Tolerance.ca
Directeur / Éditeur: Victor Teboul, Ph.D.
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

La mort d'Oussama Ben Laden : est-ce la fin de la guerre contre le terrorisme ?

Partagez cet article

Est-ce que l’assassinat de Ousama Ben Laden signifie nécessairement la fin de la guerre contre le terrorisme et le retrait des troupes américaines d’Afghanistan ? Logiquement, la réponse à cette question serait un oui, peut-être pas sur-le-champ, mais un oui certainement dans les mois à venir. 

[google]]

Après les attentats du 11 septembre 2001, l’administration américaine s’est lancée dans une guerre qui a été bizarrement nommée : la guerre contre le terrorisme. D’habitude, les guerres sont limitées dans le temps et dans l’espace, avec deux armées qui s’affrontent, des prisonniers de guerre et malheureusement des victimes.

Mais, la guerre contre le terrorisme qu’avait déclenchée Georges Bush avait pris une tout autre allure. Certes, les Américains ont commencé par envahir l’Irak, puis ils se sont tournés vers l’Afghanistan, mais cela ne les a pas empêché d’agrandir le cercle de la guerre vers les régions montagneuses du Pakistan. Cela va sans oublier bien sûr les autres lieux partout dans le monde où les Américains arrêtent, kidnappent, déportent vers la torture ou assassinent des personnes présumées terroristes et sur lesquelles le public ne saura probablement que ce qui a été glané ici et là dans certains médias. Car, encore une fois, cette guerre est aussi médiatique et toute publication d’information est susceptible de toucher la question de la sécurité nationale.

Même les prisonniers de guerre qui ont été arrêtés en Afghanistan ou ailleurs n’ont jamais pu obtenir le statut de prisonnier de guerre qui leur permettrait de jouir de certains droits comme l’interdiction de l’usage de la torture et la possibilité d’être relâchés après la fin de la guerre. Au contraire, ils ont été considérés comme des « combattants ennemis », une autre appellation nouvelle que le « génie américain » avait inventé pour justifier l ‘emprisonnement illimité de ces personnes et le maintien de la prison de Guantanamo, toujours ouverte.

Maintenir le flou sur les objectifs réels de cette guerre et sur les ennemis à attraper a été le principal pilier derrière cette guerre. Aujourd’hui, avec l’annonce officielle par Barak Obama de l’assassinat d’Osama Ben Laden, on pourrait faussement croire que cette guerre est terminée ou du moins qu’il est temps de commencer à sérieusement parler de la fin de cette guerre et du retrait des troupes américaines. Malheureusement, il semble que ce n’est pas ce que les militaires et le chef de la diplomatie américaine en la personne de Hillary Clinton, penseraient. Les messages ambigus continuent à affluer, « oui, nous avons réalisé un bon coup, mais la guerre contre le terrorisme n’est pas terminée pour autant » Voici, ce que nous pouvons déduire des analystes de la politique américaine.

Pourquoi ne pas fermer la prison de Guantanamo ? Accorder aux détenus le droit de se défendre et libérer ceux qui seraient retrouvés innocents. En 10 ans, le coût de cette guerre dépasserait le chiffre astronomique de mille milliards de dollars. Une somme qui vient alourdir un autre fardeau encore plus effrayant, celui de la dette nationale américaine de 14 mille milliards de dollars.
Et ce n’est pas pour rien que « Standard and Poor’s », l’agence de notation, a récemment abaissé la note de crédit des États-Unis et ce pour la première fois depuis 1941.

Il est temps pour les Américains de sortir de cette guerre, une autre les attend et elle n’est pas prête de se terminer de sitôt : la guerre économique.

6 mai 2011
 



Réagissez à cet article !

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Votre nom :
Courriel
Titre :
Message :
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter