Tolerance.ca
Directeur / Éditeur: Victor Teboul, Ph.D.
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Lebanon au Festival du cinéma israélien de Montréal - 2 au 12 mai 2010

Partagez cet article

À l'origine de ce premier long métrage Lion d'or au dernier Festival de Venise, réalisé par Samuel Maoz, Lebanon raconte la traumatique expérience d'un artilleur de 19 ans aux commandes d'un tank israélien, en route pour le Sud Liban. C'était le 6 juin 1982.

Il aura fallu plus de vingt ans à cet ancien soldat de Tsahal pour affronter le souvenir de ce carnage et dompter ses tenaces démons, yeux dans les yeux. ‘Lebanon' raconte l'histoire d'un double regard. Celui, effaré, d'un jeune homme mué en bête de guerre. Celui, hanté, d'un ex-militaire devenu cinéaste. “J'ai écrit ce film avec mes tripes”, dit-il dans sa note d'intention, nous avons essayé de faire en sorte que les spectateurs puissent sentir mais aussi goûter la guerre.”
Lebanon', projet cathartique ? Le tank, son principal décor, devient dès lors l'espace mental où se joue le face-à-face d'une mémoire résurgente et d'une conscience en berne.

 

Longtemps réduit sur la scène internationale à la divulgation de quelques œuvres solitaires et exotiques, puis durablement représenté par le seul Amos Gitaï, le cinéma d'auteur israélien a subitement explosé à la mi-temps des années 2000, sous l'impulsion d'une nouvelle génération de cinéastes. En vertu de la richesse de ses talents, de l'acuité politique de son regard, mais aussi de la diversité des genres qui s'y expriment (de la comédie au film de guerre, de l'essai au mélodrame, du dessin animé au documentaire). Sur la carte des cinématographies émergentes (Amérique latine, Asie du Sud-est, Roumanie), pas une ne parvient, sur ce dernier point du moins, à une telle occupation du terrain. Il reste un troublant paradoxe : la vigueur démocratique et le courage politique dont témoigne ce cinéma majoritairement soutenu par l'État, rapportés à la crispation de la société réelle et du gouvernement qui la représente.

Festival du cinéma israélien à Montréal : 2 au 12 mai 2010

Toute la programmation : http://fcim.ca/fcim2010/

Salles : http://csuq.ticketacces.net/index.cfm



Réagissez à cet article !

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Votre nom :
Courriel
Titre :
Message :
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter