Tolerance.ca
Directeur / Éditeur: Victor Teboul, Ph.D.
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Les naïvetés de madame Mélanie Joly, ministre des Affaires étrangères du Canada

par
Ph.D., Université de Montréal, Directeur, Tolerance.ca®
Partagez cet article

Les bourdes de madame Mélanie Joly, ministre des Affaires étrangères du Canada, s’accumulent et les médias, surtout anglophones, restent poliment pantois devant la naïveté de ses commentaires. Je présume qu’elle est elle-même surprise de la portée de ses déclarations, alors que dans ses anciennes fonctions ministérielles, ses prises de position n’attiraient pas autant l’attention des médias.

La dernière bourde de madame Joly porte sur les forces militaires du Canada.

Tentant d’expliquer la non-ingérence militaire du Canada dans la tragédie ukrainienne, madame Joly a déclaré plusieurs fois aux médias, que le Canada n’est pas «une puissance militaire». Pensez-y un moment : le Canada, qui a contribué à libérer la France durant la Deuxième guerre mondiale, n’est pas une puissance militaire ?

Imaginons un instant le ministre des Affaires étrangères de France affirmer que son pays n’est pas une puissance militaire pour expliquer le refus de son pays d’engager ses forces militaires dans la défense de l’Ukraine.

Comme on le sait, les puissances occidentales s’abstiennent de s’engager dans le conflit, car, oui, la Russie est une puissance nucléaire.

Mais peut-on excuser la non ingérence du gouvernement canadien en invoquant que le Canada n’est pas une puissance militaire ? Madame Joly ignore-elle que 40 000 Canadiens ont servi en Afghanistan en 2011 et que 158 y sont morts dans les combats ?

La naïveté de la ministre a soulevé – et avec raison - la colère des généraux canadiens à la retraite, dont celle de l‘ancien chef d’état major des armées canadiennes, le général Thomas Lawson, qui était renversé et offusqué par la naïveté des réponses de Mme Joly.

Le manque d’assurance de la ministre, en outre, saute aux yeux, en particulier lorsqu’elle est interrogée par les médias anglophones, non pas à cause de la langue anglaise que madame Joly maîtrise parfaitement, mais à cause des questions pointues que lui posent les journalistes anglophones, comme l’a fait Vassy Kapelos, à son émission «Power and Politics», à la télévision de langue anglaise de Radio-Canada, le 15 mars 2022, questions auxquelles madame Joly semblait singulièrement mal à l’aise de répondre convenablement.  

Contrairement aux autres ministres du gouvernement fédéral, notamment de la ministre de la Défense, madame Anita Anand, notre ministre des Affaires étrangères ne fait que répéter les mêmes déclarations et affirme à satiété qu’elle tient des «conversations» avec les hauts responsables européens et ukrainiens. «Conversations», un mot qu’elle affectionne, qui est aujourd’hui usé à la corde par les réseaux sociaux.  

Je suggère très humblement à notre honorable ministre des Affaires étrangères de se préparer davantage, en particulier pour ses entrevues, en consultant notamment les différents sites web de son gouvernement qui montrent bien, et avec force détails, que le Canada, en plus d’être une nation fondatrice de l’OTAN, est bel et bien une puissance militaire.

Ce que le gouvernement canadien crie haut et fort, entre autres, sur le site Internet officiel du ministère même de madame Joly !

Voir, entre autres, la page suivante de Affaires mondiales.

17 mars 2022



* Mme Mélanie Joly, image Wikipedia.


Réagissez à cet article !

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Votre nom :
Courriel
Titre :
Message :
Analyses et Opinions
Cet article fait partie de

Bloc-Notes de Victor Teboul
par Victor Teboul

Victor Teboul est écrivain et le directeur-fondateur du magazine en ligne Tolerance.ca ®, fondé en 2002 afin de promouvoir un discours critique sur la tolérance et la diversité. 
 
Pour voir l'émission de Radio-Canada, cliquez sur (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Victor Teboul
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter