Tolerance.ca
Directeur / Éditeur: Victor Teboul, Ph.D.
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Le Festival international de Jazz de Montréal ou l’ingéniosité festive de Québec Inc.

Partagez cet article
par Guy Labissonnière, journaliste

Le volcan FIJM fait irruption encore une fois cette année. On aurait pu s’attendre à ce qu’il crache seulement des poussières et de la fumée, compte tenu de son âge, mais non, ce sont des flammes, de la lave et des rochers géants qu’il projette vers nous !


La 28e édition du Festival International de Jazz de Montréal en rajoute cette année élargissant encore l’auréole qui colle à l’ingéniosité des promotions culturelles québécoises. C’est une programmation sortie des rêves des penseurs de Spectra, combinée à la maturité opérationnelle de l’organisation, qui place l’événement en tête de peloton sur l’échiquier mondial. Qui plus est, à peine au milieu de l’événement, on bat déjà tous les records à la billetterie.


On connaissait bien Montréal comme le berceau entre autres des nouveaux créneaux en musiques émergentes, mais voilà que les grands des grands, comme Harry Connick jr, en profitent pour venir enregistrer en direct au Festival leurs plus récentes productions. Mais l’événement permet aussi à plus de 3000 artistes triés sur le volet de s’épanouir en exprimant leur talent avec près de 50 spectacles par jour répartis sur 10 scènes extérieures et 9 salles de concert.

En cette période où l’économie est en pleine mutation, il est rafraîchissant de constater qu’une industrie non inscrite à la bourse du carbone continue de croître en mode exponentiel. Le Festival en plus de divertir les touristes et la population locale s’inscrit comme la pierre angulaire du continuum estival faisant de Montréal une plaque tournante des événements culturels en Amérique. 

Le Québec inc. sait s’adapter au contexte de la mondialisation des marchés, plusieurs entreprises de l’industrie culturelle le prouvent désormais. Pourquoi n’exporterait-on pas notre ingéniosité festive en présentant, par exemple, une version FIJM Paris 2010, une version FIJM Moscou 2012 et, pourquoi pas, une version FIJM Rio de Janeiro 2014 ?

Photos © 2007, Guy Labissonnière





* Érik Truffaz.

** Hazmat Modine

*** Nomadic Massive

**** The Spaghetti Western Orchestra


Réagissez à cet article !

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Votre nom :
Courriel
Titre :
Message :
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter