Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.
Témoignage
Est-il facile ou difficile de désarmer un policier l'arme d'un policier de son étui ? Jacqueline Perez, représentante de Mères et Grands-mères pour la vie et la justice, et Nargesse Mustapha, ont assisté aux audiences à l'enquête publique du coroner sur la mort de Fredy Villanueva. Écoutez leur compte rendu de l’audience de vendredi 12 février 2010.


  (Texte intégral)

par Laurence Parent, chercheure
Gilles Vigneault chante que notre pays ce n’est pas un pays, c’est l’hiver. L’hiver fait partie de nos vies, l’hiver fait partie de notre culture. Les hauts et les bas de Mère Nature ne sont pas un secret pour quiconque vivant sur cette île. Cependant, lorsqu’une tempête de 30 centimètres de neige empêche une partie de la population de se déplacer à bord des autobus de la Société de transport de Montréal (STM) six jours après qu’elle ait fait des siennes, j’estime que notre hiver devient politique. (Texte intégral)
David Fitoussi est l’auteur de La bar-mitsva de Samuel paru en 2009 à Montréal. Accueilli chaleureusement par la critique, le roman a reçu une large couverture dans les médias. Nous avons invité l’auteur, qui vit en Israël, à signer un témoignage sur Tolerance.ca (Texte intégral)
par Caroline Potvin, B. Pharm., M. Sc. Pharmacie d'hôpital, Université de Montréal, Québec, Canada
Mon premier séjour en Afrique représente aussi, pour moi, ma première expérience en coopération internationale. Il s’agit de ma première rencontre avec les habitants du Burkina Faso, « le Pays des Hommes Intègres ». (Texte intégral)
par Frédérique David, Collaboratrice de Tolerance.ca®
Durant les premières années qui ont suivi mon arrivée au Québec, j’ai tout fait pour perdre cet accent trop prononcé qui m’identifiait automatiquement à une « immigrante », une « étrangère ». Je voulais être aussi Québécoise que tous les Québécois et me sentir chez moi dans ce pays que j’avais adopté. Les compliments sur mon accent me semblaient être des insultes. Je comptais les minutes qui séparaient la sempiternelle question « d’où tu viens? » qui arrivait un peu plus tard dans la conversation au fil des mois qui s’écoulaient. Chaque minute gagnée sans que la question ne survienne me semblait être une victoire. Ça y est, j’étais un peu plus Québécoise, même si (Texte intégral)
<<  Préc.   1 [2]     

Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter