Tolerance.ca
Directeur / Éditeur: Victor Teboul, Ph.D.
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Bienvenue en Palestine. La Ligue des droits et libertés dénonce la situation vécue par Charlotte Gaudreau-Majeau

Partagez cet article

Le 17 avril dernier, la Ligue des droits et libertés était présente pour dénoncer la situation dans laquelle se trouvait Charlotte Gaudreau-Majeau, une étudiante montréalaise de 19 ans, détenue dans la prison de Givon, en Israël, pour avoir tenté de se rendre à Bethléem, en territoire palestinien occupé, pour y construire une école dans le cadre du projet Bienvenue en Palestine.

Quinze autres Québécois-e-s faisaient partie du projet, dont quatre ont été déporté-e-s et cinq ont été bloqué-e-s alors qu’ils faisaient escale à Paris. Les six autres ont réussi à se faufiler jusqu’à Bethléem, aux côtés d’une trentaine d’Européen-e-s.

Le projet « Bienvenue en Palestine », appuyé par plusieurs dizaines d’organisations de tous les secteurs de la société civile dont la CSN, la CSN-construction, la CSQ, la SFPQ, l’AQOCI, la FFQ ainsi que la Ligue des Droits et Libertés, puis là-bas par le maire de Bethléem et par le gouverneur territorial, rassemblait environ 1 500 personnes de partout sur le globe, qui allaient offrir leur aide à l’organisme Enfants-Jeu-Éducation dans la construction de l’École Internationale, un établissement scolaire pour les jeunes Palestiniens.

La mère de la jeune québécoise, elle-même enseignante, soutient totalement sa fille. « Son père et moi comprenons et appuyons totalement notre fille. Le droit à l’éducation et la liberté d’un peuple sont des causes nobles et l’engagement de notre fille nous rend très fiers », déclare Mme Majeau.

La quasi-totalité de ces bénévoles se sont vu refuser l’embarquement pour Israël par des compagnies aériennes, qui, selon Stéphan Corriveau, porte-parole de Bienvenue en Palestine, « sont complices de l’apartheid israélien qui continue à asphyxier le peuple palestinien en les privant de l’accès à des droits fondamentaux, tels que la libre circulation et l’éducation ». Parmi la demi-douzaine de compagnies impliquées, Air France a reconnu que le nom de ces individus figurait sur des listes d’interdiction de vol et a assuré qu’elle les laisserait partir sitôt que ce petit « détail » serait réglé.

Dominique Peschard, le président de la Ligue des Droits et Libertés, affirme qu’«avec ces listes, des personnes se voient refuser le droit de voyager, selon des critères arbitraires, en fonction de renseignements qu'on ne leur divulgue pas et qu'elles ne peuvent corriger, et ce, sans véritable mécanisme de redressement. C'est une violation totale de la règle de droit.»

Ont participé à la conférence de presse : Bruce Katz (CJPP), Jean Lortie (CSN), Claude Majeau (mère de Charlotte Gaudreau-Majeau), Stéphan Corriveau (Bienvenue en Palestine), Mario Dion (délégué déporté), Ted McLarren (délégué déporté, CSN Construction), Dominique Peschard (Ligue des droits et libertés) et Michel Lambert (AQOCI).

Source : www.liguedesdroits.ca

****

C’est avec ses seuls vêtements de prison que Charlotte Gaudreau-Majeau, a été embarquée de force sur un vol à destination de Paris par les autorités israéliennes.

« Les gardiens m’ont fait sortir de la cellule sous prétexte d’un examen médical, mais une fois sortie, ils m’ont mis des chaînes aux pieds et menottée, puis les gardiens qui m’entouraient m’ont dit que je n’avais pas le choix, ils allaient me forcer à monter dans l’avion », témoigne la jeune Québécoise.

Cinq membres de la délégation québécoise ont ainsi été bloqués à l’aéroport Charles-de-Gaulle : Marjolaine Goudreau, Jean-Paul Cyr, Diane Lamoureux, Lorraine Guay et Julie Lachapelle.

Sur les 1500 participantEs du monde entier, une quarantaine ont réussi à se rendre à Bethléem, dont 6 six Québécois. Beaucoup d’autres, détenus toute une nuit, interrogés et harassés par les militaires israéliens, ont fini par être déportés. C’est ainsi que quatre Québécois, Mario Dion, Yves Rochon, Sylvain Thibault et Ted McLaren, se sont retrouvés manu militari à bord d’avions quittant Israël.

Les six québécois, quatre femmes et deux hommes, qui ont atteint Bethléem sont, pour leur part, stupéfaits par la violence de l’occupation. « Humiliations, mépris, étouffement, c’est la première impression qu’on a en arrivant. Les soldats israéliens sont partout et jouent constamment la carte de l’intimidation. Pourtant, les Palestiniens tiennent bon. Le projet d’école est impressionnant, mais notre faible nombre ne nous permettra pas de faire tout ce qui avait été prévu », a confié Denise après 3 trois jours sur place.

Après la prison, des déportations et des blocages dans les aéroports, la délégation québécoise de Bienvenue Palestine, partie pour un projet humanitaire et réprimée par Israël, revient samedi 21 avril à 15h à Dorval.

À l’exception d’un membre qui a réussi à se faufiler jusqu’à Bethléem, tous les membres du groupe qui arrivent ont été interdits d’embarquement lors d’une escale ou carrément détenus par les autorités israéliennes alors qu’ils se rendaient à Bethléem dans le cadre d’une mission humanitaire pour construire une école pour les enfants palestiniens.

La jeune Charlotte Gaudreau-Majeau, détenue pendant 4 jours et expulsée de force par les services de sécurité, sera du groupe.

Le délégué de retour de Bethléem pourra donner des détails sur le déroulement de la mission en Palestine.

C’est un rendez-vous:
SAMEDI 21 AVRIL, 15h
Aéroport Dorval, Porte d’arrivée des voyages internationaux.

Source : www.bienvenuepalestine.ca

 



Réagissez à cet article !

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Votre nom :
Courriel
Titre :
Message :
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter