Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

L'arrivée des réfugiés tamouls au Canada

par
Ph.D., Université de Montréal, Directeur, Tolerance.ca®

Ayant été moi-même un réfugié autrefois, je suis sensible à la condition des Tamouls que les médias canadiens nous décrivent comme un groupe persécuté. Je souhaite cependant que les médias se montrent un peu plus critiques dans leurs reportages sur l'arrivée de ces nouveaux réfugiés qui ont débarqué ces derniers jours au Canada sur le navire Sun Sea.

Les réfugiés juifs d'Égypte dont j'ai fait partie à la fin des années 1950 étaient expulsés et n'avaient le droit d'avoir en leur possession que $ 300.00 - et oui, trois cents dollars ! Les réfugiés tamouls, quant à eux, ont été en mesure de payer à des escrocs jusqu'à $ 50.000 pour pouvoir embarquer sur le bateau qui les a transportés jusqu'au Canada.

Les journalistes qui semblent le plus souvent sympathiser avec leur condition devraient plutôt s'interroger sur le fait que ces réfugiés arrivent au pays de manière illégale et mobilisent un nombre considérable de fonctionnaires et de policiers tandis que des milliers d'autres immigrants - et sans doute des réfugiés également - ayant suivi de manière tout à fait légale les procédures en place, attendent, eux, patiemment leur tour pour être admis au Canada.

Quant aux groupes qui se disent les défenseurs des réfugiés -dont on trouvera parmi eux un bon nombre d'avocats qui seront rémunérés pour leur service par les contribuables - , ne manquent-ils pas de rigueur et d'objectivité ? Et pourtant ce sont eux que nos journalistes interviewent à longueur de journée, comme l'a fait la journaliste madame Émmanuelle Latraverse aux informations à la télévision de Radio-Canada le vendredi 13 août 2010.

Voir aussi : 1956 - L'Exode des Juifs d'Égypte, ces réfugiés oubliés de l'Histoire

15 août 2010
 



Réagissez à cet article !
Il y a actuellement 4 réactions.

Poster une réaction
Victor Teboul, Pour un type qui un Phd ce n’est pas fameux !
par lejuste le 16 août 2010

Les réfugier Tamouls ont était victime de massacres la comparaison avec les réfugiés Juifs d'Egypte est ridicule !

Pourquoi les réfugiés juifs d'Égypte ne soit-il pas allés en Israël c'est plus proche que le Canada ? Moi je ne pose pas ces questions car tout le monde doit pouvoir demander le statut de réfugier.

Paradoxalement l'Etat D'Israël à participer au génocide des tamouls en fournissant des armes notamment les chasseurs Kfir

amnesty: Sri Lankan Kfir jets bombed a children's home

De comparer les sommes en processions des réfugiés est ridicules aussi.

Donc vous avez de l'argent vous ne pouvez pas être réfugié ?

l'auteur oublie aussi que $300 de 1950 ce n'est pas $300 de 2010 il faut ajuster avec l'inflation. Pour un type qui un Phd ce n’est pas fameux !

Cher internaute qui n'osez même pas vous identifier -

La somme $300 de 1956 équivaut à 2,000.00 dollars US actuels, Faites le calcul sur: http://data.bls.gov/cgi-bin/cpicalc.pl

Être capable de débourser aujourd'hui $50.000 en dit long sur le pouvoir de l'argent et sur ceux qui ne pourront jamais fuir les états totalitaires ni la pauvreté, et qui en plus n'ont pas accès aux réseaux influents que ce groupe de Tamouls venu au Canada possède.

De 10.000 qu'ils étaient dans les années 1980, les Tamouls sont aujourd'hui 300.000 au Canada. De plus, plus de 90% des cas de réfugiés tamouls finissent par être admis au pays.

Pourquoi les Tamouls devraient-ils jouir d'un traitement de faveur alors que d'autres qui n'ont pas les mêmes moyens ne pourront jamais rêver pouvoir venir au Canada ?

Quant aux réfugiés juifs d'Égypte, vous ne connaissez évidemment pas l'histoire de l'Égypte, et ne vous êtes pas donné la peine de lire intégralement l'article, Le Départ d'Égypte

Victor Teboul, Ph.D.  

C'est l'hôpital qui se moque de la charité.
par lejuste le 17 août 2010

Pourquoi les tamouls sri lankais sont si nombreux en Canada ?


1)  C'est l'histoire qui veut ça, l’ancien Dominon of Ceylan fessait partit du même empire britannique que la Canada !
jusqu’au milieu des années 80  les Sri lankais n’avait pas besoin de visa pour venir au Canada.
Ils ont vu dans le Canada un système éducatif et une similarité du fait du commonwealth.
Pour information Les tamouls Sri lankais  étaient les cols blancs de l’empire britannique en Asie et Ceylon était une colonie modèle avec un PIB par habitant plus élevé que la canada. .  
 
2)    Être capable de débourser aujourd'hui $50.000 ?
Les tamouls Canadien ne sont pas des réfugié économique.

Pourquoi les Tamouls devraient-ils jouir d'un traitement de faveur ?
     
3)    Ils n’ont pas traitement de faveur, s’ils ont un taux d’acceptation du dossier à 90% c’est que Canada estime que 90% des gens risquent leurs vie. C’est aussi simple.(Cynisme incroyable de Victor Teboul). Les britanniques ne sont pas partit aussi proprement du Canada que du Sri Lanka ,
tant mieux pour les Québequois qui ont maintenant cette Autonomie .

Ils sont 300000 incluent la deuxième génération nées au Canada (l’auteur  Phd oublie l'inertie démographique).
 
L’auteur ne connait évidemment pas l’histoire des tamouls Sri Lankai.
Nous voilà un réfugié Juif Egyptien qui jalouse  sur les tamouls de surcroit sur un blog qui s’appelle tolérance. C'est l'hôpital qui se moque de la charité.  

  j’ai beaucoup d’amis  Coptes et des sépharade du Magrébe qui ont eux  beaucoup de tolérence !
-------------------- 

1. Osez au moins vous identifier.

2. Les Tamouls sont privilégiés à cause des réseaux qu'ils possèdent et de leurs moyens financiers. Ce que d'autres immigrants et réfugiés n'ont pas, sans compter que parmi eux, on compte aussi des terroristes.

3. En mobilisant des ressources matérielles et humaines au Canada, ils empêchent et/ou retardent les procédures des autres immigrants qui, eux, attendent au Canada et à l'étranger patiemment leur tour. 

4. Je me suis limité à des arguments logiques et non à des attaques personnelles, comme vous le faites. Vous faites référence à des éléments peronnels me concernant, car ces éléments sont clairement indiqués sur le site, alors que vous, vous vous cachez derrière l'anonymat. Ça en dit long sur le sujet que vous défendez. 

V.T.

Je vous remercie d’avoir publié mes critiques sans censures.
par lejuste le 17 août 2010

Je suis tomber par hazard sur site c'est mon droit de ne pas m'inscricre sur votre webzine.

Mois je suis un citoyen quelconque, c'est vrotre choix aussi d'être un homme public et je la respecte aussi.

Naturelement votre choix d'être public vas permettre aux lecteurs

de tenir compte de votre sphère personnelle.

Je vous remercie d’avoir publié mes critiques sans censures.

Où est l'équilibre?
par Richard Tremblay le 24 août 2010

Premièrement, la réalité politique des Tamils du Sri Lanka est complexe. Il serait peut-être pertinent, ici, de référer à l'article que j'ai signé sur le sujet et que vous avez publié sur votre webzine.

Deuxièmement, les quelques lignes publiées dans votre carnet me laissent perplexe quant à votre compréhension du problème du mouvement des populations dues à des situations politiques qui posent des problèmes aux droits de la personne. Où se trouve le problème le plus grave à votre avis? Quant à la politique canadienne à cet égard, le Canada est un pays qui a des lois sur l'immigration et qui surtout a UNE CHARTE DES DROITS. Cela est suffisant à mon point de vue et les tribunaux devraient pouvoir se charger des questions litigieuse, quand il y en a. La position de la droite canadienne sur la question des réfugiés sri lankais qui viennent d'arriver, qu'à ma grande déception je reconnais dans vos quelques lignes, est prête à se servir du moindre prétexte vous le savez bien pour limiter nos lois et notre charte. Il ne faut pas oublier qu'en essayant de mettre des cadenas (lockers) partout, on en arrivera à un point où on ne pourra plus entrer chez-soi. C'est une illusion de croire qu'en restreignant nos lois nous n'en serons que mieux servis au plan des droits de la personne au Canada, même s'il est vrai qu'il y a un bon bout de chemin à faire avant qu'il ne reste plus rien - ce qui ne veut pas dire qu'on ne puisse pas en venir à bout en les érodant petit à petit. Un problème classique.

Pour en revenir aux réfugiés, tant qu'on ne saura pas ce qui s'est passé au cours de la guerre civile sri lankaise, tant que le Sri Lanka considéré comme une autocratie refusera une commission d'enquête indépendante de l'ONU pour déterminer ce qui s'est passé, nous avons le devoir en tant que Canadiens soucieux des droits et des libertés individuelles de faire preuve de prudence dans notre jugement, d'ouverture et de compassion.

Troisièmement, pourquoi intervenir sur les commentaires en essayant de donner l'heure juste à tout le monde? Il me semble qu'une tribune doit encourager l'opinion et je vous en suis reconnaissant de nous donner cette opportunité. Ceci dit, je reconnais également que celui qui vous répond (qui ne s'identifie pas, c'est son droit pour des raisons qui peut-être sont justifiées car vous n'êtes pas sans savoir qu'il y encore des gens qui sont persécutés pour avoir exprimé leur opinion), que cette personne qui vous donne assez bien la réplique n'y va pas avec le dos de la cueillère mais n'avez-vous pas vous-même suscité ce que méritent vos quelques lignes sur la situation des réfugiés sri lankais? Surtout pour ceux qui sont concernés? Et cela vous étonne-t-il donc à ce point?

Enfin, croyez-vous que votre passé de réfugié représente le modèle du genre? Qu'il n'y a personne qui puisse jamais avoir été aussi éprouvé que l'avez été? Y a-t-il des caractères de réfugiés plus nobles que ceux des Sri lankais ou d'autres? Que voulez-vous dire au juste en vous donnant comme un exemple de bon réfugié?

_______________

Réponse de Victor Teboul -

Cher ami,

1. Je ne me suis jamais qualifié de «bon» réfugié. Relisez attentivement mon texte.

2. Ce que j'ai voulu signaler - et plusieurs journalistes ont fini par le faire également - (vous trouverez les liens à ces articles plus bas), c'est que le pouvoir de l'argent et des réseaux influents permettent à ceux qui les possèdent d'abuser de la sensibilité des «âmes sensibles», ce qu'on appelle en anglais ''les bleeding hearts'', qui sont bien plus nombreux au Canada qu'ailleurs.

3. Pendant que ces «réfugiés» priviligiés réussissent à mobiliser les médias et les politiciens (et à paralyser les services de fonctionnaires des ministères concernés), des milliers d'autres réfugiés - et d'immigrants - comme les Haïtiens, par exemple, attendent patiemment leur tour et seront obligés, eux, de voir leurs demandes retardées par ces réfugiés beaucoup plus priviligés qu'eux. Un responsable a déjà déclaré que les services canadiens examinent 500 demandes par année - on peut imaginer ce que 500 réfugiés, arrivés en un seul jour, représentent, -a déclaré ce même fonctionnaire.   

4. Résider dans un pays et sympathiser avec ces habitants ne vous informe pas nécessairement sur les retards que d'autres demandeurs d'asile subissent ni sur les abuseurs qui y résident.

5. Se doter de Chartes et de lois ne nous rend pas à l'abri des abus, bien au contraire, comme certains réfugiés finnisent par le comprendre.

6. Être doté de lois et de chartes, c'est bien; mais être doté de discernement et de sens critique, c'est mieux.

7. Reléguer ceux qui exercent leur sens critique au camp de la droite- voilà une manière de clore un débat ! 

8. Ajoutons enfin, comme nous l'avons signalé sur Tolerance.ca, que 70 % des réfugiés tamouls retournent chez eux une fois admis au Canada...Voir :  http://www.tolerance.ca/Article.aspx?ID=94803&L=fr

9. Voici quelques articles qui  osent enfin critiquer les «réfugiés»  : 

http://martineau.blogue.canoe.ca/2010/08/23/le_droit_de_se_questionner

http://www.torontosun.com/comment/columnists/2010/08/20/15091486.html

Vancouver Sun

Poster une réaction
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

Bloc-Notes de Victor Teboul

Victor Teboul est écrivain et le directeur-fondateur du magazine en ligne Tolerance.ca ®, fondé en 2002 afin de promouvoir un discours critique sur la tolérance et la diversité. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont des romans et des essais, et de nombreux... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Victor Teboul
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter