Tolerance.ca
Directeur / Éditeur: Victor Teboul, Ph.D.
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Sacs de plastique. Des groupes écologistes déçus par l'annonce de la ministre de l'Environnement du Québec

Partagez cet article
MONTRÉAL – Plusieurs groupes écologistes sont surpris et déçus de l’annonce faite le 24 octobre 2008 par Mme Line Beauchamp, la ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs qui tente de présenter l’industrie du plastique comme un participant volontaire à la gestion des sacs de plastique. Pour les gens du milieu de l’environnement qui travaillent depuis presque trois ans vers une véritable réduction de ce fléau, il est clair que l’industrie du plastique a toujours tenté, et tente toujours, de protéger ses propres intérêts financiers en préservant à tout prix sa part de marché.

Nous prenons aussi à partie l’affirmation « Les sacs d’emplettes conventionnels sont recyclables à 100 % » qu’émettent certains groupes. À nos yeux, rien ne pourrait être plus trompeur. Bien qu’ils soient « recyclables à 100 % » en théorie, la réalité est tout autre; les sacs de plastique, toutes catégories confondues, ne sont d’aucun intérêt pour les centres de tri ni les entreprises derécupérations. Voici les faits;



• il faut 150 000 sacs de plastique propres pour faire une tonne,
• il en coûte à certains centres de tri plus de 80 $ pour préparer un ballot d’une tonne,
• le coût de revente aux entreprises de récupération est de 10 à 20 $ la tonne,
• la matière à recycler ainsi obtenue est de mauvaise qualité et trouve difficilement preneur.

Tous ces faits sont déjà connus par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs du Québec. Pour les organismes soussignés, il est clair que la seule véritable façon d’obtenir un résultat effectif est par la promotion de l’utilisation des sacs réutilisables et obligatoirement par
des mesures incitatives ainsi que dissuasives quant à l’utilisation des sacs de plastique à usage unique.

À ce titre, nous avons raison de croire que les pseudo-codes volontaires de bonnes pratiques annoncés aujourd’hui par l’industrie du plastique et en avril dernier par certains groupes de commerçants et de l’alimentation n’auront aucun effet réel sur la réduction des sacs de plastique.

Nous sommes d’avis qu’il s’agit au contraire d’écrans de fumée visant à tromper les consommateurs et à « blanchir » les sacs de plastique dans un effort ultime pour récupérer ce marché. Déjà 6 mois se sont écoulés depuis l’annonce du premier code volontaire de bonnes pratiques en avril dernier par certains groupes de commerçants et de l’alimentation et nous n’avons constaté aucune mesure additionnelle dans les commerces de détail de l’alimentation à ce jour.

Nous sommes aussi étonnés de constater que la seule cible concrète annoncée par la ministre Beauchamp est une réduction, d’ici 2012, de 50 % de la quantité de sacs en plastique utilisée au Québec. Nous ne pouvons que nous demander s’il y aura des vérifications effectuées par le ministère d’ici là, qu’elles seraient les conséquences en cas de non-conformité et qui occupera le poste de ministre en 2012.

Contact :

Jacques Lalonde, EcoContribution (www.EcoContribution.com) – (514) 488-2762
Jean Laroche, Éco-Quartier Saint-Sulpice (www.eco-quartier.ca) – (514) 382-5879
Stéphan Lagassé, Festival mondial de la Terre (www.festivaldelaterre.ca) – (514) 374-8298


Réagissez à cet article !

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Votre nom :
Courriel
Titre :
Message :
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter