Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Indignez-vous ! L’appel qui conjugue le passé au présent

Stéphane Hessel fait partie des rares intellectuels qui parlent comme ils écrivent. En l’écoutant, on a l’impression  qu’il se passe de l’indulgence  autorisée par l’oral en se soumettant à la même rigueur qu’impose l’écriture.

Les acquis du passé. C’est ainsi  que je peux résumer la première partie du livre : Indignez vous ! (1) C’est dans le cadre du Conseil National de la Resistance (C N R) que les Droits économiques, sociaux et culturels se sont institutionnalisés. Le combat  de la libération de la France allait de pair avec l’indépendance et l’autonomie de  la presse, hélas aujourd’hui en danger.

Le désengagement de l’Etat par rapport à la préservation des Droits économiques et sociaux que  la résistance a arrachés  et le renforcement du pouvoir de l’argent caractérisé par la privatisation des banques, contribuent énormément à l’écart qui se creuse davantage entre les pauvres et les riches. D’où la nécessité d’agir en vue de  récupérer les Droits pour lesquels le C N R a combattu. Et pour que cette indignation garde son actualité, Stéphan Hessel appelle les jeunes à enjoindre la désobéissance. « On rejoint ce courant de l’histoire  et le courant de l’histoire doit  se poursuivre grâce à chacun ».

La relecture de l’histoire faite, Stéphane Hessel se présente sous forme de croisement  des pensées dont les notions de l’histoire, la responsabilité et la liberté représentent le fondement. Du coup, Sartre s’accroche  à l’idée qui fait que l’homme est responsable de son devenir. L’expérience du  corps  apparait dans l’entreprise  philosophique de Maurice Merleau-Ponty. En revanche, l’apport de la pensée hégélienne a remarquablement illuminé la vision hesselienne, si j’ose dire, surtout quand il s’agit de «  la liberté  de l’homme progressant étape par étape ».

L’universalité des Droits de l’Homme, Hessel la doit à René Cassin. Désormais, l’argument de la souveraineté et de la spécificité locale  avancé  pour justifier des crimes contre l’humanité ne tient plus la route. L’universel  prime sur le local. « Je sentais qu’il fallait faire vite, ne pas être dupe de l’hypocrisie qu’il y avait  dans l’adhésion proclamée par les vainqueurs à ces valeurs que tous n’avaient pas l’intention de promouvoir loyalement, mais que nous tentions de leur imposer ». C’est grâce aux ONG œuvrant  dans le domaine  des Droits Humains, à leur efficacité organisationnelle  de se constituer en contre-pouvoir, que des progrès ont été enregistrés «  au cours  des dernières décennies ».

L’indignation de Stéphane Hessel ne s’arrête pas au nouvel ordre mondial que la mondialisation dans son aspect ravageur  construit, mais aussi elle se prononce à propos de la Palestine. L’auteur considère que l’opération : «  Plomb durci » menée par  les militaires israéliens contre la population de Gaza, est un crime contre  l’humanité. En revanche le fait que Hamas envoie des rockets sur la ville de Sdérot «  ne sert pas sa cause, mais on peut expliquer ce geste par l’exaspération des Gazaouis ».

Seule la non-violence est le chemin que nous devons apprendre à suivre, conclut Stéphane Hessel. Contrairement aux déductions du raisonnement qui a amené Sartre à combattre la violence par la violence et qu’il a rectifié à la fin de sa vie, l’auteur parie sur la non-violence alimentée par l’espoir pour combattre la violence.

Autrement dit, adopter le dialogue pour cultiver la différence. C’est dans cette optique qu’Éric Weil a entrepris sa notion de violence en tant que forme de contraste qui nuit à la cohérence et donc à la raison.(2) Le message de Mandela et de Martin Luter King conforte cette thèse : «  C’est un message d’espoir dans la capacité des sociétés modernes à dépasser les conflits par une compréhension mutuelle et une patience vigilante ». Au final, la non-violence ne rime pas avec la passivité. La non-violence est un agir, une  « insurrection pacifique ».

Notes

(1)   INDIGNEZ- VOUS ! Stéphane Hessel. Indigène éditions, 2010.
(2)  Logique de la philosophie. ÉRIC WEIL. Editions VRIN, 1985.

14 mars 2012
 



* Source Wikipedia.org Cérémonie du 27 mai 2011 à l'occasion de l'anniversaire du Conseil National de la Résistance, au mémorial des Martyrs de la Résistance et de la Déportation de Rennes, avec la participation de Stéphane Hessel, diplomate, ambassadeur de France, et de Daniel Delaveau, maire de Rennes.


Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

Lectures
par Abdelmajid BAROUDI

Collaborateur résidant au Maroc.

Lisez les autres articles de Abdelmajid BAROUDI
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter