Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.
Le monde de Donald J. Trump
Par Aziz Enhaili
Rédacteur en chef, Tolerance.ca
Aziz Enhaili est spécialiste du Moyen-Orient, de l’islam et de politique étrangère. Il est contributeur irrégulier au volet «voisinage» du groupe Europe2020. Il s’agit d’une unité européenne dédiée à la recherche dans le domaine de prospective internationale. Il  a contribué à trois ouvrages collectifs dirigés par Barry Rubin : Political Islam (Londres: Routledge, 2006) et A Guide to Islamist Movements (New York: M.E. Sharpe, 2010) ainsi qu’à la publication : Pluralisme, Modernité et Monde Arabe, dirigée par Marie-Hélène Parizeau et Soheil Kash (Presses de l’Université Laval, 2001), en signant le chapitre «Pluralisme et islamisme au Maghreb. Le cas du Maroc». 
Articles de cette chronique

D'autres articles du même chroniqueur sont disponibles dans la version anglaise de notre site. Veuillez cliquer ici pour les consulter.

par Aziz Enhaili, Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®
Aujourd’hui, s’ouvre à New York l’Assemblée générale des Nations unies. Une première pour le président Trump. L’occasion pour lui de marteler son message à propos de l’ONU à l’adresse de ses homologue du monde entier. (Texte intégral)
par Aziz Enhaili, Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®
Donald J. Trump est président des États-Unis depuis plus de huit mois. Pourtant, à le voir aller, on dirait qu’il ne sait pas encore que la campagne électorale est terminée. Au lieu d’agir comme le président de tous les Américains et de leur adresser ses messages chaque fois qu’il prend la parole, il continue de s’adresser à sa base électorale et va, des fois, jusqu’à voler au secours de sa partie suprémaciste. (Texte intégral)
par Aziz Enhaili, Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®
La loyauté à Donald J. Trump n’est pas garantie de durée à sa Maison-Blanche. Plusieurs éminents collaborateurs l’avaient appris à leurs dépens. C’est au tour de son stratège politique en chef de passer à la trappe. (Texte intégral)
Avec l'élection du président Trump, l'extrême droite se mobilise et fait parler d'elle de plus en plus. Pour accroître sa visibilité et sa capacité de recrutement par la même occasion, elle multiplie les démonstrations de force. (Texte intégral)
par Aziz Enhaili, Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®
La Russie avait tiré avantage de l'indécision et du vide laissé par le gouvernement Obama ici ou là pour placer ses pions sur l'échiquier géopolitique. Cela n'a pas été bien apprécié par l'establishment traditionnel de la politique étrangère américaine. Le président Trump n'a pas pu atténuer cette méfiance. (Texte intégral)
par Aziz Enhaili, Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®
Quand Barack H. Obama gouvernait les États-Unis, celui qui n’était encore qu’un magnat de l’immobilier parmi d’autres prenait un malin plaisir à dénigrer la gestion de sa Maison-Blanche. Devenu président à son tour, il découvre que si la critique est facile, l’art de la gestion des affaires publiques est à la fois difficile et complexe. (Texte intégral)
par Aziz Enhaili, Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®
La Maison-Blanche de Donald J. Trump donne l'impression d'être dysfonctionnelle. Plusieurs proches collaborateurs ont quitté ou dû le faire. Rien ne montre que c'est affaire de passé. (Texte intégral)
par Aziz Enhaili, Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®
Donald J. Trump l'a dit en campagne électorale. Il s'est engagé à détruire le groupe combattant État islamique (EI) par tous les moyens et là où il se trouve. Il voit en M. Erdogan un allié dans cette lutte à mort. Pour lui, tout le reste ou presque vient après. (Texte intégral)
par Aziz Enhaili, Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®
Les allies transatlantiques de Washington sont inquiets. Les déclarations du locataire de la Maison Blanche concernant l’OTAN et la Russie ajoute de l’eau au moulin à leurs inquiétudes. (Texte intégral)
par Aziz Enhaili, Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®
L’ancien chirurgien Ben Carson est un habitué des déclarations controversées. Il a l’air de faire une fixation sur la question d’esclavage. Mais, pas pour les bonnes raisons. (Texte intégral)
    [1] 2 3 4    Suiv.  >>

Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter