Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Comprendre l'affaire de l'avion de la Malaysia Airlines en 2 min chrono

Le mystère reste entier autour de la disparition du Boeing 777 de Malaysia Airlines. Les recherches menées par des dizaines de navires et d'avions sont pour le moment restées vaines. Le 8 mars, l'avion décolle à minuit 41 de Kuala Lumpur, de Malaisie en direction de Pékin. A bord, 239 passagers dont 153 ressortissants chinois et quatre français. A 1h30 du matin, il disparaît des écrans radars des contrôleurs aériens. Pendant plusieurs jours, toutes les hypothèses sont envisagées : explosion à bord, suicide du pilote, attentat... mais la piste privilégiée actuellement est celui d'un possible détournement. Selon les autorités malaisiennes, l'avion a volé au moins sept heures après avoir disparu et il aurait changé de direction. Un radar militaire l'aurait détecté vers 2h40 a l'ouest de la Malaisie, au dessus d'une toute petite île dans le détroit de Malaka. Alors que l'avion était censé suivre une route nord-est, vers la Chine. Kuala Lumpur a révélé que les systèmes de communication dans l'avion ont été désactivées. Le système acars, qui informe la maintenance au sol, a été débranché. Le transpondeur, carte électronique de l'appareil, a été déconnectée. Et le copilote, au lieu d'indiquer sa route, a simplement lancé un "bonne nuit". Les enquêteurs estiment que l'avion, après son changement de cap, a été piloté par une personne "expérimentée" sachant éviter les radars civils. Il a pu partir dans deux directions différentes. Dans un corridor nord qui s'étend de la frontière du Kazakhstan et du Turkménistan au nord de la Thaïlande. Ou dans un corridor au sud de l'océan indien, vers l'Indonésie. Une radio américaine a recensé toutes les pistes sur lesquelles l'avion de Malaysia Airlines aurait pu atterrir. Pas moins de 634 pistes remplissent les conditions de taille suffisante pour accueillir un boeing 777. Pour les experts aéronautiques, c'est une course contre la montre qui s'engage. Les boites noires peuvent émettre 30 jours en cas d'immersion, mais aucun signal n'a été perçu.

© DailyMotion -


Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter