Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.
RECHERCHER: 
Chargement
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.
Observatoire des droits humains
Recevez gratuitement notre Newsletter !

Leonard Cohen, écrivain, lauréat du Prix Denise-Pelletier 2012

par
écrivain

J’étais ému et très content d’apprendre que Leonard Cohen est le lauréat est le lauréat du Prix Denise-Pelletier 2012, décérné par le Gouvernement du Québec.

J’ai bien connu Leonard Cohen il y a une cinquantaine d’années. Je l’ai rencontré lors d’une soirée chez le poète Irving Layton  en 1956 alors qu’il était étudiant à l’Université McGill.

Pour moi, il était et demeure un écrivain : poète, romancier, essayiste. Il allait publier alors son premier recueil de poésie Let us compare mythologies. Layton, reconnu comme poète était son mentor.  Cohen est demeuré son ami fidèle et admirateur jusqu’à sa mort il y a quelques années. 

En 1961 Cohen fit paraître chez un grand éditeur McLelland & Stewart son second recueil The spice book of earth. Robert Weaver critique et directeur des émissions littéraires anglaises de Radio-Canada le salua comme la grande promesse de la littérature canadienne. En 1964 ce fut un autre recueil Flowers for Hitler. 

Dans toute sa poésie, Cohen affirmait sa fidélité à la tradition juive, sa douleur face à la Shoa et son grand amour de la vie.

En 1963,  Cohen publia son premier roman The favourite game, un récit semi- autobiographique. L’accueil de la critique fut mitigée. Je lui avais consacré alors un article dans le Devoir. J’y exprimais mon admiration et le saluais comme le grand écrivain canadien de la nouvelle génération.

The beautiful losers, en 1966 fut son second roman. Dans mon analyse dans le Devoir, je soulignais l’immense modernité de l’œuvre, la vision profonde, originale et très personnelle de Cohen du Canada, de son histoire où il met en scène Kateri Tekakwitha, les Jésuites aussi bien que les Juifs. Un roman dont la complexité ne lui attira pas une grande masse de lecteurs. Ce n’est que des années plus tard, en 1977 que le poète Dennis Lee souligna dans son livre Savage Fields,  sa grande vision du Canada, à partir de son passé.

En 1968 le Prix du Gouverneur Général fut décerné à Leonard Cohen pour ses Selected Poems. Chef du service des lettres et de l’édition du Conseil des Arts du Canada à l’époque, j’étais l’administrateur et le responsable de ces prix et j’attendais avec une immense joie l’arrivée du poète à Ottawa. Son éditeur Jack McClelland était déjà là et il me fit part de l’hésitation de Cohen d’accepter le prix. Il reprochait aux autorités la poursuite policière de certains de ses amis artistes pour consommation de drogues. Il m’appela quelques heures avant la cérémonie pour m’annoncer son refus du prix et pour m’assurer de son amitié et de sa gratitude  pour avoir souligné  si favorablement ses romans.

A partir des années suivantes Leonard Cohen devint le grand chanteur de ses poèmes et acquit une énorme réputation mondiale.

Le Québec en reconnaît la valeur. J’aime ses chansons. Je l’ai cependant connu comme écrivain et il le demeure  pour moi.

Le prix Denise-Pelletier est accordé par le Gouvernement du Québec à une personne pour l'ensemble de son œuvre et de sa carrière dans le domaine des arts de la scène, soit la chanson, la musique, l'art lyrique, le théâtre et la danse. (NDLR)

6 novembre 2012



* Source : writersreview wikipedia


Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.

© 2014 Tolerance.ca® Inc. Tous droits de reproduction réservés.

Toutes les informations reproduites sur le site de www.tolerance.ca (articles, images, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Tolerance.ca® Inc. ou, dans certains cas, par leurs auteurs. Aucune de ces informations ne peut être reproduite pour un usage autre que personnel. Toute modification, reproduction à large diffusion, traduction, vente, exploitation commerciale ou réutilisation du contenu du site sans l'autorisation préalable écrite de Tolerance.ca® Inc. est strictement interdite. Pour information : info@tolerance.ca

Tolerance.ca® Inc. n'est pas responsable des liens externes ni des contenus des annonces publicitaires paraissant sur Tolerance.ca®. Les annonces publicitaires peuvent utiliser des données relatives à votre navigation sur notre site, afin de vous proposer des annonces de produits ou services adaptées à vos centres d'intérêts.





Cet article fait partie de

La Chronique de Naïm Kattan, écrivain

Naïm Kattan est né à Bagdad, en Irak. Il est l’auteur d'une quarantaine d'ouvrages.  Membre de la Société royale du Canada et de l'Académie des lettres du Québec (1983), il est officier de l'ordre du Canada (1983) et de l’ordre des... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Naïm Kattan
© Droits réservés. Tolerance.ca® Inc.