Looking inside ourselves and out at the world
Independent and neutral with regard to all political and religious orientations, Tolerance.ca® aims to promote awareness of the major democratic principles on which tolerance is based.
SEARCH: 
Loading
Looking inside ourselves and out at the world
Independent and neutral with regard to all political and religious orientations, Tolerance.ca® aims to promote awareness of the major democratic principles on which tolerance is based.
Human Rights Observatory

Trucages climatiques : les sceptiques rient bien, espérons qu’ils ne riront pas les derniers


(French version only)
On se souvient sans doute de la controverse soulevée par le livre de Guy Sorman «Le progrès et ses ennemis» dans lequel il dénonçait l’alarmisme des « millénaristes verts » et autres « antimondialistes ». Les récentes révélations sur la falsification des données scientifiques pour soutenir la thèse du réchauffement climatique vont certainement le conforter. Une fraude qui alimente le scepticisme des uns et nourrit le cynisme des autres.



La semaine dernière, des milliers de courriers électroniques et autres documents du Climate Reseach Unit (CRU) de l’University of East Anglia en Angleterre ont fait surface et provoqué un véritable tsunami dans le monde de la climatologie, documents qui révélaient que des chercheurs ont falsifié ou occulté des données dans le but de promouvoir la thèse du réchauffement climatique. Les sceptiques qui ont souvent considéré la science du climat avec suspicion ont dû se frotter les mains. On peut penser à l’administration Bush qui préféra au concept réchauffement climatique, celui de changement climatique et par la même occasion, évacuera du débat la responsabilité humaine. Une administration qui estimait qu’il fallait s’adapter à aux changements plutôt que de tenter de les stopper. Devant de tels scepticismes, on pouvait encore brandir les données scientifiques, on pouvait encore s’appuyer sur la voix royale de la science.

Il faut reconnaître que le discours des climatologues souffre quelquefois d’inconsistance. Dans son ouvrage Le progrès et ses ennemis, Sorman signale des silences suspects, des omissions ainsi que des raisonnements douteux de chercheurs, et met carrément en doute la scientificité de leurs hypothèses. Évoquant la conférence des Nations-Unies à La Haye tenue en novembre 2000 sur l’environnement, il remarque qu’au début de celle-ci, les communiqués des délégations gouvernementales et ceux des ONG annonçaient un réchauffement de la planète de deux degrés sur les cent prochaines années, « si on ne fait ». Cependant, « comme ce chiffre ne suscita pas de panique immédiate dans l’opinion, la température monta singulièrement : à la fin des travaux de cette conférence, soit quinze jours plus après l’annonce de deux degrés de réchauffement, on évoqua cette fois un réchauffement de cinq degrés pour la même période ! » Et Sorman de demander avec ironie : « Qui a touché au thermostat ? » Pour lui, à l’ère de l’environnementalisme, la recherche sur le climat est devenue une niche sûre pour s’assurer les subventions gouvernementales. Il écrira: « La politisation de la question du climat est devenue un enjeu économique impliquant des intérêts forts et concrets. ». Avec le scandale actuel, que certains ont tôt fait d’appeler « ClimateGate », on a définitivement l’impression que des climatologues « ajustent le thermostat » au gré de leurs caprices.

Alors que le commun des mortels se sent un peu désabusé, les anti-écologistes jubilent. James Delingpole est triomphal dans son blog au Daily Telegraph: “If you own any shares in alternative energy companies I should start dumping them NOW. The conspiracy behind the Anthropogenic Global Warming myth (aka AGW; aka ManBearPig) has been suddenly, brutally and quite deliciously exposed.” Bien sûr, il faudrait plus que le ClimateGate actuel pour mettre à mal la mobilisation mondiale au secours du climat. La poussière du scandale retombera. Déjà, la presse n’en a plus que pour le sommet de Copenhague de décembre prochain, avec un point de mire sur les États-Unis et la Chine, les deux plus grands pollueurs mondiaux, qui se rendront au pays de Kierkegaard avec des cibles bien précises en matière de réduction de gaz à effets de serre. Cependant, s’il fallait qu’un autre scandale du genre éclate, on peut parier que la recherche sur le climat en prendrait pour son rhume. Reste que, les récentes révélations constituent une flèche de plus dans le carquois de ces lobbyistes qui fourmillent dans les coulisses du pouvoir, travaillant d’arrache-pied pour torpiller le moindre projet de loi, la moindre initiative environnementale.


Comment on this article!
There are presently 1 comment.

Post a comment
Anti GIEC ne signifie pas anti-ecologiste.
By jojobargeot on November 30,2009

Le scancale finira bien par éclater, car  les "climat sceptiques", que je qualiefierai de "rationalistes", constatent à ce jour selon la recherche expérimentale et des résultats qui en découlent que: Primo le réchauffement est d'origine naturelle comme par le passé, que l'augmentation de la température de l'ordre de 0.5° par siècle depuis le minimum de Maunder n'a pas varié depuis le 18 ème siècle. Secundo: l'hypothèse dite des "Solaristes" tient la rampe de façon suprenante par rapport à la thèse du GIEC, qui elle est déjà dans les choux, dix ans à peine après les premières prédictions. Les projections des "Solaristes", vont dans le sens d'un refroidissement jusqu'en 2035. Et refroidissement = Sécheresse.

Qui à tord qui à raison, pour l'instant la balance penche du côté des "Solaristes", car en effet à ce jour et ce depuis 2007 la température du globe diminue naturellement, nous solaristes savons pourquoi et ce n'est pas le GIEC qui pourra commander le climat, comme il croît le faire aujourd'hui. Leur arrogance les rends aveugles et sourd à tout ce que la science climatique à fait comme réel progrès à ce jour. C'est notre sujet de recherche, le Soleil qui arbitrera le débat, car sa baisse d'activité actuelle, n'as plus été observée depuis 200 ans, or les températures chutent très vite. Ils (le GIEC) le savent et sont visiblement très pressés d'arriver à leur fins, si possible à Coppenhague, avant que tout le monde constate leur escroquerie en bande organisée.

Ces affirmations pour le moins hérétiques a vos yeux ne sont que ce l’on appelle le « State of the art » en ce qui concerne les recherches sur le climat et non pas quelques pages d’un condensé de rapport tronqué, plein de courbe alarmistes aux conclusions apocalyptiques, basée sur une courbe de températures dite en crosse de hockey, courbe déclarée fausse à ce jour et de simulations  issues volontairement d’algorithmes incomplets et tendancieux dans leurs choix, car visant un résultat défini d’avance et obligatoirement catastrophique. Le client GIEC, donc actuel G8, commande et les chercheurs en besoins de financements simulent ce qu’il désire pour lui faire plaisir.  Un comportement comparable au plus vieux métier du monde, bien loin de la science, mais ça paye.

Non la cause n'est pas entendue M. Kofi Anan et il faudra s'expliquer  quand le refroidissement et son cortège de calamités viendront frapper les peuples déjà bien démunis que compte l'Afrique.

Non nous ne sommes pas des lobbyistes voulant torpiller l'environnement, nous luttons contre les partisants et lobbyistes de l'énergie nucléaire, voulant priver les pays émmergents de la manne énergétique du pétrole par le biais de décisions scélérates basée sur une pseudo-science, visant à imposer au monde une énergie controllée par leur soins.

Quand les Africains crêveronts de faim, il seront quoi vos politiques, responsables mais pas coupables, comme d'habitude?

Qui vend du nucléaire?  le G8, rien que ça devrait mettre la puce à l'oreille d'un journaliste....mais êtes-vous réellement un journaliste?

Post a comment
To post a comment, we encourage you to become a member of Tolerance.ca® or log in if you are already a member. You can still post your commentwithout registering, but you will need to fill your personal information each time.

Become a member (free)   |   Log in

Postings are subject to the terms and conditions of Tolerance.ca®. Before submitting your message , you must read the Terms and conditions of Tolerance.ca® and agree to them by checking the box below.
Your name:
Email:
Heading:
Message:
 
  I have read and agree to the Terms and conditions of Tolerance.ca®.

© 2014 Tolerance.ca® Inc. All reproduction rights reserved.

All information reproduced on the Web pages of www.tolerance.ca (including articles, images, photographs, and logos) is protected by intellectual property rights owned by Tolerance.ca® Inc. or, in certain cases, by its author. Any reproduction of the information for use other than personal use is prohibited. In particular, any alteration, widespread distribution, translation, sale, commercial exploitation or reutilization of the contents of the Web site, without the prior written permission of Tolerance.ca® Inc., is strictly forbidden. For information, please contact info@tolerance.ca

Tolerance.ca® Inc. is not responsible for external links nor for the contents of the advertisements appearing on Tolerance.ca®. Ads companies may use information about your visits to this web site in order to provide advertisements about goods and services of interest to you.





© All rights reserved. Tolerance.ca® Inc.