Tolerance.ca
Directeur / Éditeur: Victor Teboul, Ph.D.
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Grande-Bretagne: Donald Trump se vante sur Twitter de sa rencontre avec Charles, "le prince des… baleines"

par
Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®

Le président américain, Donald Trump, utilise de manière frénétique Twitter pour communiquer avec ses partisans, ses concitoyens et le monde, sans le moindre filtre. Au grand dam de son entourage. Cet usage frénétique a son lot de gaffes.

#USStateVisit #BuckinghamPalace #Trump #princecharles @RoyalFamily @POTUS @FLOTUS

#Twitter est le média social préféré du président américain, Donald J. Trump. Pas un jour ou presque ne passe sans qu’il y publie une annonce ou une réaction à un événement ou à un commentaire ou une émission le concernant lui ou un membre de sa famille ou touchant son gouvernement. L’utilisation frénétique de ce réseau de microblogage ne va pas souvent sans dérapages, mensonges ou fautes de frappe.

Le "h" de trop qui gâche le twitte de Donald J. Trump

La semaine dernière, Donald Trump avait effectué une visite d’État de trois jours au Royaume-Uni. On lui avait déroulé le tapis rouge. Au grand dam de nombreux Britanniques, dont le chef de l’opposition travailliste, Jeremy Corbyn, qui ne voulaient pas de cette visite et qui n'avaient pas hésité à le faire savoir dans les rues de Londres et ailleurs au Royaume-Uni.

Le jeudi 13 juin, le locataire de la Maison-Blanche a publié douze gazouillis. Un d’eux a suscité l’hilarité de plusieurs sur les réseaux sociaux. Dans ce gazouillis, il s’est vanté du fait qu’il rencontre et parle quotidiennement aux "gouvernements étrangers." Cette formulation est doublement bizarre. D’une part, un président américain ne rencontre ou ne parle aux "gouvernements étrangers," puisqu’il le fait plutôt avec un chef d’État ou de gouvernement étrangers. D’autre part, cela ne fait-il pas partie des tâches quotidiennes  du locataire de la Maison-Blanche?

Pour ne rien arranger à ses affaires, en voulant se vanter de sa visite d’État en Grande-Bretagne et de ses rencontres avec le président français, Emmanuel Macron, le président de Pologne, Andrzej Duda, et le chef du gouvernement irlandais, Leo Varadkar, il a fait une faute de frappe dans ce même gazouillis.

En évoquant sa rencontre avec le prince Charles, fils de la reine Elisabeth II et premier sur l’ordre de sa succession à la tête du Commonwealth, le twitteur-en-chef américain a parlé de lui comme du "prince des Baleines" (Prince of Whales au lieu de Prince of Wales)! Comme on a porté à sa connaissance son erreur de frappe, il s’est rapidement rattrapé en biffant la lettre incriminante. Du coup, il a redonné au fils d’Elisabeth II son titre officiel: Prince de Galles.

Ce "h" de trop a suscité l’hilarité et des commentaires moqueurs de plusieurs sur les réseaux sociaux. Même s’il l’a effacé, plusieurs sur Twitter se sont lancés dans un concours des jeux de mots, avec des images d’illustration.

Durant son voyage officiel sur le Vieux-Continent, le président américain a rencontré, à plusieurs reprises, le prince de Wales. Les deux hommes se sont rencontrés, le 6 juin, lors des commémorations du 75e anniversaire du Débarquement. Trois jours plus tôt, ils avaient pris le thé au Clarence House. Ils étaient accompagnés de leurs épouses respectives, Melania, la Première dame, et Camilla Parker Bowles, la duchesse de Cornwall. Ils s’étaient également rencontré au banquet en l’honneur du controversé visiteur tenu au palais de Buckingham.

***

Les abonnés du compte Twitter de Donald J. Trump sont habitués à ses fautes de frappe, d’orthographe ou de syntaxe. Cela les amuse. Parions que cette gaffe de "prince des Baleines" ne sera pas la dernière. Rendez-vous donc avec la prochaine gaffe trumpienne.

14 juin 2019



** Crédit de l'image: Les réseaux sociaux.


Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

Le monde de Donald J. Trump
par Aziz Enhaili

Aziz Enhaili est spécialiste du Moyen-Orient, de l’islam et de politique étrangère. Il est contributeur irrégulier au volet «voisinage» du groupe Europe2020. Il s’agit d’une unité européenne dédiée à la recherche dans le domaine de prospective internationale. Il  a contribué à trois... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Aziz Enhaili
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter