Tolerance.ca
Directeur / Éditeur: Victor Teboul, Ph.D.
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Israël/Palestiniens: J Call, un mouvement juif de paix en Europe

par
Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®

Devant le blocage du processus de paix israélo-palestinien et les menaces auxquelles fait face aujourd’hui l’État d’Israël au Moyen-Orient, des Juifs européens ont lancé le J Call. Un groupe de pression attaché à la sécurité d’Israël et favorable à la création d’un État palestinien.

Visiblement, le JStreet américain fait des petits. En Europe pour le moment. Pour ceux qui n’en ont pas encore entendu parler, mentionnons seulement que JStreet est un lobby juif américain qui, depuis avril 2008 (date de sa création), tout en défendant la sécurité de l’État d’Israël, est partisan de la solution des deux États (juif et palestinien) pour en finir avec le conflit israélo-palestinien (www.jstreet.org). Sur le Vieux continent, le «camp de la paix» juif s’est donné le nom de J Call (J pour Jewish). Si c’est maintenant que les fondateurs du nouveau groupe de pression juif européen se sont regroupés pour annoncer le lancement prochain des activités du J Call, cela n’est dû ni au hasard ni à un quelconque complot «sioniste».

Le J Call, un appel à l’État juif à la raison et à la justice

Visiblement, les rédacteurs de l’«Appel à la raison» du J call (appelons-les les JCallistes) sont inquiets pour l’avenir d’Israël. D’où cet appel solennel à la mobilisation générale de la diaspora juive d’Europe en faveur de la sécurité d’Israël et de la création d’un État palestinien (www.jcall.eu).

Pour éviter toute accusation de «haine de soi» de la part des institutions traditionnelles du lobby pro-israélien (juives ou non), les JCallistes ont cru devoir préciser que leur «lien à l’État d’Israël fait partie de (leur) identité» en raison de leur attachement indéfectible à l’«avenir et (à) la sécurité de cet État». Tout en précisant à l’adresse de tous ceux (nostalgique d’une «pureté nationale» qui n’a jamais existé en Europe et) qui voudraient les stigmatiser en tant que Juifs, en les accusant de «double allégeance», ils ont précisé que leur judéité ne les a pas empêché de s’impliquer comme «citoyens de pays européens dans la vie politique et sociale de (leurs) pays respectifs».

Si les JCallistes n’ont aucunement minimisé l’ampleur réelle de «menaces» extérieures à l’endroit de l’État juif provenant du Moyen-Orient (principalement l’ascension iranienne), ils ont en revanche estimé que ces «dangers» proviennent également de l’intérieur des frontières de l’Israël lui-même.

À ce propos, ils ont identifié deux vecteurs de menace domestiques. D’abord, «l’occupation». Ensuite, «la poursuite ininterrompue des implantations en Cisjordanie et dans les quartiers arabes de Jérusalem-Est». Ces deux faits sont, aux dires des JCallistes, à la fois «une erreur politique et une faute morale». Dans la bouche de ceux qualifiés dans la tradition biblique de «peuple élu» (l’élection est entendue ici non en terme d’une supériorité quelconque ou de privilège dû par rapport et/ou au détriment des autres peuples, mais dans le sens d’exemplarité ou de responsabilité morale sans tâche), le terme de «faute morale» est très lourd de sens. Sans oublier de préciser (et c’est là où résiderait le plus grand danger pour l’avenir de l’État hébreu, aux yeux des JCallistes) que l’occupation et la colonisation «alimentent, en outre, un processus de délégitimation d’Israël en tant qu’État (juif)», une attitude qu’ils ont estimé «inacceptable». A juste titre!

La démarche des JCallistes est basée sur l’idée que «l’avenir d’Israël (dépend nécessairement de) l’établissement d’une paix (juste et durable) avec le peuple palestinien, selon le principe ‘‘deux Peuples, deux États’’». Un principe en passe de devenir consensuel dans le monde, y compris dans l’establishment sécuritaire et de politique étrangère en Occident.

À défaut de l’adoption par Israël d’une telle solution «des deux États», les JCallistes ont averti que ce pays «sera confronté à une alternative désastreuse: soit devenir un État où les Juifs seraient minoritaires dans leur propre pays; soit mettre en place un régime qui déshonorerait Israël et le transformerait en une arène de guerre civile»!

C’est pour éviter à Israël une telle issue déshonorante que les JCallistes ont décidé de se mobilier et ont invité «l’Union européenne (UE) et les États-Unis» à faire pression commune «sur les parties israélienne et palestinienne» pour qu’elles parviennent à «un règlement raisonnable et rapide du conflit israélo-palestinien». Si la sollicitation des États-Unis est fort compréhensible (c’est à la fois la principale puissance au monde et le principal allié de l’État hébreu), l’invitation faite à l’UE s’explique, du point de vue des JCallistes, par ses «responsabilités» historiques dans la création de la situation actuelle.

Tout en estimant que la «décision ultime (côté israélien) appartient» aux citoyens de ce pays, les JCallistes ont cru bon devoir souligner qu’il est de leur devoir comme membres des communautés diasporiques juives d’Europe de faire en sorte que «cette décision soit la bonne». Ce qui revient à dire l’acceptation de la solution des deux États.

L’«Appel à la raison», une manifestation de la volonté d’autonomie des diasporas juives vis-à-vis d’Israël

L’establishment pro-israélien traditionnel nous a (jusqu’à aujourd’hui) habitués à un lobby qui soutient de manière ferme et inconditionnelle les politiques des gouvernements israéliens successifs, quelles qu’elles soient et peu importe qu’elles violent ou non le droit international. Ce même lobby a toujours assimilé toute critique (sensée ou non) de ces politiques à de l’antisémitisme pure et simple. S’il est vrai que le recours systématique à ce procédé politique vise à faire taire toute critique des politiques de l’État hébreu, convenons quand même qu’un tel comportement s’explique également, dans une certaine mesure, par un arrière-plan historique d’antisémitisme, réel celui-là. Le chat échaudé craint l’eau froide!

Avec les JCallistes, on est devant une nouvelle configuration. Ils sont en cela de dignes JStreetistes européens. Ils ont estimé que «l’alignement systématique sur la politique du gouvernement israélien est dangereux» pour les «intérêts véritables de l’État d’Israël», «Car il va à (leur) encontre»! Ici, sont visés, sans les nommer, de nombreuses organisations conservatrices pro-israéliennes, dont le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) et le Britain Israel Communications and Research Centre (BICOM) en Grande-Bretagne.

Cette déclaration a au moins quatre mérites. D’abord, elle montre que les diasporas juives européennes sont loin d’être monolithiques et qu’elles sont au contraire traversées (comme le reste des sociétés européennes) par différents courants idéologiques et différentes sensibilités politiques. Ensuite, elle répudie cette tendance traditionnelle de plusieurs militants «communautaires» juifs qui voudrait que tout Juif digne de ce nom doive soutenir inconditionnellement toutes les politiques israéliennes. Encore, elle signale la fin en Europe de cette période de retenue ou de silence des voix critiques des politiques israéliennes au sein des diasporas juives. Un développement dû notamment aux choix actuels du gouvernement de Benyamin Netanyahou, qui a visiblement fait le choix des colonies au détriment d’un État palestinien viable. Mettant ainsi dans l’embarras plusieurs amis occidentaux de son pays («Israël/Palestiniens: le nouveau camouflet de Benjamin Netanyahou à l’administration de Barack H. Obama»). Enfin, cette déclaration porte une voix rafraîchissante qui marie merveilleusement bien la défense de la «survie d’Israël en tant qu’État juif et démocratique» et le soutien à la création d’«un État palestinien souverain et viable». Deux États vivant côte à côte, en paix et en sécurité.

La sortie de ces militants de leur mutisme ou réserve n’est pas due au hasard. Elle s’explique à la fois par des facteurs liés à la politique diasporique et d’autres à celle israélienne, sans oublier les changements de l’environnement régional et international de l’État d’Israël.

**

Le 3 mai 2010, les JCallistes ont prévu de se rencontrer à Bruxelles, devant le Parlement européen, pour lancer de manière officielle leur mouvement pacifiste. L’attrait qu’exerce déjà ce nouveau mouvement explique pourquoi il a réussi à récolter (jusqu’au 24 avril) la signature de 1130 personnes, qui sont loin d’être des citoyens lambda. Maintenant que c’est fait en Europe, les Juifs du Québec et du Canada, à la fois attachés à la sécurité d’Israël et favorables à la création d’un État palestinien, vont-ils eux aussi sauter le pas et créer un autre JStreet canadien ou québécois ou préféreront-ils au contraire continuer à observer la même attitude discrète des dernières années? Une entité comme le «Montreal Dialogue group» possède une partie de la réponse à cette question! C’est donc à suivre.

25 avril 2010
 



Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

La Chronique du rédacteur en chef
par Aziz Enhaili

Aziz Enhaili est spécialiste du Moyen-Orient, de l’islam et de politique étrangère. Il est contributeur irrégulier au volet «voisinage» du groupe Europe2020. Il s’agit d’une unité européenne dédiée à la recherche dans le domaine de prospective internationale. Il  a contribué à trois... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Aziz Enhaili
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter