Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Rumilly : une dimension du nationalisme québécois

par , écrivain
Après avoir fait connaître Pierre Bourgault dans la biographie qu’il a consacrée à cette figure de la pensée nationaliste, Jean-François Nadeau retrace la vie d’un autre nationalisme, celui de Robert Rumilly. Nadeau est un historien qui va aux sources, consulte les écrits et les archives ce qui ne l’empêche pas d’exprimer ses propres opinions et de faire état de son attitude personnelle.



Né en 1897 à Fort-de-France en Martinique, Robert Rumilly s’installe à Montréal en 1928. Issu d’une famille de militaire, lui-même soldat à la première guerre mondiale, il épouse dès son adolescence le nationalisme royaliste de Charles Maurras qui est hostile à la République et à la démocratie. Jusqu’à sa mort en 1983, Rumilly demeure fidèle à la pensée de cet homme.

Dès son arrivée à Montréal, il considère le Canada français comme porteur de l’héritage royaliste d’une France qui ne s’est pas trahie. Il rejoint les acteurs politiques de l’époque : Henri Bourassa, Maurice Duplessis, Camilien Houde. Membre de l’Académie canadienne-française (aujourd’hui l’Académie des lettres du Québec), il écrit quatre vingt onze livres dont quarante et un volumes de l’Histoire du Québec.

Après la condamnation de Maurras par le Vatican dans les années vingt, ses disciples canadiens s’en éloignent et gardent le silence sur le monarchisme. Henri Bourassa est attiré par le fascisme italien et Camilien House en devient un adepte. Rumilly est son fidèle ami, son admirateur. Il lui consacre un livre et plusieurs articles élogieux. Son grand héros est Maurice Duplessis qu’il appuie et dépeint comme une figure qui incarne la France réelle, celle de la monarchie. Pour lui les grands ennemis du Canada français et ultérieurement du Québec sont la démocratie, le communisme et les syndicalistes dévoués au bolchévisme. Les gauchistes sont ceux qui s’opposent à Duplessis.

A la première guerre mondiale, Rumilly s’était battu en France contre l’Allemagne, fut blessé en 1917. Il n’a pas une grande sympathie pour les Allemands même s’il admire la politique hitlérienne. Pétain, lui-même maurrassien, est à ses yeux le protecteur des vraies valeurs françaises. A la fin de la deuxième guerre mondiale et de l’occupation de la France, Rumilly déploie une grande activité pour permettre à des collaborateurs condamnés par la France de trouver refuge au Canada.

Rumilly se veut et se déclare comme historien. Pour lui les événements ont un sens qui indique le partage entre les fidèles à l’idéal monarchique et les traîtres et les renégats. Il est antisémite. D’après lui les juifs n’appartiennent pas à la France réelle et, par conséquent, n’ont pas de place au Canada français. Cependant, il ne rejoint pas le groupe pronazi d’Adrien Arcand qui se consacre à la lutte antisémite. Il ne s’y oppose pas et demeure farouchement hostile à la démocratie et au républicanisme. Son appui de départ au séparatisme ne dure pas longtemps car ses principaux promoteurs sont à ses yeux des gauchistes.

Journaliste, Rumilly publie pendant des années des chroniques dans le Petit Journal. Il signale et fait l’éloge des écrivains français de droite. Il demeure jusqu’à la fin de sa vie fidèle à l’Action française de Charles Maurras. Ses livres sont publiés et vendus au Québec où il compte de nombreux amis.

A travers les écrits de Rumilly, Jean-François Nadeau met en lumière une dimension du nationalisme québécois. Il n’est pas favorable à la pensée de Rumilly mais, en tant qu’historien, il considère qu’il faut la connaître. Son livre est limpide et se lit comme un roman mais sa rigueur n’est jamais absente.

Robert Rumilly : l’homme de Duplessis,  essai par Jean-François Nadeau, Editions Lux, Montréal, 2009, 410 pages.


Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter