Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Le Temps qui passe et le départ de Bernard Derome

par
Ph.D., Université de Montréal, Directeur, Tolerance.ca®
Vous sentez-vous vieillir?

Moi, non plus.

Je ne sais pas ce que c'est vieillir. C'est un état qui atteint toujours les autres. Mais depuis quelque temps je me pose certaines questions. Le tout a commencé lorsque Mick Jagger a eu 50 ans. Je me suis dit : Mick Jagger, quand même ! Il continue de se démener sur scène, en running, comme un survolté, comment mon idole pouvait-il avoir 50 ans? Allons donc, impossible!



Puis il y a eu la retraite de mon lecteur de nouvelles favori de Radio-Canada, Bernard Derôme. Celui-là même qui avait forgé la phrase célébre « Si la tendance se maintient» pendant qu'il animait une autre soirée électorale à la télévision, avant d'annoncer le parti politique qui remporterait la victoire. J'ai été très déçu de sa mise à la retraite, considérant cela prématuré. Je pensais pouvoir assister à son vieillissement graduel, en direct pour ainsi dire. Je me disais qu'un jour j'allais percevoir son crâne se dégarnir et que j'allais vieillir avec lui.
 
On finit par développer une relation particulière avec un lecteur de nouvelles; tout le monde le connaît, il fait partie de la famille. Vous allumez le téléviseur et il est là, dans votre salon, avec la photo de mamy et de papy entourés de vos enfants, vous savez la photo que vous avez posée près de votre télévision. Mais non, soudainement, on lui fait une fête, et allez hop Bernard, vous reviendrez seulement aux occasions spéciales ! C'est comme s'il manquait désormais une photo dans votre album.

Quel âge l'avait atteint, lui aussi, 50, 55, 65 ? Seul son coiffeur le sait.  Et toujours ce « hamsa » qui revient, ce chiffre cinq.  Pas moyen d'échapper au mauvais œil !

Il y a eu ensuite cet agent de police, qui m'a interpellé en m'appelant « Monsieur ».

- « Monsieur », m'a-t-il dit, vous rouliez à __, dans une zone de__. (Remplissez les espaces blancs.) 

- Je regrette beaucoup, lui répondis-je, en levant les yeux vers lui.

Il avait l'air aussi jeune que mon fils qui vient d'obtenir son premier emploi.

- Vous savez, j'ajoutai, il faut comprendre, je suis en retard …

- Ce n'est pas une excuse, me répondit-il sèchement, avant de prendre mes papiers pour me remettre ma punition.

Vous vous sentez atteint dans votre ego paternel, quand un « jeune » vous fait la leçon.

Il n'y a que Barbara Walters qui ne vieillit pas. Je trouvais qu'elle était déjà assez  « âgée » lorsqu'elle interviewait constamment Anouar El Sadate. C'était avant Camp David, donc il y a au moins vingt-cinq ans. Je lui donnais 50 ans à l'époque, l'âge de tous ceux qui avaient plus de 30 ans. C'était l'époque du fameux « Don't trust
anyone over 30 ». Vous vous souvenez?

Et puis, j'ai commencé à avoir un problème avec le mot « vieux ». Un jour, je demandais à mon fils s'il connaissait le film The Birds de Hitchcock .

- Bien sûr, qu'il me me répondit, je loue souvent des vieux films au magasin de vidéos.

- Pourquoi tu dis « vieux »? lui répliquai-je sur un ton agressif.

- Parce que ce sont de vieux  films, insista-t-il, sans aucun signe d'empathie.

Je revins à la charge :

- Mais pourquoi tu ne dis pas plutôt des films d'art ou même des films « classiques » ? lui demandai-je sur un ton d'homme sage et cultivé.

Je n'ai réussi à obtenir de lui qu'un regard inquiet que je ne lui connaissais pas.

J'ai parfois l'impression qu'il n'y a que les chauves qui ont la vie sauve. Sans jeu de mots. Eux non plus ne vieillissent pas. Le crâne demeure luisant. On vieillit moins vite que lorsqu'on a une crinière toute blanche. Je me considère favorisé de faire partie de
ces « chosen few » qui résistent si naturellement au passage du Temps. D'ailleurs, je considère qu'eux aussi sont des exclus de notre société. Avez-vous remarqué combien les animateurs chauves sont rarissimes à la télévision. Pourquoi, à part quelques exceptions, le seul animateur chauve de Radio-Canada - René Homier-Roy, pour ne pas le nommer- est-il cantonné à la radio de la société d'État ? Même phénomène chez les Américains. Sinon, pourquoi Ted Koppel est-il obligé de porter une perruque (à l'allure grisonnante, en plus) ?

Un expert affirmait récemment que la télévision joue un rôle très important dans l'image que l'on se fait de soi. Je ne savais pas à quel point il avait raison. J'ai compris tout de suite pourquoi j'aimais tellement écouter l'émission de Bernard Pivot, Bouillon
de culture
, qui, elle aussi, a disparu. Avec tous ces anciens combattants relatant l'époque de l'Occupation et de la Résistance, je me sentais jeune. Ils en parlaient comme si, il y avait à peine dix ou quinze ans, ils avaient fait sauter un autre de ces trains remplis de soldats allemands et que Woodstock, les Beatles et le reste, c'était hier.

C'est que chez nous, au Canada, tout ce qui a trait au passé, c'est en général sur la chaîne Historia que ça se passe. Cela ne vous rajeunit pas d'avoir connu une époque appartenant à l'Histoire. Un jeune animateur d'ailleurs parlait récemment de la Deuxième guerre mondiale à la télévision en déclarant qu'elle avait eu lieu « au siècle dernier ».

Puis, récemment, je reçus un autre choc. Un ami m'appela pour m'apprendre que mon nom apparaissait dans un dictionnaire. La conversation s'est passée à peu près comme ceci :

- Je viens de parcourir le dictionnaire (1) de Joseph Lévy et j'y ai vu ton nom…me dit cet ami sur un ton qui me semblait étrangement satisfait.

- Mon nom dans un dictionnaire?

- Oui, oui, un dictionnaire sur les auteurs sépharades. Ton nom y est inscrit.

- Y a-t-il autre chose que mon nom?

- Oui, oui, il y a quelques lignes sur toi.

- Seulement quelques lignes ? je lui demandai.

- Oui …et ta date de naissance ! me répondit-il.

Une petite note
:

L'article que vous venez de lire est d'abord paru dans La Voix sépharade (Hiver 2002),
magazine publié à Montréal, car M. Bernard Derome, l'annonceur émérite de la
télévision de Radio-Canada, venait de prendre sa retraite... une première fois, avant de
revenir à son poste peu de temps après. Il a lu son dernier bulletin de nouvelles le 18
décembre 2008, mais, a-t-il dit, il ne quitte pas vraiment la télévision, car il a encore
quelques projets à réaliser à la société d'État.  M. Derome était annonceur à Radio
Canada depuis plus de trente ans.

Je dis bravo à monsieur Derome et lui souhaite une longue vie !  V.T.  

________________

Notes

1. Joseph J. Lévy, Josué Elkouby, Marc Éliany, Dictionnaire biographique du monde juif sépharade et méditerranéen, Éditions Élysée, 2001.


Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

Bloc-Notes de Victor Teboul

Victor Teboul est écrivain et le directeur-fondateur du magazine en ligne Tolerance.ca ®, fondé en 2002 afin de promouvoir un discours critique sur la tolérance et la diversité. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont des romans et des essais, et de nombreux... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Victor Teboul
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter