Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

La non-violence, clef de la nouvelle Egypte ?

par Michael Nagler

Berkeley (Californie) - En Egypte, l'incroyable événement qu'a constitué le départ du président Hosni Moubarak, après des semaines de manifestations de rue, a électrisé l'opinion mondiale. Et pourtant, l'aspect non-violent n'a guère été commenté.

Il est vrai, le président Barack Obama a au moins employé l'expression "non-violence" dernièrement dans son discours de félicitations, mais il y a beaucoup plus à la non-violence que le seul fait de protester sans armes.

Ne pas saisir l'importance de cette question, c'est peut-être passer à côté de la signification véritable de ces événements, pas seulement en ce qui concerne l'Egypte mais pour le monde entier.

Une étude rigoureuse dirigée par Adrian Karatnycky pour l'International Center on Nonviolent Conflict, qui dispense au grand public, aux activistes et aux organisateurs une formation en matière de non-violence montre que, dans 67 cas récents de transition d'un régime autoritaire à un Etat démocratique, le soulèvement de la population avait deux fois plus de chances de réussir s'il s'était déroulé sans violence.

“La sortie d'un régime autoritaire ne débouche pas forcément sur la conquête de la liberté” souligne le rapport. Mais lorsque les principes de la non-violence sont respectés, les chances d'obtenir ce résultat heureux augmentent d'autant.

C'est ce qui est arrivé en Egypte. Il y a eu, bien sûr, des moments tendus, des dangers auxquels des manifestants individuels ont fait face avec un profond courage et un engagement total. Après des affrontements entre police et manifestants aux abords d'une mosquée d'Alexandrie, The New York Times écrivait:

"La foule scandait: ’selmiya, selmiya, non-violence, non-violence’. Plusieurs manifestants ont marché, bras en l'air, jusqu'à un camion vert où un officier casqué giclait du gaz lacrymogène non pas en l'air, mais en plein sur le corps des protestataires. Un homme en chemise rayée est venu s'agenouiller devant le camion. Les policiers, se massaient derrière leurs boucliers, agrippant leurs matraques, mais sans frapper. Au lieu de quoi, ils ont prudemment opéré une retraite en reculant vers leurs camions et le combat prit fin".

Les Cairotes ont repris à leur compte la dynamique déployée en 2000 lors de la révolution serbe par Otpor, mouvement de résistance non-violente, grâce à qui les manifestations non-violentes se sont rapidement soldées par une victoire et par le renversement du président Slobodan Milosevic. Mais, l'histoire le montre aussi, ce genre de ”non-violence” n'est qu'un début. Elle peut préluder à un état de chaos qui servirait les intérêts des forces de l'oppression, sauf si les foules de la place Tahrir prolongent le courage dont elles ont fait preuve et préservent l'unité qui a caractérisé ces manifestations où chrétiens et musulmans, hommes et femmes se sont rendus tous ensemble sur la place.

Il est temps, pour tous ces gens, de passer de la revendication à l'élaboration d'un projet concret et positif pour l'avenir de l'Egypte. Pour y parvenir, ils devront exploiter à plein le pouvoir de la non-violence - et comme disait Ghandi, ce pouvoir ne fonctionne que lorsque « vous aimez vos ennemis » - et travailler de manière constructive pour des causes qui vaillent le prix d’une résistance à l’injustice.

Heureusement, ce fut possible, en partie parce que les manifestations ne représentaient pas simplement la mentalité d'une populace descendue dans la rue, sans orientation, sans objectifs. Loin d'être une simple réaction à l'explosion tunisienne, le soulèvement égyptien était en gestation, depuis trois ans peut-être, grâce aux activités de jeunes internautes égyptiens qui planifiaient ces grèves et manifestations sur l'internet et Facebook. Ces activistes égyptiens ont fait la jonction avec les anciens de la révolution Otpor de Serbie, qui avaient fondé dans leur pays le Centre pour l'action et les stratégies non-violentes appliquées précisément pour diffuser les "bonnes pratiques" de la lutte non-violente.

En d'autres termes, il existe depuis longtemps une tradition de non-violence qui a retrouvé vie au Caire. Les Egyptiens peuvent prolonger et construire sur cette tradition. Et les sympathisants en dehors de l'Egypte peuvent aider.

Les historiens des mouvements non-violents l'ont démontré: une insurrection non-violente ne s'importe pas. D'un autre côté, les mouvements endogènes qui ne reçoivent aucun soutien de la communauté internationale réussissent rarement. En l'occurrence, cet appui a bel et bien existé, comme on l'a vu. Aujourd'hui, les formateurs en non-violence peuvent contribuer à la construction de la démocratie, indissolublement liée à la non-violence.

Ceux d'entre nous qui avons des contacts dans la région devrions encourager nos amis à organiser des cours accélérés pour faire comprendre la pleine valeur de la non-violence, y compris sa capacité à guider la transition du pouvoir vers un ordre plus stable. Les protestataires ont fait preuve de courage et de détermination. Plus encore, ils ont été capables de renoncer à leur attitude première de colère brutale et de violence. Maintenant, ils peuvent passer à l'œuvre moins spectaculaire, mais plus durable, de construire une Egypte meilleure, avec l'aide de leurs partenaires dans le concert des nations.

###

* Michael Nagler est professeur émérite de l'Université de Californie, Berkeley, fondateur du Metta Center for Nonviolence, et auteur de l'ouvrage acclamé The Search for a Nonviolent Future.

© Common Ground -


Réagissez à cet article !
Il y a actuellement 1 réaction.

Poster une réaction
"Tolérance"
par NVA le 21 février 2011

Bonjour,

Merci pour votre analyse. Gene Sharp l'a confirmé, aucune intervention extérieure n'est à l'origine du formidable mouvement égyptien. C'est seulement "l'intolérance active" des jeunes et du peuple tout entier face à la dictature qui a permis de renverser le régime.

Cordialement

NVA

www.nonviolence-actualite.org

Poster une réaction
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter