolérance, il a notamment publié l’ouvrage «Tolérance et modernité juridique » (2006). Dr Bjarne Melkevik est membre du Conseil de direction de Tolerance.ca.
Articles de cette chronique
par Bjarne Melkevik, Professeur, Faculté de droit, Université Laval, Québec, membre de Tolerance.ca®
Le terrorisme et la terreur n’ont guère besoin de définition et de concept. Au-delà de toute intellectualisation, le terrorisme se résume le plus clairement possible dans le simple fait de terroriser, de terroriser ceux qui s’opposent au terrorisme, de terroriser ceux qui ne se plient pas, de terroriser ceux qui pensent et agissent en liberté et en égalité. Ceux qui cherche à célébrer un concept du terrorisme abstrait et philosophique ne font guère d’autre qu’égarer l’esprit, de s’affirmer « idiot utile », d’anesthésier leurs consciences et de fermer leurs yeux. À l’égard des cris des autres, des cris de tous ceux qui ne comptent plus pour eux, le concept de terrorisme n’a tout simplement pas de valeur. Contre le « ponce-pilatisme » contemporaine, il faut penser. (Texte intégral)
par Bjarne Melkevik, Professeur, Faculté de droit, Université Laval, Québec, membre de Tolerance.ca®
Les philosophes n’ont guère été épargnés par le virus Covid-19. Parmi eux, plusieurs sont décédés. Mais comment les philosophes ont-ils réagi face à la catastrophe sanitaire et hygiénique provoquée par le Covid-19 ? Est-ce que la philosophie universitaire a été influencée, « affectée », en quelque sorte par le virus Covid-19 et comment ? Que nous disent les philosophes sur la pandémie et sur le post-Covid-19 ? Sans aucune prétention à l’exhaustivité, une exigence rationnellement impossible, avançons quelques réflexions critiques. (Texte intégral)

Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter