Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Islam/Occident : l’islam suisse à l’épreuve de l’«affaire des minarets»

par
Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®
Le 29 novembre, une majorité de citoyens suisses (57,5%) ont adopté l’initiative populaire de la droite populiste préconisant d'inscrire dans la Constitution l'interdiction de construire des minarets islamiques. Au lieu de se contenter de condamner sans appel cette décision populaire et de l’assimiler au racisme et à l’intolérance, les musulmans suisses et du monde devraient y voir plutôt un symptôme d’un sentiment profond d’inquiétude diffuse de la part des peuples européens face au devenir de l’islam sur le vieux continent. 



Le dimanche 29 novembre, coup de tonnerre en Europe et dans le reste du monde. Contrairement aux prévisions des sondages publiés la veille, les citoyens suisses ont voté majoritairement (57,5%) en faveur de l’interdiction de la dotation des mosquées de minarets. Ces votants ont endossé l’initiative populaire lancée par deux partis de droite, l'Union démocratique fédérale (UDF, une petite formation évangélique) et l'UDC (un parti de droite nationaliste populiste siégeant au gouvernement). À en croire ces deux formations, le minaret serait non un symbole religieux (ce qu’il est en fait), mais au contraire un symbole politico-religieux d’une entreprise de conquête de l’Europe par les islamistes. Mince consolation: si cette interdiction devra dorénavant figurer dans la Constitution helvétique, elle ne touchera pas les quatre minarets déjà construits.

Si la campagne de propagande de la droite populiste en Suisse était bien orchestrée et bien huilée, celle du «camp» en face était désorganisée. Sans oublier le fait que la plupart des anti-anti-minarets pensaient que l’initiative en question serait rejetée par la majorité des Suisses. Conviction appuyée par différents sondages.

Si plusieurs en Europe, à l’ONU et dans le monde musulman ont dénoncé le résultat de cette initiative populaire, car l’ont-ils associé au racisme ou à l’intolérance présumés des «classes dangereuses», l’extrême droite européenne dans plusieurs pays européens (Front national en France, FPÖ et BZO en Autriche, Vlaams Belang en Belgique, Parti pour la liberté aux Pays-Bas…) l’a quant à elle salué et tentera à coup sûr de la rééditer ailleurs, si ce n’est de demander cette fois l’interdiction purement et simplement de construire de nouvelles mosquées. C’est d’ailleurs ce que le Vlaams Belang a l’intention de faire à la première opportunité qui lui sera offerte en Belgique.

Les mouvements islamistes extrémistes (Al-Qaïda en tête) tenteront eux aussi d’exploiter le résultat suisse pour s’offrir de nouvelles raisons de convaincre de la justesse de leur activisme violent et de la pertinence de leur anti-occidentalisme. Évidemment, de nombreuses dictatures arabes et islamiques en profiteront à leur tour pour tenter de détourner le regard de leurs peuples ailleurs, c’est-à-dire loin de leurs affaires domestiques. C’est dire que différentes forces (qui rien ne liait au point de départ) se retrouveront dans le «même» camp et tenteront de profiter au maximum de cette «affaire des minarets» suisses.

L’islam, extrême droite et nouvel épouvantail en Europe.

Après le vote populaire du 29 novembre, il est compréhensible que de nombreux musulmans occidentaux (Suisses en tête) se trouvent assaillis par différents sentiments négatifs, dont la colère, l’incompréhension… Mais au lieu d’y succomber ou de se laisser enfermer dans une posture victimaire ou excessivement revendicatrice ou encore vengeresse, ils devraient faire plutôt preuve de retenue et ne pas céder à la panique ou à la provocation ou encore à l’isolement. À la place, ils devraient réfléchir aux enseignements que charrie ce vote démocratique par rapport à l’islam.

Si la plupart des votants suisses ont appuyé l’initiative anti-minarets en estimant que c’est l’idéologie islamiste qui était visée et non les musulmans, ses initiateurs avaient l’islam comme cible. Si ces idéologues de droite populiste ont réussi à embrigader assez facilement un peuple connu pour son caractère national somme toute paisible et non belliqueux, c’est qu’un certain sentiment de peur de l’islam couvait déjà dans la conscience de cette population. Un sentiment qu’on retrouve également dans d’autres sociétés européennes.

L’islam dérange donc le Vieux continent. Il pose un sérieux défi à l’Europe.

Pour plusieurs idéologues occidentalistes, l’islam n’est pas soluble dans la démocratie occidentale. Il en serait même (à les en croire) l’antithèse. Une perception largement exprimée par le vote suisse de dimanche. Une conception largement rejetée par les premiers concernés, les musulmans européens. D’ailleurs, il suffit de jeter un coup d’œil au comportement social de la plupart des musulmans, notamment les jeunes, pour se rendre compte qu’ils ont déjà largement adopté le modèle européen.

Visiblement, l’islam fait peur à l’Europe. Et pour cause. Les attentats terroristes d’Al-Qaïda sur le sol américain en septembre 2001, les attentats dans plusieurs pays européens (Espagne, Grande-Bretagne) ou les tentatives d’attentats avortées à temps dans plusieurs autres pays du Vieux continent (France, Belgique, Allemagne, Italie…) ne sont pas de nature à rassurer les nations européennes quant à la «fiabilité» d’au moins une partie de leurs compatriotes musulmans. Les réactions violentes ou excessives sur le continent et dans le monde musulman suite à la publication au Danemark des «caricatures du Prophète Mohamed» n’ont pas aidé à amélioré l’image de l’islam en Europe (et en Occident).

La visibilité ces vingt dernières années de l’islam dans une Europe largement sécularisée et déchristianisée n’est pas pour rassurer un continent dont plusieurs parties manquent de vitalité démographique contrairement au comportement de leurs minorités musulmanes. Aussi, contrairement à leurs parents et grands-parents, les nouvelles générations de musulmans européens revendiquent leur part sous le soleil européen, quand leurs pays respectifs opposent à la plupart d’entre eux la discrimination à l’embauche et au logement et des politiques sécuritaires au faciès, au nom de l’impératif de lutte contre l’immigration illégale.

**

Maintenant que le peuple suisse s’est prononcé souverainement, les musulmans européens et non européens ne devraient voir dans cette décision ni une insulte à l’islam ni l'expression d'un rejet de la communauté musulmane, de sa religion ou de sa culture. Au lieu de jeter de l’huile sur un feu déjà brulant, il vaudrait mieux que les musulmans s’attèlent à rassurer les Européens non musulmans sur leur volonté d’inscrire l’islam et de le rendre soluble dans la démocratie. De leur côté, les dirigeants européens devraient adopter des politiques susceptibles d’intégrer les musulmans dans leurs pays respectifs (emploi, logement, etc.). C’est cette intégration (et non l’idéologie populiste) qui est la meilleure garante d’une lutte efficace contre l’extrémisme islamiste et de la paix civile européenne.

30 novembre 2009


Réagissez à cet article !
Il y a actuellement 3 réactions.

Poster une réaction
Respect
par delab2104 le 1 décembre 2009

Monsieur Enhaili,

Parr respect pour les musulmans quand vous ecrivez Islam vous pourriez mettre le "i" en majuscule s'il vous plait. Quand je lis votre article j'ai l'impression que vous êtes à côté de la plaque. Tout ce que demande les musulmans d'Europe c'est de vivre comme n'importe quel citoyen langda. Par conséquent ils n'ont pas à montrer patte blanche. Merci.

L'interprètre de trop ???
par Djamazz le 1 décembre 2009

vous pensez vraiment que les occidentaux et encore plus les musulmans ont besoin d'un individu qui "serait" originaire de régions musulmanes pour interpréter le sens et le message d'un suffrage sur des questions qui selon des gens autrement plus serieux et moins  opportunistes que vous ne semblez l'être attestent que cette question soumise à réferendum est anti constitutionnelle ... et vous venez demander aux musulmans de prouver leur innocence sous prétexte que des illuminés "auraient" commis quelques actes criminels ... très curieuse votre tentative lâche de collectiviser une prétendue culpabilité non prouvée à ce jour toujours selon d'éminents spécialistes en matière de sécurité ... nous avons nos propres canons de notre démocratie qui ne sont assurément pas ceux de l'occident ... mais nous savons respecter les lois des pays d'accueil comme tout un chacun ... faudrait il devenir gay boire de la biere et manger du porc pour rassurer les occidentaux ??? visiblement vous seriez un modèle du genre pour l'exemple d'intégration ... n'est ce pas  !!!  vous criminalisez tout les musulmans sur le fait d'avoir protestés contre les caricatures de Mohamed (SAWS) alors que les actes violent relatifs à cet évènement nous sont inconnus en occident sous entendant par là même que même offensés ces croyants n'auraient pas le droit de seulement manifester ???  en fait tout ce baratin pour justifier vos émoluments car franchement parler de vous comme d'un contributeur au LEAP c'est vous accordez une importance que les musulmans ne vous reconnaitront certainement pas et les occidentaux qui vous recrute gaspillent leur argent pour du vent ... à bon entendeur je ne vous salut pas ... Djamazz  

NB : aller je parie que je vais être censuré car politiquement incorrect ... ah la belle excuse ...

Aziz, Delab ou Demazz, dieu reconnaîtra les siens
par jamil le 2 décembre 2009

Je vis en Belgique depuis 40 ans et j'ai vécu 20 autres années, dont cette dernière décennie, en républiques islamiques, Je pense avoir appris à respecter la diversité identitaire de l'humanité.

Sincèrement, je trouve que l'analyse d'Aziz est honnête, juste et bien fondée. Ce qui me peine par contre ce sont les deux réactions (delab et djamaz) : elles illustrent parfaitement l'intolérance qui domine les esprits de nombreux musulmans, qu'ils soient citoyens européens, américains ou canadiens. C'est malheureux parce que c'est tout de suite l'invective et les jugements de valeurs...insultants.

Il faut que les citoyens (à part entière) de confession musulmane (tout à fait respectable) acceptent de débattre d'un sujet sans insulter leur compatriote, même de confession musulmane ou de sensibilité culturelle musulmane. Il faut arrêter d'insulter ceux qui expriment des opinions différentes sous pretexte qu'en étant membre de la communauté musulmane d'un pays on doit faire dans l'unanimisme ou une "solidarité idéologique" idiote.

Pour M. Delab, on peut écrire islam sans majsucule sans porter atteinte ni au concept, ni à la religion ni à ses pratiquants.

Pour M. Djemazz, pemettez-moi de vous dire que vos invectives n'abaissent que vous. La question que vous prétendez traiter mérite plus de dignité que le langage dont vous usez. Réfléchissez avant d'écrire des choses aussi basses, surtout quand vous le faites au nom d'une éthique religieuse que vous pensez avoir.

 

Poster une réaction
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

La Chronique de Aziz Enhaili, rédacteur en chef de Tolerance.ca
par Aziz Enhaili

Aziz Enhaili est spécialiste du Moyen-Orient, de l’islam et de politique étrangère. Il est contributeur irrégulier au volet «voisinage» du groupe Europe2020. Il s’agit d’une unité européenne dédiée à la recherche dans le domaine de prospective internationale. Il  a contribué à trois... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Aziz Enhaili
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter