Tolerance.ca
Directeur / Éditeur: Victor Teboul, Ph.D.
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Ne laissons pas se refermer la fenêtre sur la paix israélo-palestinienne

Partagez cet article

par Moriel Rothman

Middlebury (Vermont) – La solution de deux Etats s'éloigne. La fenêtre sur la seule solution qui, à mon sens, a une chance d'offrir une paix durable et significative aux Israéliens se referme et, avec elle, l'avenir d'Israël comme Etat juif et démocratique.

Il y a des années que les gens le disent. En fait, ils disent que « la fenêtre se referme » avant même qu'elle n'ait pu s'ouvrir. Mais j'ai toujours été opposé au cynisme. Le cynisme est facile. Le cynisme induit souvent un état de passivité. Et la justice ne sera pas influencée par la passivité.

C'est donc avec beaucoup d'hésitation que j'écris ces mots: « La fenêtre se referme. » Mais je ne le fais pas pour pousser les gens à abandonner. Bien au contraire, je le fais pour les inciter à agir. C'est un appel urgent pour qu'ils comprennent que la solution de deux Etats, qui ne serait que justice pour les Palestiniens, est aussi la seule garantie viable pour l'avenir d'Israël en tant qu'Etat juif et démocratique.

En matière de politique régionale, la révolution en Egypte rappellera sans aucun doute que les status quos politiques ne peuvent être maintenus indéfiniment. Mais la révolution égyptienne mise à part, je crains que ce ne soit à cause de l'actuelle politique intérieure d'Israël que la fenêtre se referme à une vitesse incroyable jamais vue jusqu'à présent.

Je m'explique.

Un certain nombre des propositions législatives anti-démocratiques formulées récemment se sont frayées un chemin et sont parvenues au centre des débats politiques tout au long de l'année dernière, ainsi que la semaine dernière, lorsqu'une commission parlementaire israélienne a approuvé la création d'une commission d'enquête à la McCarthy sur des organisations non gouvernementales et des mouvements de défense des droits de l'homme israéliens.

L'enquête viserait les groupes incroyablement courageux et professionnels tels que B'Tselem et Breaking the Silence qui travaillent sans relâche pour défendre le projet de démocratie et d'égalité existant dans la Déclaration d'indépendance de l'Etat d'Israël. Pendant des années, ces groupes ont lutté pour dénoncer au grand jour l'affreuse réalité de l'Occupation et pour construire, de cette façon, un consensus sur le besoin impérieux d'y mettre un terme.

Dans n'importe quel Etat démocratique, des mesures ouvertement anti-démocratiques - telles qu'une enquête gouvernementale sur des organisations de défense des droits de l'homme - susciteraient l'émoi. Mais en Israël, ces lois ne sont pas seulement inquiétantes, elles constituent aussi une menace à la solution même des deux Etats.

Si ces groupes font l'objet d'une enquête et que leurs voix sont étouffées, qui mènera le combat pour la paix et la justice? Qui fera en sorte que cette Occupation qui dure depuis 43 ans cesse enfin? Et une fois que la solution des deux Etats sera écartée, Israël risque fort de ne plus être un Etat démocratique.

C'est extrêmement simple. Si l'on ne met pas un terme à cette occupation, il n'y aura pas de Palestine indépendante; l'occupation de la Cisjordanie par Israël deviendra permanente et, alors Israël cessera d'être une démocratie. A moins qu'elle ne donne aux Palestiniens de Cisjordanie les pleins droits de vote en Israël, ce qui signifierait inévitablement la fin d'Israël comme Etat juif. Ce dernier cas de figure étant pour l'instant loin de toute position dominante parmi les modérés israéliens (y compris de la mienne), sans parler de celle de la droite au pouvoir, la démocratie en Israël court un grand danger.

Si l'on reprend les mots du Révérend Martin Luther King Jr. (expliquant son opposition à la guerre du Vietnam): « Nous sommes face à l'urgence absolue du moment. » Dans ce déploiement d'énigmes de la vie et de l'histoire, il est possible que nous arrivions trop tard.

Je suis à la fois Israélien et Américain, mais je lance cet appel à la communauté juive américaine. Parlez. Parlez haut et fort. Vous devez protester car vos protestations viennent d'un lieu d'amour et de compassion. Vous devez protester car sinon vous risquez de signer la fin de notre Etat démocratique et juif en terre d'Israël. Donc opposez-vous à cette commission d'enquête. Opposez-vous à l'Occupation.

Dites au président Obama de ne pas baisser les bras. Dites-lui de présenter une initiative de paix audacieuse, réalisable et originale. Le Moyen-Orient est en train de changer. Il est temps pour les Etats-Unis d'entreprendre une action vigoureuse, de faire en sorte de garantir que le changement s'oriente vers la paix et la justice.

Ne laissons pas cette fenêtre se refermer. Faisons-nous entendre avant qu'il ne soit trop tard.

###

* Moriel Rothman est né à Jérusalem et est en quatrième année au College Middlebury où il étudie l'arabe et les Sciences politiques. Il est le président de J Street U National Student Board, un réseau d'étudiants-activistes nord-américain qui lutte pour la paix, la sécurité et la justice sociale en Israël.

11 février 2011

© Common Ground -


Réagissez à cet article !

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Votre nom :
Courriel
Titre :
Message :
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter