Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Les attentats de Londres

Ahmed Kaoua est journaliste et vit à Montréal.
Crédit : Adam Stacey*
Au-delà de leur caractère abominable et condamnable, les attentats qui ont secoué la capitale britannique rappellent une amère vérité : Londres a toujours été une terre d’accueil pour les extrémistes de tous poils. Alors que les terroristes mettaient à feu et à sang l’Algérie, dans les années 90, les autorités britanniques, fidèles à leur flegme légendaire, continuaient à offrir refuge à leurs chefs, au nom d’un démocratisme désuet et de calculs bassement politiciens. On se rappelle avec quelle déconcertante impunité des cerveaux du GIA (Groupe islamique armé) revendiquaient, à partir de leur havre londonien, les atrocités commises par leurs sbires en Algérie. Le triste bilan de Londres constituait le lot quotidien des Algériens au plus fort de la furie terroriste. Et personne ne s’en offusquait. Convaincue du caractère transnational du terrorisme islamiste, l’Algérie qui menait dans la solitude une douloureuse lutte antiterroriste, n’avait pourtant cessé d’appeler à une coopération internationale pour éradiquer ce mal. En vain. Au lieu de s’alarmer de ce phénomène tentaculaire, la communauté internationale préférait épiloguer sur les «véritables» assassins en Algérie, à coups de commissions d’enquêtes et de ridicules interrogations du genre : « Qui tue qui ? ».


Londres : haut lieu de la propagande islamiste

British Crown Copyright**
C’est que à cette époque-là, l’oncle Sam n’était pas encore inquiété et ses acolytes britanniques étaient loin de penser que leurs rapports adultères avec les islamistes de la pire engeance allaient tourner, un jour, au cauchemar. Jusqu’à un passé récent, Trafalgar Square et la populaire mosquée de Finnsburry étaient des tribunes de prédilection pour des prédicateurs extrémistes jamais inquiétés pour leurs fatwas(avis religieux) et leurs prêches enflammés. C’est dans ces hauts lieux de la propagande islamiste que le tonitruant Égyptien Abou Hamza al-Misri appelait, il y a quelques mois, au djihad (guerre sainte) et chauffait à blanc des foules revigorées par la guerre en Irak. Un autre prêcheur d’origine syrienne affichait publiquement, dans ces lieux, ses intentions d’instaurer un califat en Grande-Bretagne, promettant qu’une fois le projet théocratique réalisé, tous les homosexuels seront jetés du haut de la plus grande tour londonienne. Cela se passait sous le nez et la barbe du Scotland Yard.

Abou Qotada Al-Falestini, un Jordanien d’origine palestinienne qui passe pour être l’homme de confiance de Ben Laden en Europe, se pavanait librement dans la capitale londonienne avant qu’il ne disparaisse subitement dans la nature. Kamredine Kharbane, Boudjema Bounoua, Abou Doha et autres Djaffer El-Houari, tous des chefs intégristes en lien avec les groupes terroristes en Algérie, n’ont jamais été extradés en dépit des innombrables efforts diplomatiques d’Alger. Londres évoque étonnement et invariablement la liberté d’expression de ces « réfugiés politiques ». Même la France s’est heurtée à l’incompréhension britannique en essuyant une fin de non-recevoir à sa demande d’extradition de Rachid Ramda, l’argentier des attentats de Paris en 1995 que Washington veut juger pour ses relations avec Ahmed Ressam.


Les extrémistes, sources précieuses d’information

C’est un secret de Polichinelle : Londres fourmille de dangereux extrémistes qui ont prospéré sous ses lois permissives et excessivement clémentes. Si bien d’ailleurs qu’au début des raids américains sur l’Afghanistan, au lendemain des attentats du 11 septembre, certains observateurs se demandaient s’il ne fallait pas plutôt bombarder la capitale britannique qui, selon eux, abritait des terroristes autrement plus redoutables que les talibans de Kaboul ou de Kandahar ! L’interrogation, au-delà du cynisme qu’elle recèle, n’en est pas moins pertinente. Qu’est ce qui pousse donc Londres à donner refuge à des sanguinaires avérés ? Il y a derrière cet aveuglement l’obsessionnel attachement des autorités britanniques à la sacro-sainte liberté d’expression. La capitale britannique a, certes, cette tradition d’accueillir des dissidents du monde entier, mais étendre cette « hospitalité » à des revendicateurs, voire des architectes d’attentats innommables contre des enfants, des femmes et autres citoyens innocents, c’est franchir un pas vers l’absurde.

Quoi qu’il en soit, il ne faut surtout pas conclure à une certaine naïveté britannique en matière de lutte antiterroriste. Le fait est que dans les rouages du MI5, le service de renseignement britannique, on préfère « laisser faire » des extrémistes connus et reconnus pour leurs crimes afin d’en faire de précieuses sources d’informations. Les spies anglais se targuent, du reste, de posséder les  renseignements les plus importants au monde sur la nébuleuse islamiste. Il est vrai que certains extrémistes qui pullulent sur le sol britannique deviennent parfois les collaborateurs des services secrets. Le marché est simple et néanmoins ahurissant : « Dites et faites ce que vous voulez, mais épargnez-nous et coopérez avec nous. »  Toutefois, ce compromis tacite n’aura pas survécu à l’invasion américano-britannique de l’Irak. Les analystes en conviennent : « cette guerre a relancé la logique du combat total contre l’Occident. » Et comme les divorces se passent souvent dans l’esclandre et parfois dans la violence, Londres et ses islamistes ont consommé le leur dans le feu et le sang. C’est l’histoire des Américains et des talibans qui se répète sur les rives de la Tamise. Un éternel recommencement, en somme.


* Sous licence à : http://creativecommons.org/licenses/by/2.5/

** Les auteurs de l'attentat du 7 juillet 2005 de Londres.


Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter