Tolerance.ca
Directeur / Éditeur: Victor Teboul, Ph.D.
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.
Analyse de l'information
par Paul Lavoie, Formation en mathématiques et en didactique des mathématiques. Ph. D. (Université Laval)
Dans l’ouvrage Les Décisions absurdes 2 (Gallimard, 2012) qui a été populaire dans le milieu des affaires lors de sa parution, le sociologue français Christian Morel dit beaucoup de mal de l’unanimité qui est souvent considérée comme la meilleure façon de conclure un débat. Pour s’expliquer, il se réfère à une règle de droit en vigueur chez les Israélites de l’Antiquité. « Si les vingt-trois juges du tribunal du Sanhédrin prononcent une condamnation à mort à l’unanimité, cela entraîne automatiquement l’acquittement de l’accusé, et celui-ci n’est pas rejugé. »  Même si elle semble aller à l’encontre du bon sens, cette règle est pour Morel bien fondée (Texte intégral)
par David Chemla

Dans deux mois, Israël retournera aux élections pour la quatrième fois en deux ans. Une nouvelle élection qui coûtera des milliards de shekels, alors que le pays n’est pas sorti de la crise économique qui a réduit des centaines de milliers de personnes au chômage et des milliers d’entreprises à la faillite. La seule cause à ce retour aux urnes est la volonté de Netanyahou d’échapper à son procès, reporté en février suite au confinement, en espérant cette fois-ci obtenir une majorité qui lui assurerait une immunité, tout en évitant de transmettre le pouvoir à Benny Gantz en novembre prochain, comme il s’y était engagé dans l’accord de coalition signé en avril dernier. (Texte intégral)

par Aziz Enhaili, Collaborateur, membre de Tolerance.ca®
Le choix à Montreux du lieu de déroulement cette année du Sommet de la Francophonie relevait de la politique des ''bons sentiments''. On s'est rendus compte ces jours-ci de son caractère non-avisé. La preuve? Les deux jours de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement des pays ayant le français en partage se sont déroulés dans un climat tendu. (Texte intégral)
par Aziz Enhaili, Collaborateur, membre de Tolerance.ca®
Après une campagne électorale de 34 jours, les Québécois sont conviés aux urnes pour choisir leur nouveau gouvernement. Le PLQ est promis pour une défaite aux mains du PQ. Un changement dû à plusieurs facteurs. (Texte intégral)
par Aziz Enhaili, Collaborateur, membre de Tolerance.ca®
La campagne de la chef du Parti québécois est loin d’être une réussite. L’appui accordé par Jacques Parizeau au chef d’Option nationale est une mauvaise nouvelle de plus pour elle. Un indice du manque de confiance d’une partie de l’électorat traditionnel du PQ dans la sincérité de l’engagement souverainiste de Pauline Marois. (Texte intégral)
par Aziz Enhaili, Collaborateur, membre de Tolerance.ca®
Pour éclairer les Québécois sur leurs programmes respectifs, quatre chefs politiques ont débattu pendant deux heures. L’occasion de confronter différentes visions dans quatre domaines. Si aucun des débateurs n’a gagné (ou perdu) cette manche, Françoise David s’est démarquée dans une joute qui s’est révélée une première à plusieurs titres. (Texte intégral)
par Yves Delahaie, Conseiller national MoDem

Après de multiples rebondissements, la judokate saoudienne Wodjan Ali Seraj Abdulrahim Shahrkhani a été autorisée à concourir la tête voilée, dans le cadre du tournoi des +78 kg. Nul doute que les caméras risquent de s’intéresser de près à un combat qui n’aurait focalisé sinon aucune attention. (Texte intégral)

En dépit du chemin parcouru, des défis économiques et sociaux redoutables menacent d’entraver, voire d’interrompre, la marche en avant de la Tunisie. (Texte intégral)
par Maryam khouchouaâ, Journaliste
La journée du dimanche 15 mai a été marquée par plusieurs manifestations dans différentes villes marocaines. Ces protestations généralisées viennent suite à l’appel du mouvement 20 février qui organise des actions contestataires depuis plus de trois mois.
  (Texte intégral)

Alors que la Tunisie continue sa transition démocratique, elle aura besoin de composer entre la demande d’un changement politique radical et l’exigence de stabilité ; d’intégrer l’islamisme dans ce nouveau paysage ; et, avec l’aide internationale, de s’attaquer à de profonds problèmes socio-économiques. (Texte intégral)
12 3 4 Suiv.>>

Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter