Tolerance.ca
Director / Editor: Victor Teboul, Ph.D.
Looking inside ourselves and out at the world
Independent and neutral with regard to all political and religious orientations, Tolerance.ca® aims to promote awareness of the major democratic principles on which tolerance is based.

Noël au Québec. Félicitations au maire de Mont-Royal : les réjouissances du solstice font partie du patrimoine de l'humanité

(French version only)
By
Vice-président, Mouvement laïque québécois
Share this article

Encore cette année, le psychodrame des décorations de Noël dans les services municipaux et gouvernementaux est venu nous hanter à la veille du temps des Fêtes. Les deux cas qui ont fait les manchettes cette année sont toutefois fort différents l'un de l'autre.

Rappelons qu'une directive de la section québécoise de Service Canada a demandé aux fonctionnaires de ne pas installer de décorations de Noël dans les espaces fréquentés par le public (directive annulée par la suite par le gouvernement canadien). La semaine suivante, le conseil municipal de Ville Mont-Royal décidait de n'installer ni crèche ni ménorah aux abords de son sapin de Noël mais de maintenir cette dernière décoration.

Pour expliquer le geste de son conseil, le maire de Mont-Royal, Philippe Roy, a déclaré: «nous faisons une distinction entre les symboles religieux et les décorations de Noël».

Contrairement aux directeurs de Service Canada, le maire de Mont-Royal a fait preuve du discernement nécessaire en pareilles circonstances et mérite nos félicitations. Il fait ainsi la leçon au maire de Saguenay et nous montre que la laïcité des institutions publiques n'interdit pas les célébrations collectives profanes comme celle de Noël.

J'ai écouté les reportages, les lignes ouvertes, les avis des experts et lu les articles de journaux sur le sujet et j'ai été étonné de constater que presque personne ne faisait cette distinction pourtant élémentaire. Les commentaires glissent plutôt dans l'identitaire et vont dans le sens du «droit légitime de la majorité» de conserver ses traditions, mais sans faire la distinction entre le religieux et le profane et en occultant le principe de laïcité qu'il faut mettre de l'équation.

La très grande majorité des citoyens sait pourtant faire cette différence.

Qu'y a-t-il de religieux dans la parade du Père Noël, dans la course effrénée aux emplettes, dans les partys de bureaux, dans les échanges de cadeaux, dans les réveillons et les beuveries? Noël, dont l'étymologie renvoie à la naissance du dieu solaire Mithra, n'est donc pas seulement qu'une fête chrétienne. On peut même aisément soutenir que les célébrations populaires et carnavalesques, qui trouvent leur origine lointaine dans les fêtes de solstice, font partie du patrimoine historique de l'humanité. Même les athées ont fait du 21 décembre l'une de leurs principales dates de rassemblement.

La crèche, par contre, ne peut être qu'un symbole religieux, chrétien en l'occurrence, tout comme le crucifix. Alors que les églises ont toujours installé des crèches à l'occasion de la Nativité, les autres décorations ont même été proscrites jusqu'aux années 60 parce que profanes.

Les élus de Mont-Royal ont été bien avisés d'adopter cette position éclairée qui respecte à la fois la laïcité de l'institution et la tradition populaire. Il est à souhaiter qu'elle serve d'exemple et qu'elle mette fin à ce psychodrame collectif qui nous revient nous hanter chaque année.

Lire aussi :

Décorations de Noël. Harper annule la directive qui émanait du Québec

Noël, une fête qui suscite la controverse au Québec

7 décembre 2011
 



Comment on this article!

Postings are subject to the terms and conditions of Tolerance.ca®.
Your name:
Email
Heading:
Message:
Contributor
This article is part of

Baril, Daniel
By Daniel Baril

Daniel Baril is a journalist. He is the Vice-président of the Mouvement laïque québécois. He lives in Montreal.

Read the other articles by Daniel Baril
Follow us on ...
Facebook Twitter