Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Canada. Hausse du financement total des secteurs non financiers intérieurs

Au troisième trimestre, le financement total des secteurs non financiers intérieurs s'est chiffré à 292 milliards de dollars, en hausse par rapport aux 258 milliards de dollars enregistrés au trimestre précédent. 



L'emprunt de l'administration fédérale a de nouveau été important au troisième trimestre, ayant représenté près de 40 % du financement total des secteurs non financiers intérieurs.

La hausse du cours des actions ainsi que la baisse des taux hypothécaires et des rendements obligataires ont été les faits marquants de l'évolution des marchés financiers au troisième trimestre. L'indice composite Standard and Poor's a continué à progresser, gagnant 10 %, pour atteindre 11 400 à la fin du trimestre. Il s'agit du deuxième trimestre consécutif de croissance de 10 % et plus de cet indice.

Le taux des hypothèques ordinaires sur cinq ans a diminué de plus de 35 points de base, tandis que les rendements moyens sur les obligations de trois à cinq ans du gouvernement canadien ont affiché une baisse de 12 points de base au troisième trimestre. Le taux cible du financement à un jour de la Banque du Canada n'a pas varié durant le trimestre. Le dollar canadien s'est apprécié comparativement au dollar américain pour un deuxième trimestre d'affilée, son cours étant de 92,4 cents US à la fin du trimestre.

Particuliers et entreprises individuelles

L'emprunt des ménages a augmenté au cours du troisième trimestre pour atteindre 89,5 milliards de dollars (données désaisonnalisées aux taux annuels), en hausse par rapport aux 86,8 milliards de dollars enregistrés au trimestre précédent. Le secteur des ménages est demeuré un emprunteur net dans l'économie en raison de ses investissements dans des actifs non financiers qui se sont poursuivis et qui ont dépassé son épargne.

La valeur nette des nouveaux emprunts hypothécaires a augmenté au cours des deuxième et troisième trimestres, après avoir enregistré trois trimestres de recul. Cette hausse a permis de financer la reprise prononcée des ventes de maisons existantes et l'activité de rénovation. En outre, le crédit à la consommation s'est accru de 23 % pour atteindre 41,9 milliards de dollars durant le trimestre, ce qui s'est reflété dans l'augmentation des achats de véhicules. Le ratio du service de la dette des ménages (7,6 %) est demeuré pratiquement inchangé par rapport au deuxième trimestre (7,7 %). Le ratio du service de la dette a décru de plus de 0,5 point de pourcentage depuis le premier trimestre de 2008, la croissance du revenu personnel disponible et les taux d'intérêt plus faibles ayant contribué à la réduction de ce ratio.

Administrations publiques

Au troisième trimestre, l'emprunt de tous les ordres de l'administration publique confondus a atteint 128 milliards de dollars, en hausse par rapport aux 113 milliards de dollars enregistrés au deuxième trimestre (exprimé aux taux annuels désaisonnalisés; sur une base trimestrielle, les administrations publiques ont emprunté 32 milliards de dollars au troisième trimestre). Les émissions d'obligations fédérales ont été importantes durant le trimestre, représentant la majeure partie de l'activité totale d'emprunt de l'administration fédérale.

Dans l'ensemble, le secteur des administrations publiques s'est de nouveau trouvé en situation d'emprunt net au reste de l'économie, tendance qui a pris naissance à la fin de 2008. Le niveau accru d'emprunt au cours de la période est attribuable en partie au financement du plan de stimulation économique de l'administration fédérale, ainsi qu'à d'autres initiatives publiques spéciales, telles que le programme d'achat de prêts hypothécaires assurés et l'investissement de l'administration publique dans des sociétés privées non financières.

Sociétés

Après trois trimestres de baisses importantes, dans l'ensemble, les bénéfices des sociétés et l'investissement en immobilisations des sociétés non financières ont augmenté au troisième trimestre. Le secteur des sociétés a continué à fournir du financement au reste de l'économie, bien que le prêt net ait été moins élevé en raison de la baisse de l'épargne.

Le troisième trimestre a été marqué par un retour prononcé des sociétés non financières au financement par actions. La valeur nette de leurs nouvelles émissions a augmenté de 41,5 milliards de dollars (pour atteindre 72,5 milliards de dollars), les nouvelles émissions ayant représenté la majorité du financement total de ce secteur au troisième trimestre. Il s'agit d'un changement appréciable depuis le quatrième trimestre de 2008, durant lequel les sociétés non financières ont fait de lourds emprunts aux institutions financières sous forme de prêts. La valeur nette des nouveaux prêts obtenus par les sociétés non financières a diminué au cours des trois premiers trimestres de 2009, tandis que les émissions de papiers à court terme ont reculé pendant cinq trimestres d'affilée.

Parmi les bailleurs de fonds, tant l'activité hypothécaire que le crédit à la consommation au secteur des ménages ont augmenté au troisième trimestre, tandis que les prêts aux autres secteurs ont connu un ralentissement. Au cours du trimestre, les investisseurs institutionnels et les institutions financières ont accru leurs placements dans les titres à revenu fixe canadiens.

Non-résidents

Le secteur des non-résidents est resté en situation de prêt net au reste de l'économie durant le troisième trimestre, tendance qui a pris naissance au quatrième trimestre de 2008. Les placements étrangers en titres canadiens sont demeurés élevés au troisième trimestre, principalement en raison des achats d'actions canadiennes par les non-résidents. Les investisseurs canadiens ont réduit leurs portefeuilles de titres étrangers, en grande partie des titres d'emprunt, durant la même période. L'économie a affiché son quatrième déficit trimestriel consécutif du compte courant, le déficit ayant augmenté par rapport au trimestre précédent.
© Statistique Canada -


Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter