Tolerance.ca
Director / Editor: Victor Teboul, Ph.D.
Looking inside ourselves and out at the world
Independent and neutral with regard to all political and religious orientations, Tolerance.ca® aims to promote awareness of the major democratic principles on which tolerance is based.

L'investiture de Donald J. Trump sans la touche Charlie Brotman

(French version only)
By
Contributor, Member of Tolerance.ca®
Share this article

Le président élu Donald J. Trump aimerait effacer les traces du passage de son prédécesseur démocrate à la Maison Blanche. Même la voix des défilés lors de la prestation de serment des soixante dernières années est passée par là.

Le président élu Donald J. Trump ne fait rien comme ses prédécesseurs à la Maison Blanche. Il multiplie les transgressions des codes établis depuis des lustres. Ce style fait des heureux et des victimes.

Exit Charlie Brotman, Steve Ray in

Vous rappelez-vous du bonhomme qui, le mardi 20 janvier 2009, se trouvait derrière le micro quand le premier président noir de l’histoire américaine a fait, devant le Capitole, sa prestation de serment à titre de 44e président? Cet homme s’appelle Charles Brotman. Sous la houlette du président de la Cour suprême John Roberts, le président élu a alors fait le serment suivant, la main gauche posée sur la Bible: "Moi, Barack Hussein Obama, je jure solennellement de remplir fidèlement les fonctions de président des États-Unis, et, dans toute la mesure de mes moyens, de sauvegarder, protéger et défendre la Constitution des États-Unis." Pour la petite histoire, le nouveau président a dû refaire son serment en raison d’une erreur de phraséologie du juge M. Roberts. Cela s’est passé le lendemain dans le Map Room de la Maison-Blanche.

Charles J. (dit Charlie) Brotman fait partie du décor washingtonien depuis 1957. Il est né en 1928 de parents juifs qui avaient immigré de Russie. Il a grandi à Washington. Il a fait ses études supérieures à l’Université du Maryland. Après avoir passé quelques années dans la Marine, il a fait carrière dans le domaine des relations publiques des sports.

C’est le 34e président américain, le Républicain Dwight D. Eisenhower (1890-1969), qui lui avait le premier demandé d’être la voix des défilés lors de sa seconde investiture en 1957. En tout, il l’a fait bénévolement en présence de onze présidents.

Jusque-là, les choses allaient comme sur des roulettes pour Charlie. Il devait penser que cette année sera encore comme les fois précédentes. Mais, c’était sans compter avec l’équipe de Donald Trump. Elle lui a appris, par courriel, qu’on ne recourra pas à ses services le vendredi prochain. Un coup brutal pour lui, comme il l’a expliqué à l’antenne de CNN: "Je me suis senti comme si Mohamed Ali m’avait donné un coup dans l’estomac. J’ai pensé que j’allais me suicider."

Pour prendre la relève du démis, on a fait appel à Steve Ray. Le nouveau venu est âgé de 58 ans. Il a appuyé le candidat Donald Trump pendant la dernière campagne électorale. C’est un annonceur pigiste des Nationals de Washington, une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball basée à Washington, et de plusieurs stations de radios locales.

***

Après 60 ans de bons et loyaux services à titre de voix des défilés lors de l’investiture de onze présidents, Charlie Brotman a été poussé à la sortie par l'équipe du président élu, Donald J. Trump. Cette sortie a été faite dans la controverse. Mais, cela n'a pas empêché l'homme de 89 ans de souhaiter bonne chance à son successeur.

15 janvier 2017



** Charles Brotman. Crédit de l'image: une page communautaire sur Facebook.


Comment on this article!

Postings are subject to the terms and conditions of Tolerance.ca®.
Your name:
Email
Heading:
Message:
Contributor
This article is part of

Enhaili, Aziz
By Aziz Enhaili

Aziz Enhaili is an expert on the Middle East, of Islam and Foreign policy. He is a contributor on irregular basis to the ‘’Neighbouring countries’’ of the European Union, a unit of Europe2020, a groupe dedicated to prospective studies. He is... (Read next)

Read the other articles by Aziz Enhaili
Follow us on ...
Facebook Twitter