Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Canada. Les immigrants sont surqualifiés et gagnent moins que les Canadiens de naissance

En 2008, on a observé d'importantes différences entre les immigrants et les non-immigrants en ce qui concerne un grand nombre d'indicateurs de la qualité de l'emploi. En moyenne, les salaires des immigrants étaient ...



En moyenne, les salaires des immigrants étaient plus faibles, tandis que les taux de travail à temps partiel involontaire, de postes temporaires et de surqualification étaient plus élevés. Cependant, pour les immigrants qui étaient arrivés au Canada plus de 10 ans plus tôt, les indicateurs de la qualité de l'emploi ressemblaient de plus près à ceux des personnes nées au Canada.

Malgré ces différences pour un grand nombre des indicateurs de la qualité de l'emploi, les proportions d'immigrants et de travailleurs nés au Canada qui avaient plus de un emploi étaient semblables. De plus, des proportions similaires d'immigrants et de personnes nées au Canada travaillaient à temps partiel, recevaient de la formation en cours d'emploi et avaient un horaire de travail variable.

En 2008, comparativement à leurs homologues nés au Canada, les immigrants occupés de 25 à 54 ans, et plus particulièrement ceux arrivés au Canada plus récemment, étaient plus jeunes, plus souvent des hommes, avaient des niveaux plus élevés de scolarité postsecondaire, étaient plus susceptibles de travailler dans de petites entreprises et avaient tendance à appartenir à des groupes professionnels différents.

Heures de travail et emplois à temps partiel

Le nombre moyen d'heures hebdomadaires habituellement travaillées par les immigrants dans leur emploi principal en 2008 était de 38,3 heures, soit seulement légèrement plus que les 38,1 heures des travailleurs nés au Canada. L'écart était plus grand pour les immigrants qui étaient arrivés au pays plus de 10 ans auparavant (38,6 heures). Toutefois, les immigrants étaient moins enclins à faire des heures supplémentaires, rémunérées ou non, que les personnes nées au Canada, sans égard à la période écoulée depuis l'arrivée au pays.

En 2008, 5,2 % des travailleurs immigrants et des personnes nées au Canada avaient plus de un emploi (cumul d'emplois). Il n'y avait pas de différence significative selon la période d'établissement de l'immigrant.

Les immigrants qui avaient plusieurs emplois avaient des heures de travail plus longues dans l'ensemble que les personnes nées au Canada qui cumulaient des emplois. En 2008, les immigrants qui avaient plus de un emploi travaillaient en moyenne 50,0 heures, soit 2,3 heures de plus par semaine que les travailleurs nés au Canada occupant plus de un emploi. Cet écart était particulièrement évident pour les immigrants qui étaient arrivés au pays avant 1998.

En 2008, parmi les travailleurs à temps partiel, la proportion d'immigrants indiquant travailler à temps partiel de façon involontaire (38 %) était plus élevée que celle des travailleurs nés au Canada (30 %). Cet écart se maintenait sans égard à la période écoulée depuis l'arrivée au Canada, mais il était plus marqué chez les immigrants récemment arrivés. En 2008, 41 % des travailleurs immigrants qui étaient arrivés au pays au cours des cinq années précédentes travaillaient à temps partiel sans le vouloir, comparativement à 30 % des travailleurs nés au Canada.

Stabilité et sécurité d'emploi

On peut également mesurer la qualité de l'emploi en fonction de la proportion d'employés occupant des emplois temporaires.

En 2008, 9,7 % des immigrants occupaient des postes temporaires, soit un pourcentage légèrement supérieur à celui de 8,3 % dans le cas des travailleurs nés au Canada. La proportion d'immigrants qui étaient arrivés au pays pendant les cinq années précédentes et qui occupaient des postes temporaires (16 %) représentait près du double de celle de leurs homologues nés au Canada. Cependant, la proportion d'immigrants arrivés au pays plus de 10 ans plus tôt et occupant des emplois temporaires (7,2 %) était inférieure à celle des employés nés au Canada.

Indicateurs liés à la rémunération

En 2008, le salaire horaire moyen d'un employé né au Canada dans le principal groupe d'âge actif de 25 à 54 ans s'est chiffré à 23,72 $, comparativement à 21,44 $ chez les travailleurs immigrants, soit une différence de 2,28 $ l'heure. Un écart subsistait peu importe la période écoulée depuis l'arrivée des immigrants au pays. Cependant, l'écart a été particulièrement prononcé (5,04 $) chez les immigrants qui étaient arrivés au pays au cours des cinq années précédentes.

L'écart salarial entre les travailleurs immigrants et leurs homologues nés au Canada a été particulièrement marqué chez les personnes qui avaient un grade universitaire. Les immigrants de 25 à 54 ans ayant un grade universitaire gagnaient en moyenne 25,31 $ l'heure en 2008, soit environ 5 $ de moins l'heure que leurs homologues nés au Canada.

En ce qui concerne la répartition des salaires, la proportion de personnes qui gagnaient moins de 10 $ l'heure en 2008 a été 1,8 fois plus élevée chez les immigrants que chez les travailleurs nés au Canada. À l'autre extrémité de l'échelle, on a noté une proportion plus faible d'immigrants que de personnes nées au Canada gagnant 35 $ ou plus l'heure.

En 2008, la syndicalisation chez les employés immigrants de 25 à 54 ans a été plus faible que chez les personnes nées au Canada, peu importe la période d'établissement. La proportion d'employés syndiqués nés au Canada a été près de 1,5 fois supérieure à celle de l'ensemble des immigrants et 1,3 fois supérieure à celle des immigrants arrivés au Canada depuis plus de 10 ans.

Surqualification par rapport au poste

En 2008, 42 % des travailleurs immigrants de 25 à 54 ans avaient un niveau de scolarité plus élevé que les exigences normales de leur poste, contre 28 % des travailleurs nés au Canada. Sans égard à la période écoulée depuis l'arrivée au pays, les immigrants affichaient des proportions plus fortes de surqualification.

Plus de 1,1 million de travailleurs de 25 à 54 ans titulaires d'un diplôme universitaire occupaient des professions dont les exigences normales étaient tout au plus un diplôme d'études collégiales ou une formation d'apprenti. La proportion d'immigrants diplômés qui étaient surqualifiés était 1,5 fois plus élevée que chez leurs homologues nés au Canada.

La surqualification était particulièrement fréquente chez les immigrants qui avaient fait des études universitaires et qui étaient arrivés au Canada au cours des cinq années précédant l'enquête. Les deux tiers de ces personnes occupaient des postes qui n'exigeaient habituellement qu'un diplôme d'études collégiales ou une formation d'apprenti, tout au plus.
© Statistique Canada -


Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter