Tolerance.ca
Looking inside ourselves and out at the world
Independent and neutral with regard to all political and religious orientations, Tolerance.ca® aims to promote awareness of the major democratic principles on which tolerance is based.

Un an après Charlie, la tolérance continue de souffrir

(French version only)

L’année 2016 s’annonce cruciale pour la tolérance. Les valeurs démocratiques, la solidarité et l’ouverture seront encore mises à rude épreuve.

 

Au lieu d’avancer pour combattre la pauvreté, le chômage, l’exclusion, les inégalités, au lieu de défendre les droits bafoués, au lieu de lutter pour l’éducation, la santé, l’égalité des sexes et le développement durable, au lieu de consolider les acquis et jouir de leurs apports, nous devrons continuer à combattre l’intolérance, le racisme, l’obscurantisme, le fanatisme religieux, la bêtise et la xénophobie. Des relents d’amertume doivent assaillir ceux qui après un travail acharné de plusieurs années pour défendre le vivre ensemble et la tolérance, voient leurs travaux contrariés, leurs luttes bafouées par la déclaration d’un mégalomane xénophobe comme Donald Trump, d’un fanatique religieux comme Al Baghdadi ou d’un suprémaciste blanc comme Dylan Roof, relayée par les médias du monde entier. La médiatisation des propos intolérants, qui étaient avant cantonnées aux franges les plus extrêmes, est devenue monnaie courante notamment sur les réseaux sociaux qui représentent une caisse de résonance inespérée. Aussi, le recul de la tolérance face à la diversité semble gagner du terrain dans certains pays où les valeurs d’ouverture étaient, semble-t-il, privilégiées. Il suffit de voir le rapport du Conseil de l’Europe en 2015 qui a mis en exergue le nombre élevé d’agressions verbales et de démonstrations injurieuses à caractère haineux ou discriminatoire recensées en France accompagnant l’accroissement des actes islamophobes et antisémites.  Une violence de trop qui vient s’ajouter à celle occasionnée par la diffusion des images infectes diffusées par Daech, des décapitations, mais aussi la destruction des joyaux du patrimoine mondial. Une autre forme d’intolérance est à combattre avec la prolifération des amalgames (encore!) liée notamment à l’arrivée des réfugiés syriens dans plusieurs pays que certains n’hésitent pas à percevoir comme une menace en s’acharnant à établir un lien direct avec les terrorises de Daech. Faut-il juste rappeler que les terroristes derrière les attentats de Paris sont nés en France et en Belgique, qu’ils sont loin d’être des réfugiés? Alors pourquoi ces amalgames ?

Une année cruciale

2016 est également l’année des élections américaines marquées par la montée inexorable du magnat de l’immobilier Donald Trump. Les débats électoraux seront certainement houleux et le vivre ensemble sera, encore une fois, malmené. La peur et l’insécurité ainsi que l’immigration, sujets de prédilection du candidat républicain, continuent à être instrumentalisés pour manipuler les esprits ignorants. Avec sa rhétorique de la haine, sa politique de la division et de l’intolérance, Trump soulève à chaque déclaration une vague d’indignation dans le monde mais également, et il ne faut pas l’oublier, une vague de sympathie. Cet homme qui s'est élevé contre l'immigration et contre l'accueil de réfugiés, qui a proposé d'interdire temporairement l'entrée de tous les musulmans aux États-Unis, est définitivement un danger pour la tolérance.

L’un des principaux défis de cette année est de veiller à ce que notre diversité culturelle, nous rende plus sûrs et non pas moins sûrs, qu’elle s’impose comme une véritable richesse et non un danger, qu’elle soit défendue et protégée et non remise en cause et contestée. Sur les réseaux sociaux, les commentaires racistes et xénophobes ont atteint un seuil grave et plusieurs individus n’hésitent pas à insulter, médire et traiter de noms d’oiseaux ceux qui n’arborent pas les mêmes points de vue. Il est à souligner qu’un changement s’est opéré au niveau des comportements virtuels : Il y a quelques années, les internautes se cachaient derrière l’anonymat conféré par le net pour débiter leurs propos haineux alors qu’il suffit, actuellement, de surfer quelques minutes pour se rendre compte que ces individus assument de plus en plus leur intolérance. Un exemple? Dans l’affaire de la gardienne en milieu familial québécoise d’origine maghrébine accusée de voies de fait sur des enfants, les propos à caractères racistes font rage. Certains sont carrément assumés par leurs auteurs qui semblent oublier l’affaire du pédophile « québécois de souche » de 65 ans fréquentant la garderie de sa conjointe qui a été inculpé récemment. Pourquoi lier les crimes, les délits, les vices aux origines de leurs acteurs? N’est-ce pas là l’une des manifestations de l’intolérance?  Faut-il rappeler que la bêtise n’a ni couleur, ni race, ni origine?

Le chemin à parcourir afin d’atteindre des résultats plus reluisants en termes de tolérance et de respect de l’autre risque de paralyser certains qui sombrent déjà dans le pessimisme  mais le combat doit absolument continuer afin d’éradiquer ces fléaux qui gangrènent nos sociétés.  Ne pas baisser les bras face à l’intolérance et demeurer vigilants sont plus que jamais nécessaires. 

2016-01-05



Comment on this article!
To post a comment, we encourage you to become a member of Tolerance.ca® or log in if you are already a member. You can still post your commentwithout registering, but you will need to fill your personal information each time.

Become a member (free)   |   Log in

Postings are subject to the terms and conditions of Tolerance.ca®. Before submitting your message , you must read the Terms and conditions of Tolerance.ca® and agree to them by checking the box below.
Your name:
Email:
Heading:
Message:
 
  I have read and agree to the Terms and conditions of Tolerance.ca®.
Contributor
This article is part of

Sana's Column
By Sana Bouagila Abdelkéfi, Québec

Sana Bouagila Abdelkefi is a journalist and lives in Québec City.

Read the other articles by Sana Bouagila Abdelkéfi, Québec
Follow us on ...
Facebook Twitter