Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.
Analyse de l'information
par Aziz Enhaili, Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®
L’annonce par Mahmoud Abbas (président de l’Autorité palestinienne) de son intention de ne pas briguer de nouveau ce poste n’a laissé personne indifférent. Après une cinquantaine d’années de carrière politique, la «fin» de son parcours laisse une forte impression d’énorme gâchis. (Texte intégral)
par Aziz Enhaili, Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®
L’armée pakistanaise mène depuis le 17 octobre dernier une vaste campagne dans le Sud-Waziristan, fief des talibans pakistanais et refuge des talibans afghans et des combattants d’Al-Qaïda. Pour différentes raisons, les dividendes de cette opération d’envergure seront limitées. Risquant même de renforcer la position talibane des deux côtés de la frontière. (Texte intégral)
Dakar/Bruxelles - S’il n’est pas mis rapidement fin au régime militaire en Guinée, le pays risque de s’enfoncer dans une guerre civile qui pourrait déstabiliser toute l’Afrique de l’Ouest. (Texte intégral)
par Aziz Enhaili, Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®
Le mouvement des Frères musulmans représente la principale force d’opposition politique au régime de Moubarak. Après une période de «tolérance», Le Caire semble résolue à en finir avec son influence politique. Facilitant la succession dynastique programmée et ouvrant la voie à la radicalisation de l’islamisme. (Texte intégral)
par Aziz Enhaili, Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®
Hosni Moubarak est âgé de 81 ans. Il dirige l’Égypte d’une main de fer depuis 1981, l’année d’assassinat de son prédécesseur, Sadate, artisan de la paix avec Israël. Maintenant que son état de santé est chancelant, l’heure de la succession ne tardera pas à sonner. (Texte intégral)
par Aziz Enhaili, Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®
Le président égyptien a effectué cette semaine une visite officielle à Washington. La première depuis 2004. Cette visite avait trois enjeux d’importance pour Hosni Moubarak. D’abord, regagner les grâces de Washington. Ensuite, récupérer son rôle traditionnel d’intermédiaire entre les parties israélienne et palestiniennes en conflit. Enfin, faire adouber par Washington son fils Gamal en vue de le couronner comme le prochain raïs d’Égypte. (Texte intégral)
par Aziz Enhaili, Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®
Depuis plusieurs années, l'Algérie continue d'être plongée dans une grave crise politique. En l'absence d'un transfert pacifique du pouvoir des mains des militaires vers celles des civils et de l'exhumation du bilan de la «décennie noire», cette crise est appelée à durer. (Texte intégral)
par Aziz Enhaili, Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®
Le 20 août prochain, les électeurs afghans se rendront aux urnes pour voter en faveur d'un des candidats en lice à la seconde élection présidentielle depuis la chute des taliban en 2001. Cette élection est très importante à plusieurs titres. Peu importe l'heureux élu, il sera confronté à des défis énormes. De l'issue de leur traitement par Kaboul dépendra l'avenir de l'Afghanistan et le succès ou l'échec de la mission internationale dans ce pays. (Texte intégral)
par Aziz Enhaili, Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®
Suite à la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad le 12 juin dernier («Iran: Les raisons de la réélection de Mahmoud Ahmadinejad») , plusieurs Iraniens ont eu l'impression que leur victoire leur a été «volée» par les conservateurs («Iran: Mir-Hossein Moussavi, un dirigeant réformateur?») . Depuis, le régime n'a pu reprendre l'initiative («Sortie de crise en Iran»). (Texte intégral)
par Aziz Enhaili, Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®
En raison du double activisme effréné de l'Algérie, puissance énergétique, et des lobbyistes pro-Polisario à Washington, le roi du Maroc craignait de voir le nouveau président américain tourner le dos à la politique traditionnelle de son pays dans le dossier du Sahara occidental. (Texte intégral)
<<  Préc.   1 2 [3] 4    Suiv.  >>

Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter