Tolerance.ca
Directeur / Éditeur: Victor Teboul, Ph.D.
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Lutte à la pauvreté : «Le ministre Hamad doit enlever ses lunettes roses» - Françoise David

Partagez cet article
MONTRÉAL -  Le Comité consultatif de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale rendait aujourd'hui public un avis dont les conclusions ne sont guères surprenantes : le Québec fait du surplace en matière de lutte à la pauvreté et il ratera ses cibles.



Suite à la publication de cet avis, la réaction du ministre Hamad est aussi peu surprenante qu'inacceptable : il s'agit d'un pur acte de déni politique face à la réalité. "Le ministre doit enlever ses lunettes roses et reconnaître l'absence de perspective de son gouvernement en matière de lutte à la pauvreté. Une augmentation substantielle des prestations de la Sécurité du revenu presse car de nombreuses personnes à l'aide sociale dépensent entre 50 et 80% de leur maigre revenu seulement pour se loger !

"Plutôt que de se cacher derrière le Pacte pour l'emploi dont on ne connaît pas encore les retombées concrètes, le ministre responsable de la solidarité sociale devrait plutôt passer à l'action et répondre rapidement aux recommandations formulées par le Comité consultatif", a déclaré la porte-parole de Québec solidaire Françoise David.

L'avis du Comité a su faire la preuve de l'insuffisance du soutien financier en insistant particulièrement sur le sort des personnes assistées sociales qui n'ont pas d'enfant. "À l'instar du Comité consultatif, nous estimons que le gouvernement doit réexaminer sa fiscalité de façon à ce que l'augmentation de l'effort de travail des personnes et l'amélioration de leurs compétences soit pleinement reconnues dans leur revenu disponible", a plaidé le député de Québec solidaire Amir Khadir.

Pour une relance... des conditions de vie !

Dans le contexte de la crise, l'amélioration des revenus des plus pauvres devrait représenter une des pierres angulaires d'un véritable plan de relance.
Alors que les milliards pleuvent à l'appui des banques et des grandes entreprises un peu partout, il est temps que les gouvernements renversent les priorités pour s'occuper de l'amélioration des conditions de vie de la population travailleuse à faible revenu ou bénéficiaire de la sécurité du revenu.

Le 21 avril 2009

Renseignements: Francis Boucher, communications, (514) 710-0466


Réagissez à cet article !

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Votre nom :
Courriel
Titre :
Message :
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter