Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Journée mondiale des réfugiéEs - souvenirs et pistes d’informations

par
chroniqueuse de Tolerance.ca
Aujourd’hui le 20 juin, nous célébrons la Journée mondiale des réfugiéEs, un moment parfait pour réfléchir à la situation des personnes réfugiées.

À l’heure actuelle, il y a plus de 43.7 millions de personnes réfugiées, déplacées et cherchant l’asile dans le monde, soit l’équivalent d’un peu moins que la population de la Colombie. Contrairement à la croyance populaire, ce n’est pas dans les pays dits riches que la plupart de ces gens se retrouvent, mais bien dans les pays en voie de développement, dans une proportion de 80 %.

Alors que la Convention relative au statut des réfugiéEs protège ces derniers depuis 60 ans, leurs conditions de vie sont de plus en plus difficiles et leur nombre tend à croître avec le temps. En moyenne, les réfugiéEs passent 17 ans dans les camps avant de pouvoir reprendre leur vie normale.

Ce portrait alarmant me rappelle la difficulté de vivre en tant que réfugiéEs, car ces personnes sont placées dans une situation d’extrême vulnérabilité, qui ne leur permet pas d’exercer leurs droits. Je me rappelle comment je m’étais sentie à la sortie d’une simulation de camp de réfugiéEs et ce fut assez troublant. Il y a six ans, j’ai participé à un événement qui s’appelait Sur la piste des réfugiéEs, organisé par la délégation Droits et démocratie de l’Université Laval. Dans le cadre de cet événement se déroulait une simulation de camp de réfugiéEs de 3 jours.

Nous arrivions sur place et nous perdions notre identité. Nous devenions une autre personne d’une autre nationalité qui cherche à fuir son pays pour trouver refuge hors du conflit. C’était au printemps et nous avions uniquement accès à des latrines et nous dormions dans des tentes militaires sur des lits de camps. Nous devions faire des démarches pour rejoindre la frontière à travers les sentiers tout en tentant d’échapper aux attaques, que nous ne réussissions pas toujours à éviter. Je me suis même fait confisquer mes possessions et mon passeport dans une de ces attaques, alors que les attaquants m’ont demandé de me mettre à genoux dans la neige sous la menace d’un fusil. ArrivéEs à la frontière, nous avons été pris en charge par le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiéEs (HCR) et la Croix-Rouge et nous étions soumis au régime instable de la vie sur les camps de réfugiéEs.

Bien sûr, tout ceci était fictif, même les armes et le passeport. Le personnel comme les attaquants étaient des acteurs et actrices et l’armée supervisait le tout, mais, dans le feu de l’action, il était facile d’oublier que ces gens n’intervenaient pas pour vrai. Au bout des trois jours, après un bon post-mortem, j’ai pu retourner à la maison. Les vraiEs réfugiéEs n’ont pas cette possibilité.

Le 20 juin, c’est l’occasion d’avoir une pensée pour les gens qui vivent dans une situation de conflit et à tous ceux et celles qui ont fui et vivent maintenant dans des camps.

Pour mieux comprendre la réalité des réfugiéEs, je vous invite à faire ce petit quiz, en anglais, de 15 questions de Refugees International où vous trouverez une mine d’informations à chacune des réponses.  

Des informations supplémentaires sont aussi disponibles sur le site de la campagne Prenez 1 initiative du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiéEs. Vous y trouverez également des témoignages, des quiz et la vidéo d’Angelina Jolie, l’ambassadrice de bonne volonté du HCR depuis 2001.



Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

Info-Droits. La chronique de Julie Dumontier

Julie Dumontier est chroniqueuse de Tolerance.ca en matière de droits de la personne. Après des études pendant cinq ans, à l'Université Laval, en lettres et en sciences sociales, Julie Dumontier complète maintenant un diplôme en droit à l'Université du Québec à Montréal afin de... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Julie Dumontier
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter