Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.
RECHERCHER: 
Chargement
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.
Observatoire des droits humains

Cinéma : le sermon du ministre québécois de la culture, M. Maka Kotto

par
Ph.D., Université de Montréal, Directeur, Tolerance.ca®

M. Maka Kotto, lors d’une de ses rares sorties publiques, près de quatre mois après son élection et sa nomination au poste de ministre québécois de la culture, interrompt son silence afin de donner une leçon aux cinéphiles du Québec.

M. Kotto s’interroge sur le fait que le public québécois ne consomme pas de produits culturels.  «Nous devons nous sensibiliser au fait que si nous ne consommons pas nos produits culturels, personne d’autre ne va le faire», déclare-t-il sans se soucier d’affirmer une lapalissade.

«Ça prend une ou deux générations pour nous renier nous–mêmes en nous accrochant à d’autres produits culturels venus d’ailleurs avec d’autres codes qui n’ont rien à voir avec notre réalité», prend-il plaisir à sermonner le plus sérieusement du monde, dans cet entretien publié par un quotidien de Québec.

Le ministre, nous dit-on, a demandé un avis à ses fonctionnaires afin d’identifier les raisons qui poussent le public à bouder les films québécois, car le cinéma d’ici a connu, en 2012, ses pires recettes en salles, depuis plus de dix ans.

Faut-il vraiment chercher midi à quatorze heures en procédant à des enquêtes ? Si le public québécois boude les films produits chez nous et grassement subventionnés avec l’argent des contribuables, c’est qu’il n’est pas idiot. Bien au contraire. Il en a peut-être marre de revoir les mêmes acteurs que ceux qu’il voit à la télévision québécoise et d’assister à des histoires moralisatrices, comme celle racontée dans le film Incendies, qu’on a eu la prétention, en plus, de présenter aux Oscars, ou à des navets qui évoquent le même monde (avec les mêmes acteurs) que celui de nos téléromans.

Au lieu de sermonner le public, le ministre ne devrait-il pas plutôt se pencher sur les comités et les jurys qui sélectionnent les productions pour fins de financement et leur demander de resserrer les critères d’attribution afin que l’on choisisse des œuvres qui font preuve d’originalité et de sens critique ?

Si des productions comme Crazy, Québec-Montréal, Les Amours imaginaires ont séduit le public québécois, c’est que les  sujets abordés dans ces films étaient dénués du ton moralisateur souvent présent dans notre cinéma et qu'ils traitaient de thèmes inédits, parfois même tabous, avec grâce, fraîcheur et originalité.

Je suggérerais, pour ma part, humblement au ministre et à ses fonctionnaires de se pencher sur les contenus des films que les Québécois ont boudés et sur les productions québécoises qui ont séduit le public, plutôt que de sermonner ce dernier sur ces choix cinématographiques.

8 décembre 2012 
 



Réagissez à cet article !
Il y a actuellement 2 réactions.

Poster une réaction
Monsieur le curé Kotto
par Micheline Legault le 8 décembre 2012

Monsieur Kotto aime bien nous faire la leçon.  Aurait-il déjà été curé?  Il y a près d'un an, il prétendait que les Gaspésiens n'étaient pas renseignés sur ce qui se passe sur la planète.  Maintenant, il fustige les Québécois pour ce qui est de leurs choix cinématographiques! 

J'endosse la suggestion que vous lui faite d'examiner vraiment les produits cinématographiques québécois qui nous sont offerts.  Ni lui, ni personne n'obligera les Québécois à se soumettre aux dicktats culturels de M. Kotto, peu importe la piètre opinion qu'il a de nous.

Incendies et les cinéphiles québécois
par Marcel Parenteau le 10 décembre 2012

Ainsi les Québécois auraient boudé Incendies parce que ce film était trop moralisateur! De plus, il était prétentieux de le présenter aux Oscars! 

J'aimerais d'abord pouvoir comprendreen quoi ce film ( issu d'une pièce de Wajdi Mouhawad, d'origine libanaise) est moralisateur. Parce qu'il fait voir de façon tragique comment une guerre civile peut déchirer une famille? Dresser la mère contre le fils ou le père?

Et pourquoi  la candidature de ce film a-t-il franchi toutes les étapes jusqu'à être considéré comme un des meilleurs films étrangers? Le moins qu'on puisse dire est que la supposée «prétention» des producteurs a été reconnue par l'académie américaine!

L'autre argument de Victor Teboul résiste encore moins à l'épreuve des faits, car ce film n'a pas été boudé par les Québécois, bien au contraire: dans une année difficile, ce film pourtant austère a eu la deuxième meilleure performance au box-office (voir à ce sujet: http://www.filmsquebec.com/entrees-en-salles-des-films-quebecois-de-2010/).

Enfin l'explication des performances très ordinaires des films québécois est hélas beaucoup plus simple et prosaïque. Les Québécois ne sont malheureusement pas des spectateurs plus perpicaces que les autres à travers le monde: les chiffres le disent clairement, ils boudent leur cinéma parce qu'ils préfèrent  les productions hollywoodiennes (loin d'être les moins moralisatrices), comme la plupart  des Occidentaux.

Marcel Parenteau

Poster une réaction
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.

© 2014 Tolerance.ca® Inc. Tous droits de reproduction réservés.

Toutes les informations reproduites sur le site de www.tolerance.ca (articles, images, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Tolerance.ca® Inc. ou, dans certains cas, par leurs auteurs. Aucune de ces informations ne peut être reproduite pour un usage autre que personnel. Toute modification, reproduction à large diffusion, traduction, vente, exploitation commerciale ou réutilisation du contenu du site sans l'autorisation préalable écrite de Tolerance.ca® Inc. est strictement interdite. Pour information : info@tolerance.ca

Tolerance.ca® Inc. n'est pas responsable des liens externes ni des contenus des annonces publicitaires paraissant sur Tolerance.ca®. Les annonces publicitaires peuvent utiliser des données relatives à votre navigation sur notre site, afin de vous proposer des annonces de produits ou services adaptées à vos centres d'intérêts.





Cet article fait partie de

Le Bloc-Notes de Victor Teboul

Victor Teboul est écrivain et le directeur-fondateur du webzine Tolerance.ca ® Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont des romans et des essais, et de nombreux articles. Il a été membre du jury des Prix littéraires 2008 du Gouverneur général du... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Victor Teboul
© Droits réservés. Tolerance.ca® Inc.