Tolerance.ca
Directeur / Éditeur: Victor Teboul, Ph.D.
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Carlos Fuentes et la France

par
Nelly Roffé a enseigné les langues et la littérature dans un collège de Montréal.
Partagez cet article
La fibre francophone du célèbre écrivain mexicain Carlos Fuentes, dont on a célébré le 80ème anniversaire en novembre 2008, a été soulignée dans une infinité de tables rondes et de conférences. Et pour cause.



L'écrivain

Carlos Fuentes se réclame lui-même d'Honoré de Balzac, dont il dit s'inspirer pour créer une Comédie Humaine à la mexicaine." Mon grand modèle est Balzac. Je suis un grand admirateur et lecteur de Balzac. J'ai tenté de créer une espèce de grande murale de la vie mexicaine à tous les niveaux. Balzac m'a enseigné qu'il est possible de toucher à des registres très très différents." a-t-il confessé recemment.

Le projet narratif de Fuentes, qui reste un francophone accompli, se rapproche à s'y méprendre de celui de Balzac, à commencer par sa première oeuvre:" la région la plus limpide", écrite en 1958. De même, le retour des mêmes personnages dans des oeuvres multiples est l'autre fait saillant de l'écriture de Fuentes, tirée directement de la technique narrative balzacienne.

En septembre 2009, l'auteur de "Artemio Cruz" (Gallimard, 1962), est l'invité du Salon du Livre de Paris.

Le diplomate

Au delà de ce lien littéraire avec la France, Carlos Fuentes, lui-même fils de diplomate, a occupé, dans les années 70, le poste d'ambassadeur de son pays à Paris.

Son passage par l'ambassade de France a été marqué par une effervescence culturelle sans précédent. Sa résidence de la Rue du président Wilson a vu passer Gabriel Garcia Marquez, Julio Cortazar, Milan Kundera et Regis Debray. Les cinéastes n'étaient pas en reste puisque Fuentes y a reçu Roman Polansky, Claude Lelouch ou encore Jeanne Moreau.

Toutefois, en 1977, Carlos Fuentes a été amené à quitter de façon fracassante le poste d'ambassadeur de France, pour une question de principe. Il a dû démissionner de son poste en signe de protestation contre la nomination de l'ancien président mexicain, Gustavo Diaz Ordaz, en tant qu'ambassadeur du Mexique en Espagne, l'accusant d'être le responsable du massacre de la Place des Trois Cultures à Tlatelolco, survenu le 2 octobre 1968. Dans sa lettre de démission, restée dans les annales de la diplomatie mexicaine, il écrivait:" Les Pyrénées ne sont pas suffisamment hautes pour empêcher l'odeur du sang d'arriver depuis Madrid".

L'attachement de Fuentes à l'Hexagone, la France le lui rendait bien puisqu'elle lui a décerné plusieurs décorations, dont les insignes d'Officier de la Légion d'honneur, le titre de Commandeur de l'Ordre national du Mérite (en 1992 et en 1997) et plus recemment l'Ordre national de la Légion d'honneur (2003).


* Image http://www.casamerica.es 
Carlos Fuentes à la Casa de América


Réagissez à cet article !

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Votre nom :
Courriel
Titre :
Message :
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter