Tolerance.ca
Directeur / Éditeur: Victor Teboul, Ph.D.
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Slav, «revue et corrigée», continue de semer la controverse

par
Ph.D., Université de Montréal, Directeur, Tolerance.ca®

Dans une interview accordée à la radio de Radio-Canada, l’historien de l’Université de Sherbrooke, Jean-Pierre Le Glaunec, qui a assisté à la nouvelle présentation de SLĀV au Centre culturel de Sherbrooke mercredi 16 janvier 2019, a déclaré que la pièce de Robert Lepage continue de montrer que des dizaines de milliers d'enfants étaient vendus comme esclaves dans le sud des États-Unis comme enfants de compagnie. Or, cela constituerait «Une fausseté. Il n'y a jamais eu d'esclaves irlandais à travers le monde et en particulier aux États-Unis. C'est gravissime!» s’exclame Le Glaunec.

«On nous montre une photographie très forte avec des enfants, un noir et un blanc qui se tiennent la main. On nous présente cette petite fille comme une Irlandaise. On connaît bien cette photo, qui date de la guerre de Sécession. Elle était utilisée pour de la propagande abolitionniste afin de soutenir la cause du Nord. C'est, en effet, une enfant esclave, mais elle n'est pas irlandaise. Sa mère était mulâtresse et son père était blanc. Cette enfant était considérée comme noire à l'époque. Elle n'était en aucun cas irlandaise. Une image vaut 1000 mots et, hier, 1400 personnes ont vu un petit garçon noir et une petite fille blanche que l'on dit irlandaise qui sont deux esclaves. C'est plus compliqué que ça, mais c'est très simple».

L’historien s’étonne que les détracteurs de Lepage l’aient accusé d'appropriation culturelle et n’aient pas mis l’accent sur les problèmes historiques.

La journaliste de La Presse, qui a aussi couvert la représentation de Slav à Sherbrooke, se montre, elle, beaucoup plus apologétique :

«Hier à Sherbrooke, écrit-elle, il n'y avait que les trois chanteuses afrodescendantes (nouveau vocable politically correct pour désigner des Noirs. NDLR) qui cueillaient le coton. Les Blanches interprétaient des «domestiques» et une patronne.

«Même chose, poursuit la journaliste, lors du tableau où les femmes, épuisées, épluchent des patates à la tombée de la nuit et entonnent en choeur un chant pour soulager leur peine et se donner du courage pour poursuivre. L'été dernier, toutes les artistes interprétaient des esclaves. Maintenant, les chanteuses afrodescendantes (sic) les incarnent, tandis que les autres jouent des domestiques».

La pièce sera aussi présentée à Saint-Jérôme, à Drummondville et à Québec.

Jean-Pierre Le Glaunec donnera, lundi prochain, une conférence intitulée Les Amériques noires : de l'esclavage à SLĀV lors des soirées de l'Université populaire de Sherbrooke (UPOP). L'activité a lieu au Café Baobab à 17 h 30. 

https://www.upopsherbrooke.com/programmation

Source : Radio-Canada

17 janvier 2019



Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

Bloc-Notes de Victor Teboul

Victor Teboul est écrivain et le directeur-fondateur du magazine en ligne Tolerance.ca ®, fondé en 2002 afin de promouvoir un discours critique sur la tolérance et la diversité. 

Pour le dernier essai de Victor Teboul, cliquez sur : Les...
(Lire la suite)

Lisez les autres articles de Victor Teboul
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter