Tolerance.ca
Directeur / Éditeur: Victor Teboul, Ph.D.
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Intégrer Israël au Moyen-Orient

par
président, Middle East Pact (MEP)
Partagez cet article
Au cœur d’une région hostile et instable, Israël est aujourd’hui confronté à de nombreux défis dont celui de son intégration dans un environnement composite.

Lors de l’apparition du mouvement sioniste politique, le monde juif fut divisé entre ceux qui jugeaient bon de le soutenir et d’y adhérer et ceux qui décidèrent de s’y opposer et de le combattre. Pour les uns, créer un pays permettant aux Juifs de vivre sans être considérés comme une minorité tout juste tolérée (dans le meilleur des cas) était un immense pas vers une libération nationale tant espérée. Pour les autres, ultra-minoritaires aujourd’hui, l’Etat juif de l’antiquité fut détruit par la volonté divine, et seul le Messie pouvait le rétablir. Toute tentative humaine de recréer un Etat juif avant la venue du Messie serait donc une contestation de la volonté divine. Il convient toutefois de souligner que ceux-là ne remettent pas en question la légitimité juive, mais ils croient que l’Etat juif tant attendu doit être l’œuvre du Messie. Il s’agit donc d’une question de « timing » et non pas de principe. Quoi qu’il en soit, Israël abrite aujourd’hui la communauté juive la plus nombreuse au monde, et selon tous les experts, la majorité du peuple juif se trouvera sur la terre de ses ancêtres d’ici 2030. Il s’agit là de la victoire la plus éclatante du projet sioniste.

Si ce dernier avait pour mission d’intégrer en Israël les Juifs dispersés partout dans le monde, le sionisme d’aujourd’hui, lui, doit faire face à un défi d’une tout autre nature : l’intégration de l’Etat hébreu, cette fois, dans son environnement régional. Le processus de paix, à lui-seul, ne mènera pas à cette intégration. Nous l’avons vu, certains pays arabes furent contraints à un moment de leur histoire, de reconnaître l’Etat hébreu, ce qu’ils ont fait, mais en l’accueillant comme un fait accompli et non comme une composante naturelle et légitime de la région. La paix véritable, globale et durable viendra le jour où les voisins d’Israël reconnaîtront que le peuple juif se trouve sur cette terre de droit, et non de facto. Dans le même temps, il ne faut pas perdre de vue le fait que les enjeux géopolitiques de l’Etat juif sont aussi ceux d’une région qui se cherche. Le Moyen-Orient est en quête d’identité.

Le panarabisme et la diversité de la région

Le panarabisme – idéologie en pleine déroute après la disparition du régime de Saddam Hussein et avec l’affaiblissement de la Syrie baasiste – n’a pas abouti à un projet de construction parce qu’il n’a pas pris en compte la diversité de cette région, les particularités identitaires, les préoccupations communautaires de ses minorités, la complexité du fait national qui ne se limite pas à l’usage d’une seule et même langue, mais qui repose aussi et nécessairement sur un ensemble de convergences politiques et d’intérêts communs. Sa conception arbitraire de la nation qui veut que l’on soit arabe malgré soi, pour la simple raison que l’on fait usage de la langue arabe a mis à l’écart de légitimes revendications nationales au sein d’un Moyen-Orient majoritairement, mais pas exclusivement, arabophone.


Comme le panarabisme, le panislamisme est une idéologie exclusiviste. En rejetant la conception moderne de la citoyenneté, il écarte l’hypothèse d’une participation civique non-musulmane. Sa constitution est immuable (droit divin), son programme ne peut être remis en cause puisqu’il émane du Créateur du monde. Absolutiste par nature, son discours exclut les incroyants et par conséquent les non-musulmans, ce qui explique que le flambeau du panarabisme ait souvent été porté par des Arabes chrétiens, angoissés par les desseins hégémoniques de l’islam politique. Enfin, le caractère transnational et militariste de son action l’a rapidement placé dans la clandestinité par rapport aux gouvernements en place. En dépit du chantage diplomatique dont font usage certains régimes arabes autoritaires en brandissant la menace islamiste (« Moi ou le déluge »), cette idéologie n’a pas d’avenir car elle n’a pas de projet réaliste et cohérent.

Un troisième et ultime cadre régional s’impose progressivement, au fur et à mesure que s’effondrent les deux premiers. Il s’agit du « moyen-orientalisme ». Israël qui constitue la seule minorité à la fois non-arabe et non-musulmane de cette région doit axer sa diplomatie aujourd’hui dans ce sens. Les Arabes non-musulmans (Arabes chrétiens, druzes…) exclus du club panislamique, ont toujours une place honorable au sein du panarabisme. Et les musulmans non arabes (Turcs, Iraniens, Kurdes…), exclus du club panarabe, peuvent toujours rejoindre le panislamisme. Mais les Israéliens, eux, n’étant ni Arabes ni musulmans, sont doublement minoritaires !

Prétendre qu’Israël est occidental équivaut
à délégitimer son existence

L’Etat juif n’est pas un intrus au Moyen-Orient, il est la prolongation et le représentant d’une des civilisations les plus anciennes de cette partie du monde. Tout lie Israël à cette région : la géographie, l’histoire, la culture mais aussi la religion et la langue. La religion juive est la référence théologique première et le fondement même de l’islam et de la chrétienté orientale. L’hébreu et l’arabe sont aussi proches que le sont en Europe deux langues d’origine latine. L’apport de la civilisation hébraïque sur les peuples de cette région est indéniable. Prétendre que ce pays est occidental équivaut à délégitimer son existence ; le salut d’Israël ne peut venir de son déracinement. Le Moyen-Orient est le seul « club » régional auquel l’Etat hébreu est susceptible d’adhérer. Soutenir cette adhésion revient à se rapprocher des éléments les plus modérés parmi son voisinage arabe, et en premier lieu : des minorités. Rejeter cette option, c’est s’isoler et disparaître. Israël n’a pas le choix.

------------

Né au Caire, Masri FEKI est président du Middle East Pact (MEP) et auteur de plusieurs ouvrages sur le Moyen-Orient dont : « Israël, géopolitique et enjeux », Studyrama, Paris, 2008. Il vit à Paris.


* Image : http://www.jewishagency.org/JewishAgency/French/Israel/Next+Generation






Postez votre réponse
Réagissez à cet article !
Integrer Israel au Moyen-Orient
par georges le 9 juillet 2008

Si la mort du panarabisme est effective, avec la disparition plus ou moins proche du Fatah en Palestine, le panislamisme ne fait que naitre et ses progres sont foudroyants. D'ailleurs, il ne s'agit pas simplement d'un panaislamisme qui rejette tout ce qui est hors de l'Islam (au point ou l'ancien president syrien Hafez el Assad dut obtenir une fatwa reconnaissant l'alaouisme comme une branche du chiisme), mais sa composante fondamentaliste est en voie de subjuguer le monde musulman dans sa totalite. L'Islam est une religion en pleine expansion, et on peut penser par exemple que l'Afrique sera entierement musulmane d'ci 25-30 ans. Mais il s'agit aussi et surtout d'un durcissement considerable des preceptes religieux, comme par exemple le port du voile generalise dans le monde musulman d'aujourd'hui alors qu'il etait, pensait-on encore il n'y a que 10 ans de cela, en voie de disparition. 

Il n'y a aucun flechissement de l'Islam dans sa presence sur les terres de l'Occident, bien au contraire, et meme si de larges portions des communautes musulmanes en Europe et aux USA sont pretes a s'adapter et s'integrer, l'activisme fondamentaliste l'en empechera. 

Si bien que l'espoir de voir un jour Israel s'integrer au Moyen-Orient a moins de chance de se realiser que sa destruction par l'arme nucleaire iranienne.

 Bref, l'Islam a encore de beaux jours devant lui. Ne nous y trompons pas.

Israel est un pays du moyen et non europeen
par guerimej le 29 avril 2008

letat disrael doit integrer le moyen orient un etat isrelien et un etat palestinien doivent cohabiter une nation juive et une nation musulmane est une realite pourquoi inclure israel dans des manifestations sportives a leurope alors quil doit etre parmi les pays dasie a cote des pays arabes la tolerance est le seul moyen dont il faut faire preuve et halte aux hostilites et aux tueries car se sont les innocents qui payent le prix et jusqua quand il faut mettre fin a tout ca et rapprocher les points de vue des israeliens et palestiniens esperons et nous sommes prets a aider

Poster votre réaction

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Votre nom :
Courriel
Titre :
Message :
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter