Tolerance.ca
Directeur / Éditeur: Victor Teboul, Ph.D.
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Commémoration de la tuerie survenue à la Grande Mosquée de Québec. Réponse à Aly Ndiaye, alias Webster

par
Ph.D., Université de Montréal, Directeur, Tolerance.ca®
Rassemblement monstre de soutien à la communauté musulmane en janvier 2017 sur la place Jean Talon à Montréal.

Cher Webster,

Salam alayk Webster, sidiyq elaziz,

C’est avec respect et affection que je t’adresse ces quelques mots, car tu aurais pu être mon fils, parce que tu es probablement de la même génération que mon fiston.

Je suis né en Égypte et j’ai un profond respect pour l’islam et les musulmans. Dans mon enfance, même si j'étais - et le suis toujours - attaché à mon judaisme, j’allais régulièrement faire un don à la mosquée de mon quartier à Alexandrie où je suis né. L’islam fait donc partie de mon histoire et de ma culture.

 

Je continue de penser, comme toi, aux personnes qui ont été assassinées en ce jour tragique du 29 janvier 2017, comme à ceux qui en ont été victimes et ont perdu des êtres chers.

Je reconnais ton combat pour la justice et pour la reconnaissance des injustices commises dans le passé, comme peuvent l’attester mes propres écrits, mais je ne peux pas accepter les propos de ton discours prononcés le 29 janvier 2020, lors de la commémoration de la tragédie que nous avons tous vécue, il y a trois ans.

J’estime que tu instrumentalises cet horrible assassinat pour faire avancer des idées trompeuses.

Même s’il s’agit d’un attentat terroriste comme tu l’affirmes, n’oublions pas qu’il s’agit de l’acte criminel d’un seul homme, qui a été condamné à la prison à vie par les tribunaux. Ne faut-il pas aussi rappeler que son acte odieux a été condamné par le Québec tout entier, comme on a pu le constater lors des manifestations de soutien à la communauté musulmane, dans les heures et les jours qui ont suivi l’attentat ?

Que la commémoration du 29 janvier 2020 ait eu lieu dans une église n’est-ce pas en soi révélateur de la solidarité que manifestent les citoyens et les citoyennes de la ville de Québec avec la communauté musulmane ?

Dans ton discours prononcé lors de la commémoration, tu as parlé d’islamophobie, mais j’aimerais que tu me dises de quoi parles-tu au juste, lorsque tu emploies ce terme ? Du fait que nous critiquons les fondements extrémistes de l’islam dont le voile – qu'il soit intégral ou non - est un symbole ? Je te défie de me nommer un seul pays musulman, où les femmes le portent volontairement ou par obligation, qui respecte les droits de la personne et la liberté d’expression dont tu jouis en terre québécoise.

Comme tu le sais, des musulmans et des musulmanes critiquent dans le monde libre les formes extrêmes de la religion musulmane, comme des juifs et des chrétiens dénoncent l’extrémisme qui se manifeste dans leur propre religion.

Si le fait de critiquer l’islam et certains symboles qui véhiculent - ou même promeuvent - des formes extrêmes de la religion musulmane me qualifierait comme étant un islamophobe, alors, oui, je suis islamophobe.

Selon ce raisonnement, je serais donc un antisémite si je critiquais certaines politiques du gouvernement israélien ou certaines pratiques du fondamentalisme juif. Tu vois où nous conduit ce type de raisonnement : il nous conduit tout droit au bâillonnement de l’esprit critique et de la liberté d’expression parce qu'il vise à disqualifier l'interlocuteur en l'accusant de raciste et en mettant ainsi fin à toute discussion possible.  

D'ailleurs, lorsque tu parles de racisme, de quoi parles-tu au juste ? Vois-tu, moi aussi, j’ai combattu le racisme et l'antisémitisme; je combats dans mes écrits et dans mes actions toutes les formes d'exclusion, comme je le fais en publiant depuis dix-huit ans, sans aucune aide financière de la part d’organismes privés ou publics, un magazine en ligne qui porte pour nom Tolerance.ca. Mais je le fais aussi en défendant un esprit critique que l'on doit exercer envers toutes les religions et tous les dogmatismes, quels qu’ils soient, y compris envers ceux qui adoptent le discours de la bien-pensance, sous le couvert de la diversité. 

J’ai remarqué aussi que ton discours a été couvert largement et objectivement par les médias québécois – considères-tu ce traitement raciste ?

J’ai constaté également que de grands éditeurs québécois publient tes ouvrages dans lesquels tu exprimes librement tes points de vue sur l’esclavage et que tu es aussi le co-auteur de manuels destinés aux élèves du secondaire. Est-ce que cette reconnaissance de la part des éditeurs et du monde de l'enseignement québécois correspond à une attitude raciste ?

Comment ne pas remarquer aussi que tu prononceras des conférences en février 2020 dans trois bibliothèques et un centre culturel où tu t’adresseras librement sur ton sujet favori, soit l’esclavage et la présence africaine en terre québécoise.

Ces invitations que tu reçois pour t’adresser à des Québécois de toutes origines, seraient-elles aussi motivées par du racisme ?

Enfin, ne faudrait-il pas aussi rappeler que ces tribunes, qui te sont offertes par des éditeurs et des bibliothèques pour que tu puisses t’y exprimer, existent grâce au financement fourni par l’État québécois et ses contribuables ? Sans se montrer obséquieux, ne serait-il pas juste de le signaler, afin de reconnaître cette liberté d’expression que te permet la société québécoise ? Tu dis bien qu'«aucune société n’est parfaite», mais n'est-ce pas à l'honneur du Québec et de sa démocratie si tu peux critiquer haut et fort une société laquelle elle-même lutte pour sa survie depuis plus de deux siècles ?  

 

 

Tu affirmes en outre que notre passé québécois n’est pas aussi homogène qu’on le prétend. J’en conviens, mais ne faut-il pas souligner que le Québec en est bien conscient ? Sinon, comment expliquer qu’un buste en l’honneur de Toussaint Louverture, l’abolitionniste et révolutionnaire haïtien, soit érigé dans le centre-ville de Montréal, boulevard Maisonneuve, et qu’un monument en l’honneur de Jackie Robinson nous accueille devant le Stade olympique ?

 

 

 

On sait que Robinson sera le premier Noir à jouer dans la Ligue majeure de base-ball et qu’il brisera ainsi la barrière raciste dans les ligues majeures américaines. Cela se passe à Montréal… en 1945 ! Près de 20 ans avant le célèbre discours de Martin Luther King, «I have a dream». 

Je n’ai pas besoin de te rappeler également que la rue Amherst porte maintenant le nom de Atateken, qui signifie fraternité en langue mohawk.

Comme je le signale aussi dans mes écrits, des Québécois et des Québécoises «blancs et de souche», qui ont combattu le racisme et l’antisémitisme, ne jouissent pas encore de la même visibilité et de la même reconnaissance dans notre paysage urbain.

Que des centaines de milliers sinon des millions de Québécoises et de Québécois de toutes origines assistent et participent aux nombreux festivals juifs, arabes, noires ou autochtones, qui ont lieu au Québec, à l'année longue, cela ne démontre-il pas que nous célébrons collectivement  nos identités plurielles ? Des festivals financés, encore une fois, par des Québécois et des Québécoises, qui n’auraient pas lieu si nous étions enfermés, comme tu l’affirmes, «dans une vision passéiste, identitaire et exclusive».

Aussi, tu interroges la Loi sur la laïcité qui a été adoptée par l’Assemblée nationale du Québec avec l’appui massif des Québécois francophones. Mais est-ce que tu ne déformes pas ce que la loi demande à tous les Québécois et à toutes les Québécoises ? Voici ce que tu as déclaré : «Va-t-on laisser le gouvernement déterminer ce que les femmes doivent porter, où et quand?» Or, tu le sais très bien, qu’il ne s’agit pas du tout de cela. Personne et encore moins le gouvernement ne dictera à qui que ce soit comment se vêtir. La Loi sur la laïcité demande simplement à ceux et à celles qui représentent l’État de se montrer neutres dans l’exercice de leur fonction en ne portant pas de signes religieux. Donc, cela ne s’applique pas uniquement aux femmes et secundo le gouvernement ne détermine pas ce qu’on doit ou non porter dans notre vie quotidienne. D’ailleurs, si nous m’acceptons pas qu’un représentant ou une représentante de l’État affiche ses opinions politiques dans l’exercice de ses fonctions, pourquoi accepterions-nous qu’il ou elle affiche ses convictions religieuses ? 

Je suis d’accord toutefois avec ta conclusion, même si la mienne a une tout autre résonance.

Tu dis «Soyons larges, larges et ouverts».

Oui, en tant que Noirs, Blancs, Autochtones, Asiatiques, femmes et hommes, soyons larges, larges et ouverts, mais en reconnaissant aussi les progrès accomplis par la société québécoise et l’esprit de tolérance qui anime tous les Québécois et toutes les Québécoises.

Ma Salama Webster

30 janvier 2020

Victor Teboul a enseigné l'histoire des communautés culturelles à l'Université du Québec à Montréal et a été conseiller en communications au ministère de l'Immigration et des communautés culturelles. 

Site de Victor Teboul : www.victorteboul.com

Site Web de Webster :   http://www.websterls.com/

Note : 

Je remercie M. Jean Bédard qui a réagi (ci-dessous) à mon article en précisant que la Loi 21 sur la laïcité s’applique uniquement aux représentants de l’État qui occupent un poste d’autorité. On trouvera la liste complète des personnes occupant de tels postes et visées par la législation en consultant le texte de la loi sur le site de l’Assemblée nationale du Québec ICI. - Victor Teboul

 



** Image : artpublicmontreal.ca

*** Image : http://www.espace-ressources.uqam.ca/images/contenu/robertcadotte/hm/serie_C/32.html


Réagissez à cet article !
Il y a actuellement 32 réactions.

Postez votre réponse
Retraitée
par Hélène Laprise le 11 février 2020

Lettre de M. Teboul Monsieur, je tiens à vous féliciter pour vos propos qui ont étayé de façon très éloquente la réalité du Québec et de sa population. Merci d’avoir si bien exprimé la réalité québécoise.

BravoI
par Michel Khalil le 2 février 2020

 

En ayant suivi le même parcours que vous entre Alexandrie et le Québec, je vous félicite pour cette excellente réponse. Les islamistes tentent vainement de nous culpabiliser et nous accuser d’être des islamophobes.    

Ils dissimulent la réalité avec des faussetés pour arriver à leur fin. Une chance que des personnes fien informées comme vous mettent les pendules à l’heure. Je vous en remercie et je m’inscris à Tolerance.ca

 

 

La tuerie de la mosquée à Québec
par Marie-Lyne Gagnon le 2 février 2020

Wow! Chapeau bien bas, Monsieur,

Je ne vous connaissais pas mais enfin, vous m'épatez. Que  dire de plus, un gros merci pour votre savoir dire ! Les mots me manquent, vous m'apaisez beaucoup !

D'une Québécoise de souche qui aime l'être humain, mais pas 

la bêtise humaine de l' islam! Et de toutes religions, par contre je reste croyante en l' être suprême.

Marie-Lyne Gagnon

 

Le voile n'est pas un choix
par Christian Roussel le 2 février 2020

Excellent texte, il n'y a que les intégristes qui peuvent nous qualifier de raciste. Les autres

comprennent très bien les valeurs sur lesquelles notre société est fondée. Le port n'est pas

un choix libre c'est une obligation dictée par une doctrine du coran qui donne toute autorité

de l'homme sur la femme, rien d'autre. Votre missive est très juste et la plupart des québécois 

font la nuance entre musulman et intégriste musulman, rien à voir avec le racisme. Je me 

demande pourquoi ils quittent leurs pays dirigés par des doctrines mulsumanes pour venir

dans un pays fonctionnant par des règles de droit ( division entre la religion et l'état) pour 

ensuite nous dire que nos valeurs sont un obstacle pour leur ''épanouissement'' dans un endroit dont ils connaissaient la laïcité et ensuite tenter de nous faire croire que nous sommes

raciste. Voilà question qui mérite une réponse.

Merci!
par pol-pol le 2 février 2020

C'est bien dit, quel style chevalresque pour envoyer promener quelqu'un! Je reconnais là tout le raffinement de l'âme égyptienne! Je voulais lui écrire pour lui dire de cesser de se prendre pour Malcolm X et qu'il n'est pas aux États unis mais après votre lettre, il n'y a rien a ajouter.Je viens de vous découvrir M.Teboul et j'en suis très heureuse!  

Merci.
par Linda Côté le 2 février 2020

Merci pour ce très beau texte, je dois vous dire que habituellement je n'aime pas lire quand c'est trop long, mais pour une des rares fois, je vous lisais et je ne me lassais pas du tout, vous êtes très intéressant à lire et ce que vous avez écrit sur nous les Québécois fait du bien à entendre, et je crois aussi que les médias devrais donner la parole aux musulmans qui sont contre le voile et qui veulent défendre eux aussi la loi 21, 

Excellente analyse.
par Gérald Charbonneau le 1 février 2020

Bravo.
Merci
par Françoise Breault le 1 février 2020

Bravo, M. Teboul. Vous êtes capable de faire la juste part des choses.

Chroniqueur culturel
par Royal du Perron le 1 février 2020

Merci pour votre message si éclairant.

Royal du Perron

La tolérance partagée
par Jean Bédard le 1 février 2020

          Je tiens d'abord à vous féliciter pour l'expression claire et cohérente de votre sens critique. Il est tellement rare d'entendre de tels propos énoncés de façon si sereine et concise, qu'on a envie de le lire et le relire comme un baume lénifiant.

        Cet excès de bien-pensance et d'autoflagellation qui nous accable depuis quelques années affecte collectivement cette estime de soi nécessaire à l'évolution d'un peuple. Le climat toxique qu'il engendre exacerbe cette montée d'intolérance qui empoisonne les réseaux sociaux. Je me permet une petite précision concernant les règles de la Loi 21. Elle ne s'applique pas aux représentants de l'État en tant que tels, mais plus précisément à ceux qui se trouvent en situation d'autorité. Ce qui réduit sensiblement sa portée.

--------------

Merci pour la précision que vous avez apportée dans votre réponse - Victor Teboul

         Merci donc pour cette bouffée d'oxygène qui devrait souffler plus souvent dans notre espace médiatique.

Monsieur
par Daniel Lavertu le 1 février 2020

merci de ce bel exposé de la situation, bien écrit, dans un très bon français.

On a trop souvent tendance à s'apitoyer sur les drames du passé et â chercher un coupable actuel , pour l'acte d'un seul. Oui, il faut se souvenir, mais sans en accusé collectivement la société actuelle et faire valoir ce qui nous unit. 

Mensonge
par Mensonge le 1 février 2020

les lois misent en place pour sévir nous montre a etre intolérant envers chacun. Maintenant les gens déteste les fumeurs, ils peuvent même être punie sévèrement financièrement a cause qu il fume trop près d une fenêtre fermer dehors

Ensuite on en a contre les personnes vivant seul, ils n ont pas d accès et ils eurent aies interdit de prendre des voies sur la route sous peine de sévère amende. Nous jugeons un car il prends des sacs de plastique, ou boit de l eau en bouteille où il mange de la viande. On paie encore des taxes déguiser la dessus sois disant pour nous obliger à changer d habitude plus salutaire.  On fait dès stationnement rose pour des femmes et des enfants en forme et en force de l âge, en permettant à nos personne âges de marcher un peu plus dans les stationne, mais on nous parlent de respect envers nos aines, hé bien! Et j en passe de la façon que on nous montre à être intolérant , alors vous voulez qu on respecte et sois tolérant des illuminera croyant, qui prie au lieu de travailler qui cesse de revendiquer des droits que les autres québécois de souche?

La vérité triomphera toujours!
par Yves Tremblay le 31 janvier 2020

Merci à vous pour ce propos si lucide de votre part.
Tolérance...
par Louis Tremblay le 31 janvier 2020

D'abord merci d'avoir publié votre texte qui à mon avis devrait être lu par le plus grand nombre possible. Quelle lucidité et qu'elle autorité vous avez ! Merci merci merci...
Merci à Victor Teboul
par François Dugré le 31 janvier 2020

Je me permets d'ajouter rapidement un ou deux éléments à votre brillante et nuancée réplique, car que Webster lutte contre le racisme et l'esclavage, voilà qui mérite évidemment tout notre respect, mais qu'il fasse d'une façon aussi peu informée, si biaisée et avec des silences aussi « stratégiques », voilà qui commande la critique.

 

On se souviendra que dans le documentaire « Entends ma voix » consacré à l'affaire SLĀV, Webster avouait s'être réjoui de l'annulation du spectacle après avoir en avoir dénoncé, comme on sait, l'appropriation culturelle dont les créateurs se seraient rendus coupables. Pas un instant n'a-t-il senti le besoin de prendre ses distances face aux slogans ou aux pancartes qui, lors de la désormais célèbre manifestation, traitaient Betty Bonifassi de raciste ou pis, qui lui attribuaient des propos racistes que la « communauté » noire ne pouvait plus tolérer...  Devant une telle calomnie, l'utilisation aussi abusive du terme « racisme » lui fait perdre évidemment tout sens objectif et s'inscrit dans la triste mouvance d'un antiracisme dévoyé qui saborde la cause même qu'il prétend défendre. Durban 2001, on le sait, en demeure peut-être l'exemple le plus connu où l'antisémitisme le plus virulent a pu se refaire une beauté sous couvert d'antiracisme.

 

Lors d'un débat organisé par la BAnQ le 24 octobre 2018 suite à l'affaire SLĀV, Webster devait en ajouter plusieurs couches. Je ne noterai cependant qu'une affirmation fausse parmi tant d'autres. Je fus stupéfait d'entendre Webster, pourtant détenteur d'un baccalauréat en histoire, prétendre que l'esclavage avait débuté avec le colonialisme occidental ! Le militantisme racialiste semble ainsi autoriser la falsification de l'histoire au nom de la Cause. Or, Webster ne peut ignorer que l'anthropologue et historien qui, incidemment, porte le même nom que celui de son père, Tidiane N'Diaye, a consacré à l'esclavage musulman des Noirs un livre essentiel, Le Génocide voilé. Il y traite courageusement de la castration des esclaves Noirs afin qu'ils ne puissent se reproduire en terre d'Islam. L'effarant taux de mortalité suite à cette « opération» explique bien sûr le titre même du livre. Jamais Webster n'en parle, tout comme il tait, selon son habituelle indignation hémiplégique, la partie du monde où se perpétue encore actuellement l'esclavage. Quant à examiner quel a bien pu être le rôle des négriers africains dans cette traite, il ne saurait en être question afin de ne pas mettre à mal le récit accusatoire binaire qui lui sert de fonds de commerce.  Pourquoi d'ailleurs changerait-il quoi que ce soit à ce récit frelaté alors qu'il lui ouvre si aisément les portes institutionnelles et médiatiques ?  À quoi bon, du reste, dire à cet homme qu'il n'est pas la poule qu'il prétend être si on le paie pour ses œufs ? C'est le cercle des gastronomes qu'il s'agit d'élargir. Merci à Victor Teboul de contribuer à raffiner le goût de la vérité.

LES POINTS SUR LES "i"
par Serge Longval le 31 janvier 2020

Merci.
 

Racisme, xénophobie et islamophobie
par Ubald Deshayes le 31 janvier 2020

Quand on parle de l'esclavage des noirs au Québec, il faut dire qu'il n'y en eu que 1500 personnes en tout et pourtout. Alors que les Américains ont dépassé largement les 3 millions. Et de plus, ceux qui ont eu des esclaves noirs furent les anglophones à partir de 1760. 

Quand on accuse les québécois francophones de racistes, je ne vois pas comment les citoyens ordinaires auraient pu acheter des noirs. Quand on connaît l'histoire des colons français et l'extrême pauvreté de ce peuple à l'époque, je ne vois comment nos ancêtres auraient pu acheter des noirs. À preuve, dans le Québec du 20ième siècles, sauf à Montréal, on ne voyait pas en province aucun noir. Si des francophones ont eu des esclaves, le chiffre se limite entre 100 et 300, tout au plus et ces gens étaient l'élite de la société, pas le cultivateur qui avait de la misère à manger 3 fois/jour et ni les bûcherons ou les travailleurs blancs qui travaillaient dans des usines avec des salaires de famine, prouvé par le Rapport Laurendeau-Dunton en 1970, le francophone avait un salaire équivalent à 55% ce qu'un anglophone gagnait.. Je me demande qui était raciste ou zénophobe. 

De plus quand on parle de racisme et de xénophobie, ce qui est drôle c'est que les anglophones accusaient déjà en 1830 les francophones de raciste et de xénophobe. Après 250 années comme colonisé, on nous rabache encore les oreilles  avec ces mots. Quand j'entends ces mots, cela me met en colère parce qu'on m'accuse de raciste par la bande et parce que le détracteur ne connaît pas grand chose à l'histoire de mon peuple, canadien-français ou québécois.  

 

Soutien populaire
par Daniel le 31 janvier 2020

Merci,et vous devez continuer de mettre certains pendules à l'heure pour notre bien collectif et surtout pour ceux qui ne peuvent pas le faire...

Fierté d'être québoise, merci de nous le rappeler
par Priscillia Poirier le 31 janvier 2020

Merci M. Victor de ramener le peuple québécois dans cette fierté,qui , parfois endormie , l'est par de vrais racistes tel M.Webster. Chantons haut et fort notre patrie le Québec comme vous le faîtes avec tellement d'objectivité constructive. Bienvenu chez-nous!

 

Merci
par nadia seboussi le 31 janvier 2020

 

Très belle lecture de la situation. Il est impératif pour que notre société avance de traiter les malaises dans leur souches respectives avant que le mal ne se répondent dans toutes les sphères. La société québécoise est très accueillante et généreuse et on se doit de travailler ensemble pour persévérer dans cette forme de générosité et de tolérance.

Nadia Seboussi  

 

Pourquoi?
par Vadon Peter le 31 janvier 2020

Merci pour votre excellent texte qui remet les pendules à l'heure...

Mais, quand allons-nous dénoncer ceux qui ont un agenda? Ceux qui ne VEULENT PAS s'intégrer à notre société et qui provoque la haine et la division, sans ce faire litéralement et systématiquement menacer de mort?

Tolérance et bienvaillance
par Esther Gagnon le 31 janvier 2020

Les québécois ont vécu 2 référendums posant la question d'avoir notre propre pays. Nous avons pu argumenter sur le sujet sans dénigrer la personne d'opinion contraire. Je déplore l'explosion de colère que déclenche toute allusion à un seul sujet. L'extrémisme religieux est condamnable, je n'ai nommé aucune religion en particulier.

Ces excès de langage, nous avons évité de les utiliser pour l'obtention d'un pays. Certains défenseurs de la tolérance démontrent une grande intolérance au seul fait d'aborder le sujet. Les québécois s'entredéchirent au nom de l'amour, la liberté et le respect ! Un grand merci à vous !

Merci!
par Martine Fradette le 31 janvier 2020

Merci pour votre intervention ! J'ai participé l'an passé à une rencontre en lien en appui à la Loi 21 Avec des hommes et femmes Kabiles de confession musulmane. Que de bonnes personnes lucides et heureuses de vivre Avec nous , partageant nos valeurs de partage , de paix , de générosité. Ces personnes que les médias évitent préférant entendre çeux qui ne font que cracher sur la terre et de çeux qui les ont accueilli à bras ouverts . 

Commémoration de la tuerie survenue à la Grande Mosquée de Québec. Réponse à Aly Ndiaye, alias Webster
par michèle Barnabé le 31 janvier 2020

Votre article me fait grand bien. Merci de mettre les pendules à l'heure.

Merci
par Andrée Rousseau le 31 janvier 2020

J'ai simplement le goût de vous dire merci pour cet article.

Reconnaissance
par Chip le 31 janvier 2020

Bonjour, Je viens tout juste de rencontrer Tolérance.ca via Twitter et l'article de M. Victor Teboul portant sur la "Commémoration de la tuerie survenue à la Grande Mosquée de Québec. Cet article m'a fait beaucoup de bien m'a apaisée face aux controverses que suscite la Loi 21. Cet article appuie ma position et je souhaite qu'il éclairera d'autres personnes. Suzie Dussault Secrétaire médicale
Réponse webster
par Marc Le Boulengé le 31 janvier 2020

Merci Victor, belle contribution à une défense d'une société d'accueil intelligente.

Félicitations pour votre réponse à Webstr
par Michèle Sirois le 31 janvier 2020

Je suis la coordonnatrice du Rassemblement pour la laïcité et nous avons déjà communiqué ensemble lors du débat sur la Charte de la laïcité. Je voulais vous écrire directement sur votre adresse de courriel, mais j'ai perdu celle-ci et j'ai moi-même changé d'adresse de courriel. J'aimerais bien reprendre contact avec vous.

Je voulais vous dire combien le ton et le contenu de votre réponse sont appropriés. Votre réponse fait, elle, vraiment preuve de tolérance et d'ouverture. 

Je voulais vous signaler également le texte que j'ai publié dans La Presse.et qui aborde la question de la loi sur la laïcité dans une approche complémentaire à la vôtre.

Michèle Sirois, anthropologue et coordonnatrice du Rassemblement pour la laïcité, «Laïcité – Les oublis de l’historien et sociologue Gérard Bouchard», 22 janvier 2020.

au plaisir de reprendre le contact 

 

 

Prudence
par MARCEL Landry le 31 janvier 2020

On a bon coeur nous les Quebecois,merci de nous rappeller que des profiteurs,sont toujour la ,pour se servir d une situation aussi tragique pour nous induire en erreur.A y regarder deux fois plutot qu une quand certaines de ces personnes nous adresse la parole.

A la retraite
par Michel De Stephano le 31 janvier 2020

Bravo pour votre texte ! Je ne vous connaissais pas du tout avant de vous lire et je me felicite d'avoir pris 5-minutes pour le faire...votre analyse est tres realiste de ce que les Quebecois en general ressentent.J'avais un copain de travail Egyptien qui ma foi avait autant de sagesse que vous dans vos commentaires :Fouad Gamil Zalzal a qui je dois une reconnaissance pour sa facon polie et amicale de parfois me faire voir l'autre cote de la medaille...Merci a vous ! 

Critique de théâtre, naturiste, indépendantiste d’origine juive tunisienne
par Michel Vaïs le 31 janvier 2020

Bravo Victor ! Je partage.

Merci
par danielle stanton le 31 janvier 2020

Merci pour ce regard lucide mais juste sur la société québécoise. J'endosse chaque mot de votre réponse.

Poster votre réaction
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

Bloc-Notes de Victor Teboul

Victor Teboul est écrivain et le directeur-fondateur du magazine en ligne Tolerance.ca ®, fondé en 2002 afin de promouvoir un discours critique sur la tolérance et la diversité. 

Pour le dernier essai de Victor Teboul, cliquez sur : Les...
(Lire la suite)

Lisez les autres articles de Victor Teboul
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter