Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Les attentats à Paris et la mollesse de Justin Trudeau

par
Ph.D., Université de Montréal, Directeur, Tolerance.ca®
M. Trudeau en 2014. Image Wikipedia.

Alors que la plupart des chefs d'État de la planète ont condamné énergiquement les attentats meurtriers de Paris, comme l'ont fait également le premier ministre du Québec, M. Philippe Couillard, et le maire de Montréal, M. Denis Coderre, le premier ministre canadien, lui, a déclaré que «ces attaques nous portent à réfléchir».

S'apprêtant en fin de journée vendredi 13 novembre à embarquer sur l'avion qui devait le conduire à sa première rencontre internationale à l'occasion du sommet du G20 en Turquie, et donc étant forcément privé de ses rédacteurs de discours, le nouvel élu à la tête du gouvernement canadien s'est contenté d'exprimer dans un communiqué ses «plus sincères condoléances» aux victimes parisiennes.

Tandis que les drapeaux de Montréal et du Québec sont en berne, M. Trudeau n'a pas jugé bon de condamner ni de dénoncer, en termes clairs, les actes terroristes survenus à Paris, alors même que le premier ministre du Québec, M. Couillard, dans son allocution à l'occasion des commémorations du 11 novembre, a explicitement associé, bien avant les attentats de Paris, l'État islamique au nazisme. D'ailleurs, le premier ministre du Québec n'a pas manqué de plaider pour une action forte et concertée de la part du Canada dans la lutte contre l'État islamique en Syrie. Une réaction militaire, a-t-il souligné, étant nécessaire à la suite des attentats commis à Paris.

Quant à M. Trudeau, les termes on ne peut plus affectés de sa déclaration laisseraient songeurs quiconque a été ébranlé par la tragédie survenue à Paris : «Sophie et moi nous joignons (sic) à tous les Canadiens pour exprimer nos plus sincères condoléances aux familles et aux amis des victimes», a-t-il déclaré selon le communiqué émis par son bureau, comme s'il s'agissait d'un banal accident survenu dans son voisinage. «Nous espérons sincèrement que les otages seront libérés sains et saufs dès que possible. Nous souhaitons également un prompt rétablissement à tous les blessés», a-t-il ajouté.

Ayant comme priorité le retrait des avions de combat canadiens d'Irak et de Syrie, qui avaient pour mission, selon l'engagement du précédent gouvernement, de détruire des bases de l'État islamique, M. Trudeau n'a pas voulu élaborer devant les journalistes sur sa décision de retirer ces avions des zones de combat. Mais un porte-parole de son gouvernement a confirmé samedi 14 novembre qu'il entend toujours mettre fin aux frappes aériennes, malgré les attaques qui ont secoué Paris.

Interrogé par les médias alors qu'il était en route pour la Turquie, le premier ministre canadien s'est aussi refusé à tout commentaire au sujet du rôle de ce groupe terroriste.

M. Stéphane Dion, son ministre des Affaires étrangères, s'est limité à répéter que le Canada s'engagerait dans l'aide humanitaire et l'entraînement des troupes sur le terrain. Soit ! Mais cette déclaration aux intentions idylliques ne permet pas de savoir quelles troupes bénéficieraient de cet appui. Celles de M. Assad dont la présence à la tête de ce qui reste du pays est contestée par les pays occidentaux ou bien celles de la résistance dont les différentes factions causent un véritable casse-tête à tous les pays concernés par le drame syrien ? On sait par ailleurs, qu'à l'exception des militaires kurdes, les troupes en présence cèdent rapidement devant la puissance des forces de l'État islamique. Quant à l'aide humanitaire, comment et où celle-ci sera-t-elle acheminée dans un pays complètement dévasté par la guerre ?

Dans la même veine, tandis que les pays occidentaux s'inquiètent de leur sécurité, M. Trudeau se préoccupe du maintien de la «liberté».

«Les gouvernements ont la responsabilité de garder la sécurité de leurs citoyens en même temps que de maintenir la liberté», répète-t-il.

Mais de quelle liberté s'agit-il ? N'est-ce pas plutôt le terrorisme qui menace nos libertés ?

On constate ainsi que les déclarations et les prises de position du nouveau gouvernement Trudeau ne résistent guère à l'analyse.

Ce n'est pas la première fois que M. Trudeau fait preuve de mollesse devant la terreur. On se souviendra que suite à l'attentat du marathon de Boston d'avril 2013, le chef du Parti libéral du Canada, siégeant alors dans l'opposition, avait déclaré que ces attaques avaient eu lieu parce que les terroristes «se sentaient exclus et totalement en guerre» avec la population qui les accueillait. Il avait ajouté que les sociétés étaient responsables des exclusions qu'elle créait.

Rappelons également qu'en 2012, alors qu'il briguait le leadership du Parti libéral du Canada, M. Justin Trudeau, participa à une conférence à Toronto, au cours de laquelle il partagea la même tribune que plusieurs leaders islamistes dont plusieurs poids lourds des Frères Musulmans, notamment Tariq Ramadan, Jamal Badawi et Mustafa Ceric.

En mars 2011, M. Trudeau n'avait-il pas déjà démontré ses bonnes dispositions à l'égard des islamistes en condamnant l'utilisation du terme «barbares» pour caractériser les crimes d'honneur ? Il s'opposait alors au contenu d'un guide publié par le ministère fédéral de l'Immigration à l'intention des nouveaux immigrants. Après avoir été critiqué de toutes parts, M. Trudeau avait dû reculer sur la question et présenter ses excuses.

''Sunny ways'', s'est exclamé M. Trudeau le soir de sa victoire. Souhaitons-lui que les voies ensoleillées l'éclairent dans son mandat.

16 novembre 2015

 

 



Réagissez à cet article !
Il y a actuellement 1 réaction.

Poster une réaction
Ph.D.
par Nadia Khouri le 14 novembre 2015

Ça fait un bon moment déjà que les gens avisés se disent que Justin tintin est l'idiot utile de tous les intégristes. Et pas seulement des islamistes! 

Poster une réaction
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

Le Bloc-Notes de Victor Teboul

Victor Teboul est écrivain et le directeur-fondateur du magazine en ligne Tolerance.ca ®, fondé en 2002 afin de promouvoir un discours critique sur la tolérance et la diversité. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont des romans et des essais, et de nombreux... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Victor Teboul
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter