Tolerance.ca
Looking inside ourselves and out at the world
Independent and neutral with regard to all political and religious orientations, Tolerance.ca® aims to promote awareness of the major democratic principles on which tolerance is based.

Jordanie: L’État islamique clame la responsabilité de l’attentat de Karak

(French version only)
By
Editor-in-chief, Tolerance.ca, Member of Tolerance.ca®

L'année 2006 n'a pas été de tout repos pour la monarchie conservatrice des Hachémites à Amman. Plusieurs attentats ont frappé son pays. C'est la façon trouvée par les jihadistes pour lui faire payer sa participation à la guerre contre eux en Irak et en Syrie.

La Jordanie fait depuis des décennies partie des États arabes alliés de l’Occident. Sa participation à la coalition internationale contre l’État islamique (EI) ne bénéficie pas de l’appui de tous les Jordaniens. Les opposants à cette campagne le font car ils trouvent qu'elle cause la mort de beaucoup de musulmans en Irak et en Syrie. Ils craignent aussi les représailles du groupe jihadiste contre leur pays. L’attentat de Karak a confirmé leurs craintes.

L’EI justifie l’attentat de Karak

Le dimanche 18 décembre, un groupe de quatre jordaniens a tué et blessé plusieurs policiers et civils avant de se retrancher dans la citadelle de Karak. Des touristes qui visitaient ce monument touristique prisé se sont alors retrouvés piégés. Les autorités ont finalement réussi à en chasser les intrus avant de les abattre.

Le bilan humain des attaques est lourd: dix morts, soit sept policiers, deux civils jordaniens et la touriste canadienne Linda Vatcher, et trente-quatre blessés.

À cause du mutisme des autorités jordaniennes, on ne savait pas si les hommes armés étaient des criminels ou des terroristes. Mais, le mardi 20 décembre, le mystère s’est éclairci.

L’EI a revendiqué l’attentat de Karak.

Dans une déclaration imputée au groupe jihadiste, il a affirmé que "quatre soldats du califat armés de fusils d'assaut et de grenades" ont perpétré les attaques de dimanche dernier. Il s’agit de Mohamed Saleh El-Khatib, Mohamed Youssef El-Qarawena, Hazem Mohamed Abu Roumane et Assem Mohamed Abu Roumane. Selon cette déclaration, les cibles de ces hommes étaient des forces de sécurité jordaniennes "apostâtes" et des "ressortissants des États de la coalition (internationale) croisée."

Si le communiqué donne des informations exactes sur les séquences des attaques, d’autres détails ne correspondent pas à la version des autorités jordaniennes. Les assaillants, qui avaient pris la fuite après l’échange de coups de feu avec la patrouille de police, n’ont pas réussi à l’éliminer, comme le prétend l’EI. Aussi, ils ont été tués à l’extérieur et non à l’intérieur de la citadelle, si on se fie à la version officielle.

Le groupe jihadiste semble satisfait d’avoir causé la mort de "neuf apostats et d’une croisée" et d’avoir "blessé 35 autres apostats et croisés." La "croisée" dont il est question ici est la touriste canadienne. L’EI mentionne le nom du général Saad Maaytah décrit comme le responsable de l’unité des forces spéciales. Son décès a été confirmé par les autorités jordaniennes (Reuters, 20 décembre).

Pour l’EI, ces cibles sont le prix à payer pour "toutes les victimes (des opérations de frappe aérienne de la coalition) en Syrie, en Irak et ailleurs." En terminant, le communiqué a promis d’autres attentats encore plus dévastateurs aux États de la coalition internationale.

Ces attaques armées ont choqué la société jordanienne. Elles ont été rapidement condamnées.

Le roi Abdallah II s'est rendu à l'hôpital pour visiter les blessés. Son Cabinet royal hachémite a d’ailleurs publié sur son compte Twitter plusieurs images de cette visite. Il a également publié d’autres de sa visite du siège de la Gendarmerie à Karak et de sa rencontre avec des militaires. En sa qualité de commandant en chef des forces armées, il a dénoncé "un acte terroriste lâche" qui, selon lui "n'affectera pas la sécurité et la stabilité de la Jordanie," a indiqué un communiqué de son Cabinet.

Les investigations d’Amman continuent

Les autorités jordaniennes prennent très au sérieux la menace contenue dans le message de l’EI. D’où la continuation de leurs investigations. Cela leur a permis la découverte d’une quantité importante des armes. Elles ont également arrêté un homme présumé lié au groupe de Karak. Lors d’une conférence de presse sur la suite de l’enquête, le ministre de l’information et porte-parole du gouvernement, Mohamed Momani, a raconté des scènes dignes d’un bon scénario de film hollywoodien, comme l’a rapporté une dépêche de l’AFP (20 décembre). En résumé, le suspect a fait semblant de jouer le jeu. Il "a reconnu avoir des liens avec cette cellule (de Karak) et des armes dans son appartement." Les autorités ont alors mordu l’hameçon de l’homme de Qarifla. Des policiers et des gendarmes l’ont accompagné chez lui pour complément d’enquête. Mais, une fois arrivés devant son domicile, il leur a faussé compagnie et fermé la porte derrière lui. Une fois sur le toit de sa maison, il a commencé à tirer sur eux, "tuant l’un des policiers." "Des hommes armés ont rejoint le suspect et ont commencé eux aussi à tirer, tuant trois autres policiers." Les renforts dépêchés sur les lieux n’ont pas pu arriver à temps et sauver la vie de leurs collègues abattus. Mais, un des assaillants a été tué et d’autres ont été arrêtés.

***

Cette année, la Jordanie a été la cible de quatre attaques terroristes. Les autorités ont donc raison de rester vigilantes. Elles savent que leur pays est dans le viseur de l’EI, un groupe sous la bannière duquel 2000 jordaniens combattent.

21 décembre 2016



** Déclaration du groupe État islamique revendiquant l'attentat de Karak. Crédit de l'image: Twitter.


Comment on this article!
To post a comment, we encourage you to become a member of Tolerance.ca® or log in if you are already a member. You can still post your commentwithout registering, but you will need to fill your personal information each time.

Become a member (free)   |   Log in

Postings are subject to the terms and conditions of Tolerance.ca®. Before submitting your message , you must read the Terms and conditions of Tolerance.ca® and agree to them by checking the box below.
Your name:
Email:
Heading:
Message:
 
  I have read and agree to the Terms and conditions of Tolerance.ca®.
Contributor
This article is part of

Islamic State
By Aziz Enhaili

Aziz Enhaili is an expert on the Middle East, of Islam and Foreign policy. He is a contributor on irregular basis to the ‘’Neighbouring countries’’ of the European Union, a unit of Europe2020, a groupe dedicated to prospective studies. He is... (Read next)

Read the other articles by Aziz Enhaili
Follow us on ...
Facebook Twitter