Tolerance.ca
Directeur / Éditeur: Victor Teboul, Ph.D.
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Corruption à l'Hôtel de Ville de Montréal. «L’indignation des Montréalais est à son plus haut niveau» - Louise Harel

Partagez cet article

Montréal – « Lors de la prochaine séance du conseil de ville, l’Opposition officielle, Vision Montréal, reviendra à la charge en présentant à nouveau les nombreuses propositions pour lutter contre la corruption et la collusion et qui ont été rejetées avec désinvolture par l’administration Tremblay au cours des deux dernières années », a déclaré Mme Louise Harel, chef de l’Opposition officielle et chef de Vision Montréal.

Plusieurs solutions étaient à la portée du maire

« La corruption alléguée semble être érigée en un système bien établi à la Ville. Au fait de ces stratagèmes, durant deux ans, à travers de multiples motions et demandes, Vision Montréal avait proposé à l’Administration Tremblay des solutions peu coûteuses, réalisables et efficaces afin de se prémunir de la collusion et la corruption à l’Hôtel de ville. Elles sont encore à l’ordre du jour », a poursuivi Mme Harel en nommant quelques-unes de ces requêtes :

•Création d’un poste de Commissaire à l’éthique. Comme le recommandait le rapport Gagné rendu public en 2010, ce commissaire aurait un pouvoir de sanction et d’enquête, il pourrait regarder autant les actions des élus, des employés que des fournisseurs de la Ville. Le conseiller à l’éthique des élus de Montréal, Me Guy Gilbert, reconnaissait lui aussi qu’il faillait un tel Commissaire. (demandée en mai 2010)

•Inclusion des contrats d’arrondissement à l’examen par la Commission d’examen des contrats pour plus de transparence et faire face à la concentration des contrats détenus par quelques fournisseurs (demandée en mars 2011).

•Mise à contribution de l’expertise et les moyens technologiques des policiers de Montréal (SPVM) permettant d’examiner les contrats sous l’angle de la concentration. Monsieur Yves Francoeur de la Fraternité des policiers et policières de Montréal avait écrit à Gérald Tremblay le 27 octobre 2011 afin que le maire révise son refus. (demandée en novembre 2011) :

•Rétablissement de la ligne éthique au Vérificateur général (VG). Dans la mouvance des écoutes électroniques à l’hôtel de ville et sa bataille avec le VG, le maire Tremblay avait décidé de transférer cette ligne à son contrôleur général. Rien ne garantit la protection des employés qui désirent déclarer des manquements à l’éthique ni l’impartialité de l’administration. (demandé en décembre 2010)

•Création d’une unité d’enquête administrative sur la gestion contractuelle et l’éthique à Montréal de 2001 à 2012 notamment parce que dès 2009, le VG de Montréal faisait état de sa perplexité, devant l’importante concentration des contrats dans certains arrondissements entre les mains de quelques firmes (demandée en septembre 2012).

« L’indignation des Montréalais est à son plus haut niveau et nous ne pouvons pas laisser perdurer ce découragement et ce sentiment d’impuissance. Il serait difficile, compte tenu de l’actualité, que l’Administration Tremblay refuse à nouveau les solutions concrètes et efficaces que nous entendons proposer », a conclu la chef de Vision Montréal.

4 octobre 2012



Réagissez à cet article !

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Votre nom :
Courriel
Titre :
Message :
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter