Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Le déficit du compte courant du Canada avec le reste du monde augmente

Le déficit du compte courant du Canada avec le reste du monde (en chiffres désaisonnalisés) au troisième trimestre a atteint un sommet de 13,1 milliards de dollars. 



Cette augmentation a encore une fois été largement attribuable au commerce des biens, le déficit à ce chapitre ayant atteint un nouveau sommet. Alors que les importations et les exportations de biens ont été en hausse, et ce, après trois trimestres de recul, les importations ont progressé plus rapidement que les exportations. Le commerce des services et les revenus des investissements ont eu un effet modérateur sur le déficit global du compte courant.

Dans le compte capital et financier (non désaisonnalisé), les opérations transfrontalières en valeurs mobilières ont encore une fois donné lieu à d'importantes entrées de fonds au cours du troisième trimestre, en raison de ventes canadiennes de titres étrangers et d'acquisitions étrangères de titres canadiens. Les opérations au chapitre de l'investissement direct ont connu une nette progression à la faveur d'une reprise importante de l'activité liée aux fusions et aux acquisitions transfrontalières.

Compte courant

Nouveau sommet pour le déficit du commerce des biens

Le déficit du commerce des biens a atteint 4,0 milliards de dollars au troisième trimestre. Suivant trois trimestres à la baisse, autant les exportations que les importations de biens se sont accrues au cours du troisième trimestre. Sur le plan géographique, le Canada continue d'enregistrer un excédent au chapitre du commerce des biens avec les États-Unis; cependant, cet excédent bilatéral a continué à s'amenuiser au troisième trimestre, car les importations canadiennes en provenance des États-Unis ont progressé plus vite que les exportations canadiennes vers les marchés américains.

Les exportations globales de biens se sont accrues de 2,4 milliards de dollars pour se fixer à 90,3 milliards de dollars. La plus forte reprise a été observée du côté des produits de l'automobile, où les exportations de voitures particulières ont augmenté de 2,0 milliards de dollars, après deux trimestres particulièrement faibles. En outre, les exportations de pétrole brut ont été en hausse de 1,1 milliard de dollars, grâce à des volumes supérieurs. Après trois trimestres consécutifs de recul, les biens industriels ont connu une légère progression, surtout grâce aux prix.

Cependant, le comportement des exportations des autres marchandises a tempéré ces hausses. Les exportations de gaz naturel sont demeurées inchangées, l'augmentation des volumes ayant été effacée par la baisse des prix. Les prix du gaz naturel ont continué à se replier au troisième trimestre, s'étant établis au tiers du niveau affiché au même trimestre l'année précédente. Les produits agricoles ont accusé une baisse de 1,4 milliard de dollars, surtout en raison de la diminution des volumes des exportations de blé et de canola.

Les importations totales de biens ont progressé de 4,8 milliards de dollars et ont atteint 94,2 milliards de dollars. L'augmentation la plus prononcée est survenue du côté des produits automobiles, qui ont affiché une hausse de 2,6 milliards de dollars, répartie également entre les voitures, les camions et les pièces. Un accroissement des volumes de pétrole brut au troisième trimestre a été principalement à l'origine de l'augmentation de 0,9 milliard de dollars des importations de produits énergétiques. Les importations de machines et de matériel ont aussi progressé de 0,9 milliard de dollars, malgré des baisses de prix pour toutes leurs composantes.

Légère contraction du déficit des services

Le déficit du commerce des services s'est légèrement refermé au troisième trimestre. Les exportations de services commerciaux n'ont pas diminué autant que les importations, tandis que des variations minimes ont été observées dans les autres services. Le déficit au chapitre des voyages est demeuré inchangé, les Canadiens ayant réduit leurs dépenses aux États-Unis, tout en les augmentant dans les autres pays.

Rétrécissement du déficit des revenus des investissements
Le déficit des revenus des investissements s'est contracté au troisième trimestre, essentiellement en raison des gains plus élevés réalisés sur les investissements directs canadiens à l'étranger. Cet accroissement a été dominé par le secteur de la finance et des assurances. Les augmentations du côté du revenu des investissements directs ont été partiellement contrebalancées par une baisse des dividendes touchés par les titulaires canadiens de portefeuilles d'actions étrangères. Un rebondissement des bénéfices des sociétés canadiennes au cours du trimestre a coïncidé avec une augmentation des paiements de revenus des investissements aux investisseurs directs étrangers, principalement sous forme de dividendes.

Compte capital et financier

Forte hausse des acquisitions étrangères d'actions canadiennes
Les achats de titres canadiens par les investisseurs étrangers sont demeurés considérables, s'étant chiffrés à 19,0 milliards de dollars au troisième trimestre, et portaient surtout sur des actions canadiennes. Cependant, les placements étrangers en obligations canadiennes ont ralenti, et les non-résidents se sont départis d'effets à court terme canadiens pour la première fois en six trimestres.

Les non-résidents ont ajouté pour 15,1 milliards de dollars d'actions canadiennes à leurs portefeuilles au cours du troisième trimestre. Cette activité a été dominée par la vigueur soutenue des opérations sur le marché secondaire. Les nouvelles actions de sociétés canadiennes émises à des investisseurs étrangers de portefeuille dans le cadre du financement d'acquisitions d'entreprises étrangères ont également contribué à cette activité, alors que les acquisitions d'investissements directs transfrontaliers ont repris au troisième trimestre.

Les non-résidents ont acquis pour un montant supplémentaire de 10,6 milliards de dollars d'obligations au cours du trimestre, après avoir effectué des placements sans précédent au cours du trimestre précédent. Les achats soutenus d'obligations fédérales et de nouvelles émissions d'obligations de sociétés privées ont contribué à cette activité. Par ailleurs, les non-résidents se sont départis de 6,8 milliards de dollars d'instruments du marché monétaire canadien, des effets gouvernementaux en totalité. Il s'agissait de la première diminution trimestrielle des avoirs de ces instruments depuis le premier trimestre de 2008.

Les Canadiens se départissent de titres étrangers

Les investisseurs canadiens ont réduit leurs avoirs en titres étrangers au troisième trimestre, en ayant éliminé pour 5,5 milliards de dollars de leurs portefeuilles. Il s'agissait du premier désinvestissement observé depuis le quatrième trimestre de 2008, lorsque les conditions sur les marchés financiers mondiaux s'étaient nettement dégradées.

Cette activité résultait, dans une large mesure, d'une diminution supplémentaire des avoirs en instruments d'emprunt étrangers au troisième trimestre. Le désinvestissement en obligations étrangères a atteint 7,5 milliards de dollars, les investisseurs canadiens ayant réduit leur position en obligations du Trésor américain et en obligations feuille d'érable autres qu'américaines. Une faible diminution des avoirs en instruments du marché monétaire étranger a aussi contribué au désinvestissement de ce trimestre. Les Canadiens ont réduit de 45,3 milliards de dollars leur niveau d'exposition par rapport aux instruments d'emprunt étrangers depuis que les préoccupations à propos du crédit mondial ont surgi à l'été 2007.

Les Canadiens ont ajouté pour 2,3 milliards de dollars d'actions étrangères à leurs avoirs au cours du troisième trimestre, sensiblement moindre que la moyenne de 7,3 milliards de dollars affichée au cours des deux trimestres précédents. Cette activité a porté essentiellement sur les actions américaines, les achats d'actions étrangères d'autres pays ayant ralenti considérablement. Les principaux marchés boursiers mondiaux ont affiché des hausses durant cette période.

L'activité liée aux investissements directs transfrontaliers reprend
Les investissements directs canadiens à l'étranger (25,6 milliards de dollars) et les investissements directs étrangers au Canada (17,0 milliards de dollars) ont atteint, au troisième trimestre, leur plus haut niveau jusqu'à présent en 2009, après deux trimestres plutôt modestes. Cette vigueur renouvelée a surtout été attribuable à la reprise de l'activité d'acquisitions au chapitre de l'investissement direct.

Environ 75 % des investissements directs à l'étranger effectués au cours du troisième trimestre l'ont été sous forme d'acquisitions d'entreprises étrangères par des entreprises canadiennes. Selon la région, les investissements directs canadiens à l'étranger ont principalement ciblé les États-unis au troisième trimestre, au moment où le dollar canadien s'est apprécié de 6,3 % par rapport au dollar américain et où l'économie américaine a montré des signes de reprise.

Les investissements directs étrangers au Canada ont aussi repris de la vigueur et ont été composés presque à parts égales d'entrées de fonds au chapitre de fusions et d'acquisitions ainsi que d'injections de fonds dans les opérations de filiales canadiennes existantes. Les investissements directs étrangers au Canada au troisième trimestre provenaient de divers pays, en particulier des États-Unis (7,1 milliards de dollars) et des pays de l'Union européenne (7,9 milliards de dollars).

Les réserves officielles internationales du Canada génèrent d'importants mouvements de fonds

Les opérations au chapitre du compte des autres investissements de la balance des paiements ont donné lieu à des sorties de fonds nettes de 10,5 milliards de dollars au troisième trimestre, traduisant principalement une augmentation des avoirs en réserves officielles libellés en dollars américains et de l'actif-prêts à court terme.

Les réserves officielles internationales du Canada ont aussi varié de façon marquée en raison de nouvelles allocations de droits de tirage spéciaux octroyées par le Fonds monétaire international, qui ont ajouté près de 9 milliards de dollars aux avoirs en réserves et au passif à long terme au troisième trimestre.
© Statistique Canada -


Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter