Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Pierre Curzi, Sophie Durocher et la mentalité d’assiégés

par
Ph.D., Université de Montréal, Directeur, Tolerance.ca®

Parlerons-nous français en 2050 ? Telle était la question débattue le 1e avril 2010 à l’émission Ici et là de Canal Vox, animée par Sophie Durocher. Et, pour faire contrepoids aux invités «québécois de souche», un invité anglophone, ancien journaliste de Radio-Canada, Dennis Trudeau.


 

Je dis bien «québécois de souche», mais Pierre Curzi, un invité régulier de cette émission, est né de père italien et de mère québécoise. Acteur jouant dans plus de 40 films, Curzi est aujourd’hui député du Parti québécois, le parti de l’opposition officielle, à l’Assemblée nationale du Québec.

Il faut voir le beau documentaire de Paul Tana, Caffè Italia  et écouter l’émouvant dialogue de la fin du film, entre Pierre Curzi et son père, pour connaître les origines italiennes de Curzi. Dans cette dernière scène, celui-ci interroge son père en lui demandant pourquoi il ne lui a pas appris la langue de Dante. Et son paternel de lui répondre, dans son fort et adorable accent italien, qu’étant obligé de travailler, il n’était jamais présent à la maison et que c’était sa femme, donc la mère de Curzi, qui s’était occupée de son éducation.

Quel rapport, comme dirait l’autre, avec le sujet de l’émission qui, elle, portait sur la langue ?

Tout d’abord, dans cette émission très «pure laine», il n’a jamais été question des origines de Curzi, dont le père était pourtant un immigrant italien, et qui, en plus, parlait français. S’il ne parlait pas la langue des Québécois, il aurait épousé une femme de langue anglaise et notre député indépendantiste québécois serait aujourd’hui un anglophone.

Secundo, on a raté une belle occasion de montrer aux téléspectateurs que la diversité n’est pas née d’hier au Québec et qu’elle donne de maudits beaux résultats lorsqu’on prend la peine de les découvrir et de les montrer.

Mais Curzi lui-même, adoptant le discours des assiégés, n’a point parlé de son itinéraire, mais d’une enquête que son parti se prépare à rendre publique et qui nous révélera que Montréal devient de plus en plus bilingue (entendre anglophone) ; que des francophones eux-mêmes adoptent de plus en plus la langue anglaise, etc. etc.

Les responsables de l’émission, dont le ton aurait pu laisser croire qu’elle avait été commanditée par une de nos organisations patriotiques dont le passe-temps favori consiste à surveiller les vieilles dames du West Island qui utilisent l’anglais dans des affiches plutôt qu’à faire l’éloge des étrangers qui adoptent le français au Québec, ont évidemment préféré renchérir en interviewant un autre comédien - Luc Picard – («qui n’a pas sa langue dans sa poche», dixit l’animatrice), qui est allé de son propre vocabulaire d’assiégé : langue «en danger» ; il faut «travailler plus fort» pour la préserver ; il faut «protéger notre culture» ; «être vigilant». Et «Il ne faut pas penser qu’on est fermé parce qu’on défend notre langue» a-t-il conclu.

«Il faut», «il faut», «il faut» : combien de mots d’ordre pour demeurer francophone ou pour le devenir ? N’est-ce pas tout un programme que l’on propose à ceux et à celles qui souhaitent s’intégrer dans un Québec français ? Cela nous incite-t-il à aller vers le français ? S’il y a un discours qui nous poussera à fuir le Québec plutôt qu’à embrasser sa langue et sa culture, c’est bien celui-là. Il mobilise peut-être certains militants d’une autre époque, mais on ne peut pas faire mieux pour mobiliser définitivement nos futurs Québécois. Quel est l’immigrant masochiste qui souhaiterait se joindre à une société constamment aux aguets et en lutte pour sa survie ? Avec un tel projet, c’est comme si on demandait aux immigrants de refaire la bataille des plaines d’Abraham… et surtout de ne pas la perdre cette fois-ci. 

Que faire pour que les immigrants adoptent le français ? de demander l’animatrice. Et Claude André, son collaborateur, de répondre : leur «parler de nos chansons et de nos poèmes».

Tout à fait juste. Mais pourquoi n’a-t-on pas invité des écrivains pour parler justement de la situation de la langue, eux dont la matière première est la langue ? Christian Dufour, professeur à l’ÉNAP et un des participants de l’émission, est, semble-t-il, l’auteur d’un livre sur le sujet : Les Québécois et l'anglais. Le retour du mouton (1). Que dit-il dans son livre ? Y a-t-il matière à discussion à partir de cet ouvrage ? N’était-ce pas là une occasion (enfin !) pour discuter d’un livre et d’autres ouvrages portant sur le sujet ? Mais non, motus et bouche cousue. On s’est contenté de montrer la couverture du livre de monsieur Dufour et de mentionner à peine son titre, sans plus.

Et tout au long de l’émission, on s’est limité aux opinions de chacun sans se référer à aucun livre. C’est à se demander si, dans nos émissions de télévision, on n’a pas un problème avec la culture du livre.

Par ailleurs, des centaines d’écrivains d’une autre origine que canadienne-française écrivent aujourd’hui des livres en français. Deux d’entre eux n’ont-ils pas remporté récemment de grands prix littéraires ? Pourquoi les auteurs «étrangers», écrivant en français au Québec, sont-ils absents d’une émission dans laquelle on disserte sur l’avenir de la langue française ? Pourquoi ces auteurs ont-ils choisi le français plutôt que l’anglais, qui leur aurait assuré une plus large audience ? Peut-être que ces auteurs auraient pu nous faire part aussi d’une autre perception de la situation du français, moins portée sur cette attitude d’état de siège.

C’est que le discours d’assiégé ne s’intéresse pas aux acquis ni aux réalisations du Québec français des quarante dernières années. On préfère ressasser les anciennes litanies et ne rien retenir de ce que nous avons réalisé au cours des combats livrés pour la survie de la langue française et pour l’intégration des immigrants à la majorité québécoise. Ces mêmes combats ont fait qu’aujourd’hui nos écoles de langue française ne sont plus confessionnelles et accueillent des enfants de toutes origines, et dont les accents sont ceux du Québec. D’ailleurs, depuis l’adoption en 1977 de la Charte de la langue française (la fameuse loi 101), plusieurs générations de nouveaux Québécois, dont les parents ne sont pas originaires du Québec, ont grandi en fréquentant les écoles québécoises. Ceux-là non plus ne sont pas assez présents à la télévision québécoise, même si plusieurs parmi eux écrivent des livres, réalisent des films et montent des pièces de théâtre.

Si notre télévision était davantage inclusive, ils seraient encore plus nombreux à s’identifier au Québec. Car en étant fixé sur la question de la langue, on oublie qu’il ne suffit pas de parler français pour s’intégrer, il faut aussi s’identifier au Québec, et non seulement à ses luttes, mais aussi à son histoire, à sa littérature, à son cinéma. Bref, à ce qui fait sa culture. Si autour d’une table, comme dans cette émission, on est incapable de faire référence à ce qui nous distingue comme Québécois, comment voulons-nous que d’autres soient séduits par notre culture ?

Aujourd’hui, des centaines d’écrivains d’une origine autre que canadienne-française - vietnamienne, haïtienne ou sépharade - écrivent en français au Québec. Pourtant, lorsqu’il s’agit de parler de la langue du Québec et de son avenir, ces auteurs ne pas invités pour commenter ces questions.

Dans cette même émission, il a été question du film qui vient de sortir au Québec sur Serge Gainsbourg ce «petit juif » comme on l’a appelé, au moins à trois reprises, à Ici et là. Or, personne ne s’est interrogé sur le fait qu’un Juif russe ait non seulement adopté la langue française, mais qu’il l’ait aussi fait rayonner par ses chansons et son art. Oui, oui, j’en conviens, c’est la France mais, tout de même, Gainsbourg aurait pu choisir les USA. À un autre moment, durant l’émission, l’animatrice avait lancé que Léonard Cohen était Québécois ! Or, comme tout le monde le sait, ce dernier chante en anglais…

Que faire donc pour que les immigrants adoptent le français au Québec ?

Voici quelques suggestions que je soumets aux animateurs et autres participants des émissions de télévision québécoises.

Pour aimer le Québec et sa langue, il faut qu’on soit séduit par la culture des Québécois.

Donc :

- Parlez moins des luttes et plus des réalisations des Québécois.
- Donner moins de place aux humoristes qui ne font que sacrer.
- Parlez des réussites du Québec et incorporez les nouveaux Québécois dans ces réussites.
- Parlez des auteurs du Québec, et surtout, citez-les. Redonnez vie à leurs pensées et à leurs écrits en les faisant revivre dans vos propres pensées et dans vos conversations. Donnez le goût de lire la littérature d’ici.

Écoutez, à titre d’exemple, les émissions françaises de variétés et observez comment les Français, au fil d’une conversation, au milieu d’une phrase, citent leurs auteurs.

Nous aussi nous avons des artistes et des écrivains, nous aussi, nous avons nos classiques qui nous parlent du Québec et de la vie : citez les Nelligan, les Gabrielle Roy, les Gaston Miron, les Yves Thériault, les Émile Borduas, les Marie-Claire Blais, les Anne Hébert, sans oublier, bien sûr, nos jeunes auteurs, mais, de grâce, n’appelez pas ces derniers des auteurs de la «relève», car ce mot signifie «remplacement». On ne remplace pas nos classiques ni les auteurs qui nous ont précédés ; on s’inscrit en continuité avec eux.

En un mot, faites-nous aimer le Québec.

Note

1. Les Éditeurs réunis, Sainte-Angèle-de-Monnoir, 2008, 152 pages.

Le 2 avril 2010
 



Réagissez à cet article !
Il y a actuellement 4 réactions.

Poster une réaction
Joli coup de gueule!
par Osée Kamga le 3 avril 2010

Si les écrivains que tu évoques s'associaient à toi pour le même constat, peut-être que ça ferait un peu bouger les choses. Peut-être...

À mon avis, Lionel Groulx est mort et son époque avec, mais un certain Québec refuse de l'accepter.

La langue de Molière...
par gilles thompson le 3 avril 2010

Bonjour Monsieur Teboul.

 Je vous félicite pour aborder la vitalité du francais à Montréal sous un nouvel angle.

Je crois qu'il faut travailler sur les deux fronts.

Faire aimer le Québec et sa culture et livrer un combat contre l'hégémonie du globish.

 Si vous avez à cœur la langue de Molière, pouvez-vous faire circuler dans votre milieu!

Merci à l'avance!

CENTRE-VILLE DE MONTREAL

====================================

Une anglicisation fulgurante en photos et vidéos

Déjà un millier de dérogations à la Charte de la langue française!

Et ce ne sont ni des rumeurs, ni des ouï-dire, ni des peurs mal-fondées, ni des épouvantails à moineaux, ni des conclusions théoriques basées sur des rapports de statistiques tronquées produits par l'O.Q.L.F;  Ce n'est qu'un constat sur le terrain.

Et comme Paul Watzlawick, philosophe et grand psychanalyste, dit bien dans sa formule: "La déliquescence des cultures précède la disparition des sociétés".

« Quand nous défendons le français chez nous, ce sont toutes les langues du monde que nous défendons contre l’hégémonie d’une seule. » – Pierre Bourgault

Allez visiter le site web d'Impératif Français pour voir en totalité le millier d'infractions à la loi 101 au centre-ville de Montréal :

www.imperatif-francais.org/.../montreal-anglais.html

Pour un bref aperçu (si vous manquez de temps), allez visiter ce lien:

www.youtube.com/.../montrealenfrancais

Gilles Thompson

Un contrôle de la Culture???
par Jean-claude Irving LONGIN le 22 avril 2010

Cher monsieur Teboul,

Bravo pour ce texte. Il est évident que le problème numéro un du Québec est son refus de la Culture - au sens large . C'est une fuite dramatique pour son présent et son avenir car elle entraîne ce pays dans un irréalisme dangereux, sectaire et non constructif.

La culture c'est le savoir et le savoir c'est la créativité.

 

JCI 

@Gilles Thompson
par Ming le 23 juillet 2010

Votre commentaire va précisément dans le sens contraire du propos de M. Teboul. S'attarder sur les dérogations à la Charte de la langue française, ou de manière générale essayer de bannir l'anglais, ne donne pas du tout envie d'apprendre le français, surtout pour les immigrants ou enfants d'immigrants qui cherchent à survivre. Quel pays moderne développé réussit aujourd'hui en refusant de parler anglais ? Célébrons le français, assurons-nous que tous les Québécois le parlent, mais arrêtons cette chasse aux sorcières vis-à-vis de l'anglais.

Poster une réaction
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

Le Bloc-Notes de Victor Teboul

Victor Teboul est écrivain et le directeur-fondateur du magazine en ligne Tolerance.ca ®, fondé en 2002 afin de promouvoir un discours critique sur la tolérance et la diversité. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont des romans et des essais, et de nombreux... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Victor Teboul
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter