Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Sophie Grégoire Trudeau veut aussi célébrer les alliés masculins des femmes

par
Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®

Le 8 mars de chaque année est célébré dans plusieurs pays comme la Journée internationale des femmes. L’occasion, entre autres, de proposer des idées favorables à la cause de l'égalité entre les femmes et les hommes.

Aujourd’hui, c’est la Journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Une fête célébrée presque partout à travers le monde. L’épouse du premier ministre Justin Trudeau a saisi cette occasion pour lancer un appel aux femmes du Canada.

#DemainEnMains car l’#Égalitécompte

La lecture de plusieurs déclarations sur les réseaux sociaux de Sophie Grégoire Trudeau montre qu’elle s’intéresse à la question d’égalité entre les hommes et les femmes. C’est pourquoi elle ne pouvait rester les bras croisés à propos d’une journée comme celle du 8 mars.

Hier, elle a participé à Ottawa à #WalkInHerShoes, une marche organisée par CARE Canada en appui aux femmes et aux filles à travers le monde. Elle a pris la parole à cette occasion. Son allocution a été bien appréciée par les organisateurs de la marche.

Le même jour, elle a publié, entre autres, sur sa page Facebook un appel aux femmes. Elle leur a demandé de célébrer les hommes féministes, ces individus qui agissent quotidiennement sur le terrain comme des alliés des femmes dans leur combat pour l’égalité: "à l’occasion de la Journée internationale des femmes, célébrons les garçons et les hommes qui nous encouragent à être qui nous sommes vraiment, qui traitent les filles et les femmes avec respect et qui n’ont pas peur de parler haut devant les autres."

Pour célébrer ces partenaires, ces compagnons de route égalitaire, Mme Grégoire Trudeau a demandé à ces femmes de prendre une photo avec eux et de la partager sur les réseaux sociaux: "Prenez une photo main dans la main avec votre allié et diffusez-la dans les médias sociaux avec le mot-clic #DemainEnMains."

Dans l’esprit de la Première dame du Canada, c’est cette alliance entre les femmes et leurs compagnons de lutte qui pourrait inciter d’autres hommes à joindre et à renforcer le mouvement de lutte pour l’égalité entre les hommes et les femmes: "Ensemble, nous pouvons susciter un mouvement qui incitera davantage d’hommes à lutter avec nous pour des lendemains meilleurs, l’égalité des droits et des chances pour tous… parce que l’#Égalitécompte" a-t-elle affirmé.

Au lieu de faire dans la rhétorique habituelle de groupes de pression féministes ou d’institutions officielles, Sophie Grégoire Trudeau a fait preuve d’originalité. Elle a en plus compris une chose très importante: c’est l’alliance entre les femmes et leurs alliés masculins qui pourrait inciter d’autres hommes à rejoindre le mouvement et à constituer une masse critique en mesure d’apporter le changement escompté par toutes ces féministes qui luttent depuis longtemps pour que l’égalité entre les hommes et les femmes devienne enfin une réalité.

Ce message a eu du succès. Il été repartagé 5530 fois. Plusieurs femmes ont publié sur les réseaux sociaux des photos d’elles avec leurs compagnons. Son message a suscité 3630 commentaires. Mais, tous n'ont pas été conciliants. On lui a par exemple reproché d’utiliser la journée internationale des femmes pour célébrer les hommes. Pourquoi ne pouvait-elle pas le faire? N'est-il pas de notoriété publique que son mari de premier ministre se dit féministe et l’assume ouvertement et comme féministe elle-même n'avait-elle pas le droit de choisir de célébrer cette journée spéciale à sa manière?

Devant cette controverse artificielle, Sophie Grégoire Trudeau a senti le besoin de revenir à la charge; histoire de clarifier son message de la veille un peu plus. Elle a rappelé à toutes que "l’égalité des sexes" demeure l’objectif des féministes et que pour y arriver il faudrait "plus de collaboration entre les hommes et les femmes." Cela passe aussi, à ses yeux, par l’éducation des garçons et des filles de manière à ce "qu’ils fassent une différence, main dans la main."

***

Le Canada a fait du chemin sur la voie de l’égalité entre les hommes et les femmes. Mais, il reste beaucoup de pain sur la planche. Pour s’en rendre compte, mentionnons à titre d’exemple la question de l’équité salariale puisque les écarts entre les hommes et les femmes restent importants: contre chaque dollar gagné par un homme en moyenne, une femme gagne 87 cents. Dans le cadre de la lutte pour l’égalité, Sophie Grégoire Trudeau voit dans les hommes féministes de potentiels alliés et a tenu à le faire savoir.

8 mars 2017



Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

L'ère Justin Trudeau
par Aziz Enhaili

Aziz Enhaili est spécialiste du Moyen-Orient, de l’islam et de politique étrangère. Il est contributeur irrégulier au volet «voisinage» du groupe Europe2020. Il s’agit d’une unité européenne dédiée à la recherche dans le domaine de prospective internationale. Il  a contribué à trois... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Aziz Enhaili
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter