Tolerance.ca
Directeur / Éditeur: Victor Teboul, Ph.D.
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Sommes-nous racistes ? La réaction de Victor Teboul, directeur de Tolerance.ca, à l’émission de Sophie Durocher

Partagez cet article

Que faut-il penser des accusations de racisme portées régulièrement contre la société québécoise par des porte-parole de groupes, qui prennent la parole dans les médias, et par des individus qui occupent aujourd’hui des postes clés au sein de d’organismes québécois de lutte contre le racisme ?

Que faut-il penser du fait que ce discours accusateur occupe les tribunes sans qu’aucune réplique ne lui soit offerte ?

Le directeur de Tolerance.ca, Victor Teboul, a abordé ces sujets avec madame Sophie Durocher à son émission «On n’est pas obligé d’être d’accord» que l’on peut écouter ci-dessous.

L’entrevue avec madame Durocher : 

La culpabilisation est-elle le dernier outil des antiracistes ?

 

 

 

 

 

L'entretien a été diffusé le 17 juin 2020, sur les ondes de Qub Radio.

Voir aussi : Les dérives de la lutte antiraciste au Québec.

18 juin 2020





Postez votre réponse
Réagissez à cet article !
Professeur (retraité) d'Histoire, d'Économique et de Philosophie
par Jacques Légaré le 1 juillet 2020

Bravo, Victor, pour ton judicieux commentaire.

et aussi à Madame Durocher dont le professionnalisme journaliste impressionne.

 

À ce que nous a dit mon ami Victor, je rajoute :

 

1, Le racisme existe partout, à des degrés fort variables selon les États, leurs régions, les groupes sociaux et les divers niveaux d'éducation. Bref, il faut le combattre partout.

Les petits d'Occident ne sont pas officiellement racistes, aucun. Donc pas le Québec. Mais des poches racistes subsistent.

2, Les États légalement racistes sont plutôt rares. Nuremberg en 1947, la victoire de Nelson Mandela, le symbole Obama leur ont largement cassé les reins.

3. Le racisme résiduel n'est plus qu'un noyau dur. Dur, dur, donc à casser avec force.

4, Le racisme ne concerne que la race ou la discrimination raciale. Respectons les mots pour mieux combattre et mieux travailler.

5, Le reste affligeant, douloureux et intolérable n'est pas du racisme, mais de la discrimination. La plus importante (et on l'oublie) est sociale. Le niveau du revenu est le plus grand ségrégationniste discriminateur qui soit.

6, La discrimination touche ensuite, fortement et dans des degrés infiniment variables : les femmes même blanches, les immigrés, les authoctones, les LBGTQ, les sans-abris, les handicapés, les anciens détenus, et plus encore.

En clair, qui n'est pas Rambo ou Donald ou une notoriété classique, un gars plein aux as subit sa petite dose d'exclusion.

6. Nous devons nous rapprocher des gens qui outrepassent la réalité par leur militantisme excessif (pas toujours excessif par leurs moyens, sauf contre M.Bock-Côté et Filkenkraut) mais par leur lecture du racisme et de la discrimination) Pour ne pas couper les ponts, pour recontrer la lutte sur l'enjeu principal avec des mots justes..

7, Enfin, pour rehausser et rencentrer le débat, il nous faut exiger collectivement la politesse la plus stricte.

Tous peuvent se tromper, et la faute est dans l'idée pas dans la personne. Dans un débat public ce n'est pas le Code criminel qui s'applique (la personne y est fautive) mais l'idée opinée ou opinion. 

Toute conviction politique, religieuse, culturelle, scientifique pas encore avérée ou artistique n'est qu'une opinion. Aucune ne fait partie du Tableau périodique des éléments...

8, L'opinion n'a droit à aucun respect spécifique. Elle est vraie ou fausse, bonne ou mauvaise, acceptable ou rejetable. Chacun en dispose avec respect obligé de son porteur.

Nous sommes loin du racisme ? Non, car la couleur de la peau n'est pas une opinion et n'a donc pas à être rejetée.

Jacques Légaré, né 1948

ph.d. en philosophie politique

Votre entrevue avec Madame Durocher
par Denise Groulx le 21 juin 2020

Monsieur Teboul,

J'aimerais vous remercier  pour cette entrevue et ça me fait du bien de vous entendre.  Cette semaine, parce que j'ai utilisé dans une phrase le mot "noircir", on m'a laissé entendre pour ne pas dire accusée d'être une raciste "inconsciente".  Les larmes m'ont monté aux yeux.

Poster votre réaction

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
Chronique
Cet article fait partie de

Entrevues accordées par Victor Teboul, directeur de Tolerance.ca
par Victor Teboul

Victor Teboul est écrivain et le directeur-fondateur du magazine en ligne Tolerance.ca ®, fondé en 2002 afin de promouvoir un discours critique sur la tolérance et la diversité. 

Pour le dernier essai de Victor Teboul, cliquez sur : Les...
(Lire la suite)

Lisez les autres articles de Victor Teboul
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter