Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Donald J. Trump menace de couper le financement aux pays qui votent à l’ONU contre sa déclaration sur #Jérusalem

par
Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®

La déclaration Trump sur #Jérusalem est une violation du droit international et signe la fin de ce qui restait du processus de paix israélo-palestinien. Le forcing américain ces jours-ci aux Nations unies peut se révéler contre-productif.

Au début du mois de décembre, le président Donald J. Trump a reconnu Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël et ordonné qu’on y déménage l’ambassade de son pays. Le gouvernement israélien s’en est réjoui. Ailleurs dans le monde, plusieurs sommets et réunions se sont tenus en Asie, en Afrique et en Europe pour condamner, du moins prendre ses distances avec la déclaration Trump.

Chantage et intimidation de Nikki Haley des Nations unies

Le mardi 19 décembre, quatorze des quinze États membres du Conseil de sécurité ont voté en faveur du projet égyptien qui condamne la décision américaine. Avec son veto, la représentante permanente des États-Unis s’est retrouvée isolée sur la scène internationale.

La déclaration Trump sur #Jérusalem a donc été désavouée.

Cet échec diplomatique retentissant de son pays a enragé la diplomate américaine: ce vote "est une insulte que nous n’oublierons pas." Sur son compte Twitter, on peut lire le message rageur suivant: "À l'ONU, on nous demande toujours d'en faire plus et de donner plus," "nous ne nous attendons pas à ce que ceux que nous avons aidés nous ciblent" et jeudi "les États-Unis noteront les noms."

Le lendemain, elle est allée encore plus loin. Dans un courriel envoyé à ses homologues, elle a écrit: "Le président (Donald Trump) observera attentivement ce vote et il a demandé que je lui signale les pays qui auront voté contre nous."

Comme le veto américain a empêché le Conseil de sécurité d’adopter le projet de résolution égyptien, le Yémen et la Turquie (membre de l’OTAN) se sont adressés à l'Assemblée générale des Nations unies pour lui demander de souligner que toute décision sur le statut de Jérusalem "n'a pas de force légale, est nulle et non avenue et doit être révoquée." Ce qui revient à annuler la déclaration Trump.

En prévision de la réunion d’urgence de l’Assemblée générale, le 21 décembre, à 10 heures (heure de l’Est), à propos de la résolution turco-yéménite, l’ambassadrice Nikki Haley a envoyé ce mercredi une lettre aux représentants des États membres. Elle les a mis en garde contre la tentation de voter contre la déclaration Trump. "Le président suivra attentivement ce vote et a demandé que je fasse un rapport sur ceux qui vont voter contre nous," a-t-elle mis en garde. "En examinant votre vote, sachez que le président et les États-Unis prennent personnel ce vote," a-t-elle ajouté. Une réaction qui traduit sa frustration et son incapacité à faire changer d'idée à ses homologues!

Le ministre palestinien Riyad Al-Malki a dénoncé ces menaces et intimidations.

Donald J. Trump menace les pays tentés de voter contre sa déclaration

Aujourd’hui, le président américain se trouvait à la Maison-Blanche pour annoncer fièrement au pays l'adoption de son projet de réforme fiscale. L'occasion également pour lui de se prononcer sur le vote à venir de l'Assemblée générale à propos de sa déclaration sur Jérusalem. Il n’est pas allé par quatre chemins.

Dans sa déclaration, il a repris des éléments de langage de son ambassadrice à l’ONU et est allé encore plus loin qu'elle. Il a dénoncé "tous ces pays qui prennent notre argent et ensuite votent contre nous au Conseil de sécurité" (allusion, entre autres, à l'Égypte). Il a ajouté: "Nous prenons note de ces votes." "Qu’ils votent contre nous et nous sauverons beaucoup d’argent." Une menace claire de couper des milliards de dollars à ces pays qui ont besoin de l’aide américaine et qui voteront demain contre sa déclaration sur Jérusalem.

Cette déclaration est du jamais vu aux Nations unies. Elle a fait le tour du monde. Elle a étonné les cercles diplomatiques.

***

Les États-Unis ont essuyé un échec diplomatique de taille au Conseil de sécurité des Nations unies. Même leurs alliés traditionnels, au Canada et en Europe, n’appuient pas la déclaration Trump. Sans parler des critiques du Vatican, de la Chine et de la Russie et des condamnations au sein du monde arabo-musulman. Pour éviter un autre camouflet diplomatique, cette fois à l’Assemblée générale, Washington a multiplié les pressions sur les 193 États membres pour essayer d’affaiblir le nombre des appuis au projet turco-yéménite. Israël s’est activé dans les coulisses dans le même but. Demain, on verra si cette stratégie a réussi ou échoué lamentablement.

20 décembre 2017



Réagissez à cet article !
Il y a actuellement 1 réaction.

Postez votre réponse
Forcing américain - Jérusalem
par giscari le 26 décembre 2017

Que Donald Trump dise tout ce qu'il voudra, le monde entier (les intelligents) ont compris depuis le début que cette personne souffre de désordre mental.  Ce qui est stupéfiant est que le monde entier réponde à ses tentatives quotidiennes d'attirer l'attention sur lui-même.  Personne n'est obligé de le suivre.  Qui a jamais cru que cet homme voulait travailler à la paix au Moyen-Orient?  On ne peut chercher la guerre à tous ceux qui ne disent pas comme lui et souhaiter à Noël la paix dans le monde. C'est lui qui est l'instigateur de conflits depuis le 20 janvier 2017. Y a t-il eu un seul jour ou le monde entier n'ait pas eu à d'une façon ou d'une autre entendre parler de ses "commentaires"  qui ne sont pas le fait d'un chef d'état responsables, mais d'un malade mental qui devrait être soit dans un hôpital psychiatrique ou alors en prison pour trahison ou quelque chose du genre.  Cet homme est un menteur, qui peut dire deux choses différentes à une journée d'intervale.  Je ne peux pas croire que dans le monde entier, il n'y ait personne pour le faire taire d'une façon ou d'une autre.  Si une troisième guerre mondiale se déclenche il en sera le seul responsable.  Que le Canada se soit abstenu de voter est compréhensible.  Coucher avec un éléphant, comme disait je ne sais plus qui, c'est très dangereux.  Il faut apprendre à se faire tout petit et se faire oublier.  Il faudrait être stupide pour entrer dans son jeu.  Ce n'est qu'un être maniaque qui a besoin de d'attention perpétuel et de pouvoir.  Comme l'on dit d'autres et de mieux informés, il n'a aucune compétence et surtout aucune qualité pour exercer le poste de président des États-Unis.  On en a vu d'autres avant lui, jamais un aussi dangereux.  Il devrait exister un gouvernement mondial ou tous les pays pourraient voter pour l'obliger à se taire.  Il s'agit de la paix non seulement au Moyen-Orient mais de la paix mondiale.

Poster votre réaction
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

Le monde de Donald J. Trump
par Aziz Enhaili

Aziz Enhaili est spécialiste du Moyen-Orient, de l’islam et de politique étrangère. Il est contributeur irrégulier au volet «voisinage» du groupe Europe2020. Il s’agit d’une unité européenne dédiée à la recherche dans le domaine de prospective internationale. Il  a contribué à trois... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Aziz Enhaili
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter