Tolerance.ca
Directeur / Éditeur: Victor Teboul, Ph.D.
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Montréal. Le président de la Société de transports quadruple son salaire - Le syndicat des chauffeurs d'autobus est indigné

Partagez cet article
MONTRÉAL - "C'est un véritable scandale!, tonne Claude Benoît, président du Syndicat des chauffeurs d'autobus, opérateur de métro et employés de services connexes de la STM (SCFP 1983), suite à la nouvelle de l'augmentation de salaire de 400 % du président de la STM, Michel Labrecque.


 
Le maire Tremblay vient de passer une commande au conseil d'administration pour offrir un gros salaire à un de ses candidats qui a perdu ses élections. C'est inadmissible et on ne passera pas un tel exemple de favoritisme sous silence."

En effet, La Presse nous apprenait ce matin que de 30 000 $ l'an dernier, le salaire du président de la STM vient de bondir à 120 000 $. Soulignons que l'an dernier, Michel Labrecque était conseiller municipal ce qui lui procurait des revenus globaux de 123 000 $. Comme il n'a pas été réélu, il a touché des allocations de départ et de transition de 64 464 $. "Pendant que le cadre financier de la Ville prévoit un maximum de 2 % d'augmentation de salaire annuelle, on défonce allègrement cette limite pour multiplier par quatre le salaire du président. Il me semble que l'injustice est flagrante", ajoute Claude Benoît.

Le président du SCFP 1983 s'interroge sur la nécessité d'une telle hausse pour président de la STM. "Il faisait le même travail pour 30 000 $, pourquoi cette augmentation pharaonique? Qu'a-t-il réalisé qui justifie ce bond? On ne peut pas jouer ainsi au yoyo avec l'argent des contribuables montréalais." Le dirigeant syndical rappelle que cette décision intervient en plus dans un contexte de déficit pour la Société de transport. "On manque d'argent pour financer le transport en commun et on vient dépenser 90 000 $ pour rien. C'est du gaspillage de fonds. On devrait investir dans le service à la clientèle et trouver des sources alternatives de revenu. Ce poste a toujours obtenu une rémunération raisonnable mais modeste. Qu'on le paie comme avant, un point c'est tout", de conclure Claude Benoît.

Le SCFP représente quelque 5500 membres dans le transport urbain au Québec. En plus de ce secteur d'activité, le SCFP est présent dans 10 autres secteurs, entre autres, la santé et les services sociaux, l'éducation, les municipalités, l'énergie, le transport aérien et les communications. Comptant au total près de 105 000 membres au Québec, il est le plus important syndicat affilié de la FTQ.

 


Réagissez à cet article !

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Votre nom :
Courriel
Titre :
Message :
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter