Tolerance.ca
Directeur / Éditeur: Victor Teboul, Ph.D.
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Québec. Muslim Association of Canada : une contributrice au collecteur de fonds du Hamas contrôle la certification halal

Partagez cet article

par Marc Lebuis, Point de bascule

Des abattoirs québécois paient une agence de certification halal contrôlée par la Muslim Association of Canada (MAC). La MAC a transféré des fonds à IRFAN-Canada, le collecteur de fonds du Hamas au Canada, jusqu’à ce que le statut d’organisme de bienfaisance d’IRFAN ne soit révoqué en avril 2011.

Quelle portion des commissions versées par ces abattoirs pour la certification halal aboutit dans les coffres de l’organisation terroriste Hamas ?

Dans son reportage du 13 mars diffusé lors de l’émission Dumont le midi, la journaliste Caroline Lacroix a révélé qu’Olymel verse des milliers de dollars à «l’Association des viandes halal qui relève de la mosquée Abou-Baker-Assedique» du 371 Jean-Talon E. à Montréal pour la certification halal de ses poulets.

Lors de son émission du 23 mars qui se déroulait après que la question du halal ait été abordée à l’Assemblée nationale, Mario Dumont a souligné combien tous les partis s’étaient bien gardés de soulever l’aspect financier de la question.

Personne n’a abordé la question de l’argent. Qu’est-ce que ça finance? Où va l’argent? Est-ce qu’on finance des mosquées sans le savoir? Il semble que cette question-là est encore plus taboue. On ne veut pas du tout, du tout l’aborder.

Point de Bascule a consacré les derniers jours à apporter une réponse à la question légitime soulevée par Mario Dumont. Qui tire les ficelles derrière cette mosquée Aboubakerseddik de la rue Jean-Talon dont nous savons depuis le 13 mars dernier qu’elle bénéficie des commissions versées par des entreprises comme Olymel qui font certifier leur poulet halal ?

Voici les principales conclusions que nous pouvons tirer à ce moment-ci :

1. La mosquée fait partie d’un centre culturel. Le centre agit également comme entreprise de certification halal sous un nom différent. On a donc affaire à une seule entreprise qui mène deux activité: gestion des loisirs et de la culture et inspection des viandes.

2. L’entreprise de certification est contrôlée par la Muslim Association of Canada (MAC), la principale organisation des Frères Musulmans au Canada. La MAC possède le bâtiment où loge l’organisme de certification et le centre culturel et les responsables de l’organisme de certification sont d’anciens administrateurs de la MAC ou ils ont publiquement endossé des positions de la MAC dans le passé.

3. Depuis une dizaine d’années, la MAC a été un important contributeur d’IRFAN-Canada, le collecteur de fonds du Hamas au pays. Le Hamas est impliqué dans un programme qui vise non seulement l’élimination de l’État d’Israël mais également la destruction de la civilisation occidentale. Dans un discours prononcé le 28 octobre 2011, son leader Mahmoud Al-Zahhar a déclaré que «cette civilisation (occidentale) sera incapable de résister au grand et glorieux islam». L’Agence du revenu du Canada a révoqué le statut d’organisme de bienfaisance d’IRFAN-Canada en avril 2011 après avoir conclu qu’il avait financé l’organisation terroriste Hamas.
4. Le programme halal de la MAC s’inscrit dans une stratégie globale des Frères Musulmans. En 2010 à Islamabad, un leader de la confrérie islamiste, le mufti de Bosnie Mustafa Ceric a incité les musulmans à «conquérir le monde par le mouvement halal»

Avant d’avoir pu analyser toutes les implications juridiques rattachées au dossier du halal, Point de Bascule tient à formuler deux propositions minimales à ce moment-ci :

1. Tous les produits pour lesquels des commissions sont versées à des imams pour la certification halal devraient porter un sceau qui l’indique.

2. Aucun fonds publics ne devrait être dépensé pour acheter des produits qui seront servis dans les écoles, les garderies, les bases militaires, les prisons et dans d’autres institutions publiques si ces produits ont été certifiés par des imams qui appartiennent à des organisations qui ont reçu de l’argent ou financé des collecteurs de fonds d’organisations terroristes ou qui sont impliquées dans le projet de destruction de la société occidentale de l’intérieur.

Il serait bénéfique que des organismes de certification privés soient mis sur pied pour garantir que les produits qu’ils approuvent proviennent d’animaux qui ont été insensibilisés avant d’être abattus et qu’aucun profit découlant de la vente des produits qu’ils certifient ne sera versé au financement du jihad islamique.

2 avril 2012

 





Postez votre réponse
Réagissez à cet article !
Quoi faire concrètement?
par Jean-Carol Bilodeau le 6 avril 2012

Il y a un bout de temps que je comprends cette guerre. Que puis-je faire à part partager cet article ( et d'autres ) sur FB? Il est clair que mes petits enfants seront musulmans s'il ne se passe rien.

Poster votre réaction

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Votre nom :
Courriel
Titre :
Message :
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter