Tolerance.ca
Directeur / Éditeur: Victor Teboul, Ph.D.
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Louise Harel : Montréal doit rendre public le rapport conjoint Québec/Montréal sur le recouvrement de l’autoroute Ville-Marie

Partagez cet article

« Montréal doit rendre public le rapport conjoint –Assez de tergiversations ! Le rapport conjoint Québec/Montréal, portant sur le recouvrement de la totalité de l’autoroute Ville-Marie vers l’est jusqu’au pont Jacques-Cartier, doit être rendu public immédiatement», a déclaré la chef de l’Opposition officielle à la Ville de Montréal, madame Louise Harel, rappelant que cette étude, entreprise en novembre 2009 au coût total de près de 2 millions $, devait se terminer en décembre 2010».

La tranchée de l’autoroute Ville-Marie : une plaie béante

«L’étude conjointe porte sur la faisabilité technique du recouvrement de l’ensemble de l’autoroute Ville-Marie vers l’est, de la rue Saint-Urbain jusqu’à l’avenue De Lorimier, dans une perspective de mise en valeur optimale du milieu urbain, a déclaré François Robillard, conseiller municipal du district Saint-Jacques. La tranchée de l’autoroute Ville-Marie isole certains secteurs comme le Quartier international, la Cité administrative, l’arrondissement historique du Vieux-Montréal, le Faubourg Saint-Laurent, le Quartier latin et le Faubourg Québec. Elle constitue une entrave à la libre circulation des personnes et des biens, est une source de pollution visuelle et sonore, et freine le développement du centre-ville».

«Au début des années 2000, à titre de ministre de la Métropole, j’ai la fierté d’avoir initié le recouvrement du secteur ouest de l’autoroute Ville-Marie, ce qui aura permis l’aménagement de la Place Jean-Paul-Riopelle, la construction du siège-social de la Caisse de dépôt et l’agrandissement du Palais des congrès. Ce développement a eu des retombées économiques évaluées à plus d’un milliard de dollars et a favorisé la croissance de l’ensemble du Quartier international de Montréal», a poursuivi Mme Harel.

«Faut-il rappeler qu’en 2006, une étude de faisabilité portant cette fois sur le recouvrement jusqu’à Amherst dans le Quartier de la santé, évaluait également les retombées potentielles à plus d’un milliard $ et le coût de recouvrement et d’aménagement à quelques 400 millions $».

Compte tenu de l’actualité récente, et des risques qui semblent être associés aux structures qui sont en porte-à-faux au-dessus de l’autoroute Ville-Marie, l’opposition officielle demande à l’administration Tremblay de rendre publique cette étude dont les résultats sont déterminants pour le développement du pôle économique du centre-ville», a conclu Mme Harel.

Renseignements :
Alain Tittley pour Marie-Hélène d’Entremont
Cell. : 514-293-3883

10 août 2011
 



Réagissez à cet article !

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Votre nom :
Courriel
Titre :
Message :
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter