Tolerance.ca
Looking inside ourselves and out at the world
Independent and neutral with regard to all political and religious orientations, Tolerance.ca® aims to promote awareness of the major democratic principles on which tolerance is based.

La Ligue arabe condamne la Déclaration Trump sur Jérusalem

(French version only)
By
Editor-in-chief, Tolerance.ca, Member of Tolerance.ca®

En 1917, le mouvement sioniste avait obtenu de la Grande-Bretagne la déclaration Balfour. Un siècle plus tard, Israël a obtenu des États-Unis la déclaration Trump. La reconnaissance américaine de Jérusalem comme capitale de l'État d'Israël a suscité des réactions négatives aux quatre coins du monde, y compris dans le monde arabe.

L’AIPAC est le principal lobby conservateur pro-israélien aux États-Unis. Le 26 mars 2016, Donald J. Trump s’est présenté devant ses membres. Il était encore le candidat du Parti républicain à l’élection présidentielle de la même année. Il leur a promis que s’il est élu, il déménagerait l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem.

La Ligue arabe veut l’annulation de la Déclaration Trump sur Jérusalem

Le 6 décembre 2017, le président Trump était accompagné de son vice-président Mike Pence, un chrétien sioniste. Il a fait une annonce historique et controversée. Il a reconnu la ville de Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël et annoncé que l’ambassade de son pays sera déménagé de Tel Aviv à Jérusalem.

Si les chrétiens sionistes américains, le lobby conservateur pro-Israël et la coalition de droite nationaliste et d’extrême droite en Israël se sont réjouis de la déclaration Trump, tel n’était pas le cas pour le reste du monde. Les condamnations, du moins les critiques, ont fusé de toutes parts. Ces voix critiques ont fait le constat que la déclaration Trump viole le droit international et porte atteinte à un processus de paix qui est en réalité en état de mort clinique depuis 2014.

Dans le monde arabe, la condamnation est sans appel au sein de l’opinion publique. La déclaration Trump est ressentie comme une gifle au visage du monde arabe, une provocation et une tentative inacceptable pour légitimer des violations du droit international, c’est-à-dire une occupation militaire israélienne et une colonisation juive d’un territoire arabe qui perdurent depuis juin 1967. Les réactions des dirigeants arabes ont été assez timides. Pour accentuer la pression sur ces derniers et faire passer le message de rejet de sa déclaration au locataire de la Maison-Blanche, des manifestations ont eu lieu dans plusieurs pays.

Pour ne pas être en porte-à-faux avec leurs opinions publiques, les dirigeants arabes savaient qu’ils devaient faire quelque chose. Leurs ministres des affaires étrangères se sont donc réunis ce samedi 9 décembre au Caire au siège de la Ligue arabe. Le but de cette réunion extraordinaire était la formulation d’une réaction arabe à la déclaration Trump. Elle a accouché d'un communiqué.

Pour la Ligue arabe, la déclaration Trump est "invalide et représente une violation dangereuse du droit international et de résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies," selon son communiqué. C’est une "attaque flagrante de la solution politique" du conflit israélo-palestinien (option des deux États, ndlr). Elle "approfondit la tension, enflamme la colère et menace de plonger la région dans la violence et le chaos."

La Ligue arabe a regretté le retrait des États-Unis de leur rôle de "parrains et intermédiaires du processus de paix" au Proche-Orient. Elle a également appelé Donald Trump à revenir sur sa déclaration pour l’annuler. Elle a aussi affirmé "rejeter toute mesure unilatérale destinée à modifier le statut internationalement accepté de Jérusalem," conformément aux résolutions du Conseil de sécurité à ce sujet. Elle a encore affirmé son intention de demander au Conseil de sécurité de rejeter la déclaration Trump. Le secrétaire général de l'organisation panarabe, Ahmed Aboul-Gheit, a, pour sa part, lancé un appel aux membres de la "communauté internationale" pour qu’ils reconnaissent un État palestinien "avec Jérusalem-Est comme capitale." L'année dernière, le président chinois avait déclaré appuyer l'idée d'un État palestinien avec Jérusalem-Est comme capitale.

Contrairement au vœu exprimé par leur collègue libanais, les ministres arabes des affaires étrangères réunis au Caire n’ont adopté aucune sanction contre les États-Unis.

***

Les opinions publiques arabes sont habituées aux déclarations inefficaces ou sans lendemain de l'organisation panarabe en raison, entre autres, de la division de dirigeants coupés des aspirations de leurs peuples. Un signe qui ne trompe pas: la réaction différente des pays arabes à la déclaration Trump avant la réunion extraordinaire de leurs ministres des affaires étrangères au Caire. Aussi, annoncer son intention de s'adresser à un Conseil de sécurité où les États-Unis jouissent du droit de veto pour demander le rejet de la déclaration Trump est pour le moins troublant. Mais, une chose est sûre: la nouvelle déclaration arabe alimentera les discussions dans la rue et sur les réseaux sociaux.

9 décembre 2017



Comment on this article!
To post a comment, we encourage you to become a member of Tolerance.ca® or log in if you are already a member. You can still post your commentwithout registering, but you will need to fill your personal information each time.

Become a member (free)   |   Log in

Postings are subject to the terms and conditions of Tolerance.ca®. Before submitting your message , you must read the Terms and conditions of Tolerance.ca® and agree to them by checking the box below.
Your name:
Email:
Heading:
Message:
 
  I have read and agree to the Terms and conditions of Tolerance.ca®.
Contributor
This article is part of

Aziz Enhaili, Editor in Chief, Tolerance.ca
By Aziz Enhaili

Aziz Enhaili is an expert on the Middle East, of Islam and Foreign policy. He is a contributor on irregular basis to the ‘’Neighbouring countries’’ of the European Union, a unit of Europe2020, a groupe dedicated to prospective studies. He is... (Read next)

Read the other articles by Aziz Enhaili
Follow us on ...
Facebook Twitter