Tolerance.ca
Directeur / Éditeur: Victor Teboul, Ph.D.
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Indemnité de 378 750 $. H-P Rousseau devrait rembourser, selon le président du SPGQ

Partagez cet article
QUEBEC -  Le président du Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ), Gilles Dussault, est d'avis que l'ex-PDG de la Caisse de dépôt et placement du Québec, Henri-Paul Rousseau, devrait rembourser l'indemnité de 378 750 $ qu'il a reçue du gouvernement du Québec.

Le 30 mai 2008, monsieur Rousseau a quitté volontairement son poste pour un emploi grassement payé chez Power Corporation. La Presse Affaires du 17 janvier dernier nous apprenait que ce "dédommagement" avait été prévu dans son premier contrat d'embauche, un cadeau du gouvernement de Bernard Landry, et que la même clause avait été reconduite par le gouvernement de Jean Charest qui en a profité pour rehausser significativement les conditions de travail de monsieur Rousseau. En 2006, la rémunération de ce dernier a été de 1,9 million et en 2007 de 1,8 million !



Comme dans le monde des "affaires" ce type d'indemnisation n'est versé que si le départ est exigé par l'employeur et que diverses sources indiquent que les rendements de la CDP accuseront une baisse de 18 à 20 %, principalement à cause de l'acquisition massive par l'institution publique de valeurs fictives, les papiers commerciaux adossés à des actifs (PCAA), et que le dirigeant démissionnaire aura, de toute manière, amplement de quoi assurer sa subsistance chez Power Corporation, l'on ne voit pas pour quelle raison il conserverait cet argent. "Dans cette affaire, tout est parfaitement légal mais totalement immoral", a déclaré le président du SPGQ.

Le monde entier subit une très grave crise économique et financière, et les finances du Québec risquent d'être très à l'étroit, ce qui aura vraisemblablement un impact sur les services publics. Cet argent versé à monsieur Rousseau, le Trésor québécois en a besoin. "Le gouvernement libéral ne peut le réclamer au récipiendaire puisqu'il ne peut se soustraire à son propre engagement. Toutefois, monsieur Rousseau peut, lui, refuser d'encaisser la somme au nom de la plus élémentaire décence", conclut le président du SPGQ.

Le SPGQ est le plus grand syndicat de professionnelles et professionnels du Québec. Il représente environ 20 000 personnes, dont plus de 17 000 de la fonction publique et plus de 2 000 provenant des sociétés d'Etat, des réseaux de l'éducation et de la santé du Québec, rattachées à 37 unités de négociation.


Renseignements: Sylvie Goupil, Conseillère à l'information, (514) 213-4192

Mis en ligne le 20 janvier 2009.


Réagissez à cet article !

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter