Tolerance.ca
Directeur / Éditeur: Victor Teboul, Ph.D.
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Guerre en Ukraine. On passe complètement sous silence le rôle des États-Unis dans cette histoire

Partagez cet article
par Stéphane Thibaudeau
 
On passe complètement sous silence le rôle des États-Unis dans cette histoire, même s'il est central pourtant. Il y a déjà 15 ans, Poutine avertissait les Américains que leur politique d'expansion de l'Otan dans les anciennes républiques soviétiques risquait de compromettre l'équilibre de la région. Il les mettait en garde: une expansion de l'Otan en Ukraine serait considérée comme un casus belli par la Russie.
 
 
Loin d'en tenir compte, le gouvernement américain, sous l'influence des néocons, arrivés au pouvoir avec l'élection de Bush, ont continué de faire monter la pression. En 2014, le gouvernement ukrainien était renversé, non sans la complicité des Américains, remplacé par un autre aligné sur les occidentaux et très nationaliste.
 
Les régions russophiles ont senti leur douleur: le nouveau régime a mis en place une politique d'ukrainisation, et remis en question l'autonomie de ces régions. D'où l'affrontement avec la Russie.
Pendant ce temps, les Américains armaient l'Ukraine, qui a doublé son budget militaire, même si le pays est au bord de la faillite. Ils se sont livrés à des exercices militaires en mer Noire, sous le nez des Russes, une claire provocation. Des milices d'extrême-droite, armées par le gouvernement, ont commencé à commettre des exactions envers les russophones, exactions dénoncées par Amnistie internationale. Silence radio dans les médias occidentaux, pas plus qu'ils n'ont parlé des russophones massacrés par la foule lors d'une manifestation. Ni des bombardements de civils par l'armée ukraine - juste avant l'entrée de l'armée russe, 2 enseignantes sont mortes lors d'un bombardement d'une école. Silence là aussi.
 
C'est dégueulasse ce traitement tendancieux de l'information, qui ressemble plus à de la propagande qu'autre chose. Il n'y a pas que Poutine et les médias russes qui s'y mettent... Poutine est très certainement coupable, mais il n'est pas le seul. Personne n'est innocent dans cette histoire, pas plus le gouvernement ukrainien que les Russes ou les Américains.
 
Parfois, trop rarement, des journalistes occidentaux font un peu mieux leur travail. Ça donne ce reportage, diffusé sur une chaîne française. L'autre côté de la médaille, que l'on ne nous montre quasiment jamais.


* Les deux ministres américains (ministre de la Défense et secrétaire d'État) à Kiev en avril 2022. (Image : ministère américain de la Défense.)


Réagissez à cet article !

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Votre nom :
Courriel
Titre :
Message :
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter